Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    Sondages d'opinion: Entre crédibilité et risques de manipulation politique    Interrogations légitimes    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Logements sociaux de la Sprols (El Manar, El Menzah 8, El Romana et la Marsa): Le torchon brûle avec les locataires    Instabilité politique — Marouane Abassi : «Nous avons eu une dizaine de ministres des Finances en 10 ans !»    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Foot-Europe: le programme du jour    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Le changement de la date de la fête de la Révolution est « une grande réalisation »    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    7 classes fermées à Médenine à cause du coronavirus    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Accompagner l'enfant à faire face aux aléas de la vie et le préparer à être un adulte épanoui»
Publié dans Le Temps le 07 - 09 - 2020

L'éducation positive vise à encourager l'enfant plutôt qu'à le punir. Elle remplace les punitions par les jeux et permet de mieux gérer les crises de colère de l'enfant et de comprendre son comportement. Son objectif est d'apprendre à l'enfant une autodiscipline afin qu'il puisse trouver sa place dans la vie et la société. L'éducation positive s'impose en Tunisie. Elle devient le sujet de nombreux livres et envahit les familles. Certains parents commencent à s'approprier l'éducation positive, de la questionner, d'interroger son sens, de l'adapter à leurs propres besoins. En quoi être parent en éducation positive diffère-t-il de la parentalité traditionnelle ? Les explications de Melek Sassi Boughzala, spécialiste en éducation positive.
LE TEMPS : L'éducation positive est toute jeune en Tunisie. Pour les parents qui ne connaissent pas encore cette approche, comment pourriez-vous la présenter ?
Melek Sassi Boughzala : Il s'agit d'être vrai, sans vouloir jouer le rôle du super-parent parfait qui sait tout ! Un parent positif ou bienveillant est un parent qui va adapter au mieux sa posture éducative pour répondre aux besoins de son enfant, mais aussi aux siens. La parentalité positive est un état d'esprit qui a vu le jour à la lumière des nouvelles découvertes scientifiques et des neurosciences. Ces découvertes nous orientent sur les besoins de l'enfant et donc du futur adulte et parent, mais ces découvertes nous disent aussi que le cerveau d'un enfant évolue ‘en miroir' de celui des parents. C'est-à-dire que plus le parent va évoluer, va apprendre et va gagner en équilibre au cours de son expérience de parent, plus l'enfant va gagner en équilibre et en flexibilité d'esprit ! Vous n'avez pas pu identifier le besoin de votre enfant ou vous vous êtes trompé lors de votre diagnostic ? Voilà une bonne occasion pour faire évoluer votre cerveau, celui de votre enfant ainsi que votre relation parent-enfant !
Je tiens à préciser que l'adjectif ‘Positive' ne sous-entend pas du tout que l'éducation traditionnelle est négative. L'adjectif ‘positive' renvoie au courant de la psychologie positive dont cet état d'esprit s'inspire beaucoup mais aussi au principe de l'éduction positive ‘Utiliser des phrases positives pour mieux transmettre une information à un enfant'. Elle est aussi dite éducation bienveillante.
Quel bénéfice les parents peuvent-ils attendre de l'éducation positive ?
Etre parent, c'est épuisant! Quoique les parents (surtout les mamans) perdent environ 600h de sommeil la première année d'un bébé, la fatigue physique ne pèse pas autant que la fatigue émotionnelle et psychique. Culpabilité, doute, inquiétude sur ce que va devenir ce petit être complètement dépendant de ses parents, vont puiser dans le réservoir d'énergie des parents et le vider très rapidement. Et un parent avec un réservoir vide ne pourra pas donner grand-chose à sa famille! Une parentalité bienveillante va fournir aux parents les informations et les outils nécessaires pour gérer les frustrations du quotidien (Culpabilité, etc...). Un parent positif va plus utiliser son énergie pour identifier et répondre aux besoins de son enfant que pour vouloir être à tout prix un parent parfait. Il saura aussi remplir son réservoir si besoin. C'est surtout beaucoup plus efficace avec les enfants !
La parentalité bienveillante libère les parents des jugements, des croyances limitantes et des coutumes épuisantes et surtout inutile dans la relation parent-enfant. Personnellement, le jour où j'ai pris conscience que je ne suis pas responsable de tout ce qui arrive à mon enfant, de bien ou de mal, ça a changé ma vie ! C'est quand même une excellente nouvelle, non ?
Pouvez-vous nous donner un exemple d'une situation concrète et la réaction avec la méthode dites « traditionnelle » et la réaction avec l'éducation positive?
Si je vous dis ‘Ne pensez pas à une girafe', vous allez penser à une girafe. Les enfants c'est pareil. Si on leur dit de ne pas courir, en premier ils vont avoir envie de courir ! Si on est dans une situation ou l'enfant doit rester sur le trottoir (et donc ne pas traverser la route) ceci peut être très dangereux !
Un exemple concret ? On va dire à un enfant ‘Voilà comment on s'occupe d'une plante, on la caresse et on la nourrit', au lieu de ‘On n'arrache pas les feuilles des plantes!'. Un enfant est plus dans la recherche de ‘comment ça marche' que ‘comment je peux embêter ou énerver mon parent'.
Autre exemple : si mon enfant pleure, crie et tape des pieds car il veut absolument faire un dernier tour de manège, il a le droit ! Il a le droit d'exprimer sa frustration, par rapport à quelque chose qu'il n'est pas en capacité d'obtenir. Ceci ne veut pas du tout dire qu'il va faire un autre tour de manège. Avec l'éduction positive, on apprend à faire la part des choses (Colère légitime, violence non-acceptable et qui alerte sur d'autres problèmes, réaction appropriée du parent...).
Au quotidien cela est compliqué. Les adultes accumulent des tensions qu'ils transmettent aux plus petits, comment toujours rester positif ?
Rester tout le temps positif n'est pas humain. Le challenge des parents et justement d'apprendre à faire face à ces moments difficiles, à gérer ces tensions et à accompagner les enfants à faire de même. Donner l'exemple et accompagner l'enfant à faire face aux aléas de la vie va le préparer à être un adulte épanoui car élever un enfant ne s'agit pas uniquement d'en faire un enfant heureux tout le temps, mais de le préparer à être un adulte qui réussit sa vie. La parentalité positive ne s'occupe donc pas que de l‘enfant mais aussi de l'adulte parent !
Et pour ceux qui croient qu'il n'y a pas mieux qu'une punition pour marquer les limites et ne pas faire des enfants gâtés, que diriez-vous?
Hé oui ! Beaucoup de parent pensent qu'il est inévitable de punir pour protéger leurs enfants. Ça part souvent d'une bonne intention, on est bien d'accord. Et, pourtant, c'est une méthode qui a prouvé son inefficacité à long terme et même si elle parait efficace à court terme, elle va plus faire des individus focalisés sur leurs limites, sur ce qu'ils ne peuvent pas faire que des individus qui valorisent et utilisent leurs moyens pour se dépasser, aller au-delà des limites et réussir ! De plus une génération punie et violentée ne peut être que violente, logique non ?
Que va retenir un enfant puni pour avoir sali la moquette, alors qu'il était prévenu que manger dans le salon était interdit ? Il va retenir qu'il est maladroit et qu'il mérite d'être violenté (psychologiquement ou physiquement) ? Peut-être. Il va retenir que s'il contredit ses parents, il sera puni ? Probable. Mais il ne va surtout pas retenir que, la prochaine fois, il va falloir faire plus attention et maitriser plus ses gestes pour ne pas salir la moquette, s'il souhaite vraiment manger dans le salon, même si maman n'est pas à côté ! La punition, si elle doit avoir lieu, doit être en rapport direct avec l'action (ici, avoir sali la moquette) donc par exemple, nettoyer la moquette. Personnellement je préfère les mots collaborer ou réparer ensemble que punir. Ça passe beaucoup mieux ! Les enfants adorent collaborer ! J'ai déjà fait une vidéo très complète sur la notion de cadre et de limites sur mon compte Instagram que je vous invite à consulter pour plus d'informations à ce sujet : melek.sassi.boughzala
Faut-il impliquer concrètement les parents en les faisant participer à des ateliers d'éducation positive?
Mais quelle idée d'avoir pensé un jour qu'une femme, juste par le fait d'avoir un enfant, est sensée tout savoir sur cet être et sur sa place au sein de la famille ! Une maman qui a réussi son allaitement n'est pas complimentée. Mais si son allaitement ne se passe pas comme le prévoit la tribu, c'est un point de moins dans son CV de maman ! Un papa qui sait donner un biberon est félicité quant à lui. Mais tous les deux vont avoir besoin d'un accompagnement approprié pour élever au mieux leurs enfants. Des ateliers, des formations ou un accompagnement spécifique si besoin. Dans un couple, on est complémentaire, chacun va chercher ce qui lui manque dans sa mission de parent ! Pour les familles monoparentales, avoir conscience des erreurs qu'on peut éviter est très bénéfique. Un soutien extérieur est toujours fortement recommandé.
K.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.