Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Volley : L'Espérance organise le championnat arabe    CAF Cup : un trio algérien pour le CSS    Mehdi Ben Gharbia transféré à l'hôpital: Ahmed Souab raconte les détails [Audio]    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand les parents craquent
Burn-out parental
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 03 - 2019

La parentalité est devenue une activité à plein temps pour des parents dépassés et à bout de souffle de devoir jongler quotidiennement entre travail, enfants et charges familiales. Des parents finissent par faire un burn-out.
Un nouveau phénomène est apparu ces derniers temps : le «burn-out parental». Il renvoie directement par analogie au «burn-out professionnel». Le «burn-out» en anglais signifie l'apparition d'un état de fatigue intense et de grande détresse, causé par le stress au travail. Mais il se répercute également sur les personnes actives ayant des enfants et pour qui fatigue, surmenage et déprime font mauvais ménage. Les personnes qui en souffrent le plus sont celles qui arrivent très difficilement à concilier entre les charges et la responsabilité familiale et des enfants et la vie professionnelle. Le rythme professionnel est effréné au point de devenir insupportable car il laisse peu de place à la vie familiale. Une situation problématique que vivent les ménages dans certains pays occidentaux comme la Belgique ou la France.
En outre, on estime à plus de 5% le taux de la population concernée par ce drame de la vie outre-Méditerranée. En Tunisie, même si le phénomène est encore méconnu ou pas encore perceptible, on estime que certaines familles le vivent et que de plus en plus sont susceptibles de le vivre à l'avenir. Les difficultés économiques que rencontrent les conjoints qui doivent travailler à plein temps et enchaîner même les heures supplémentaires pour subvenir aux besoins et aux dépenses du ménage ont un impact négatif sur la qualité de l'éducation et celui du temps accordé aux enfants.
Parentalité : un exercice difficile
Des parents dépassés et à bout de souffle doivent jongler quotidiennement et sans fin entre travail, enfants et charges familiales ce qui conduit parfois au «burn-out parental» avec des parents épuisés qui finissent par craquer et s'effondrer.
De nombreux signes peuvent alerter sur leur apparition. Selon une étude belge, ce syndrome touche de plus en plus de parents. Environ 20 % des parents seraient «en difficulté dans leur parentalité» à un moment de leur vie. Certains signes peuvent précéder un burn-out parental et doivent alerter. Une vidéo virale sur le web a révélé la détresse des parents directement touchés par ce phénomène.
De retour à la maison après une dure journée de travail, leurs enfants les attendent impatiemment. Quoi de plus normal. Mais la surexcitation de leur progéniture leur pompe le peu d'énergie qui leur reste. Les parents fatigués cherchent alors la solution de facilité. Les parents ciblés sont ceux qui ont une vie professionnelle très prenante et des enfants en bas âge à gérer en parallèle sans assistance.
En Tunisie, les ménages où seul le père de famille exerce une profession à plein temps tirent leur épingle du jeu car c'est la mère qui s'occupe des enfants et qui est au four et au moulin durant toute la journée pendant que le père assure les dépenses grâce à son emploi. D'autres familles où les deux conjoints travaillent ont un rythme tout à fait différent.
Signes avant-coureurs et symptômes
Les trajets maison-école, les repas à préparer, la bataille du coucher, les lessives et le ménage, les activités périscolaires sont assurés par les deux conjoints qui se partagent la tâche surtout lorsqu'ils ne sont pas assistés par une tierce personne. Or, si les deux conjoints ont un emploi très prenant cela peut se corser car ils ne peuvent pas assurer convenablement leur responsabilité parentale et doivent souvent se décharger de cette responsabilité sur l'autre. Etant donné qu'il n'y a parfois pas une répartition équitable des efforts. Le papa ou la maman assume plus de charges et de tâches que son conjoint. Cela finit par inévitablement conduire à l'épuisement et au burn-out parental.
Il y a le désir de vouloir tout contrôler, en effet, qui empêche de lâcher prise à certains moments. Une tendance à l'isolement peut se manifester après une saturation mentale et un épuisement physique intense. Le sentiment de culpabilité ressenti, la survenue de troubles du sommeil, de l'appétit et du désir sont constatés.
Un épuisement émotionnel intense et une distanciation affective avec les enfants sont également symptomatiques du burn-out parental. L'épuisement parental est le premier facteur en cause. Les nouveaux parents voient leur vie chamboulée à l'arrivée du premier enfant. Les nuits sont de plus en plus courtes. Il s'ensuit un épuisement dès lors qu'il s'agit de jongler entre emploi du temps professionnel chargé et garde du bébé surtout quand il tombe malade. Un épuisement qui survient quand les parents ne parviennent plus à trouver du temps libre pour récupérer. Quand la fatigue vous cloue au lit dès le réveil et qu'elle limite l'attention accordée à vos enfants, ce sont les premiers symptômes de l'épuisement parental. D'autres symptômes font partie intégrante du burn-out parental : des troubles du sommeil, de l'appétit et du désir surviennent au point de regretter l'arrivée de cet enfant tant désiré. Un mal-être qui n'en finit plus au point que la parentalité est vécue comme un fardeau au lieu d'être un cadeau de la vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.