Discorde et déclarations contradictoires à Ennahdha    UGTT-Sami Tahri : « Des nahdhaouis appellent à imposer des sanctions économiques à la Tunisie »    Kais Saied [VIDEO]: « Nous ferons face à toute tentative d'atteinte au ministère de l'Intérieur »    Dernière Minute – Coronavirus : 140 décès et 3163 nouvelles contaminations, Bilan du 3 août    Ephéméride – 4 août 2013 : Affrontements avec des terroristes à Tunis    Radhi Jaïdi nommé nouvel entraîneur de l'Espérance de Tunis (officiel) !    Béja [VIDEO] : Les habitants de Amdoun crient « Dégage » au délégué    Covid-19 | Sfax : 15 décès, 141 contaminations et 378 guérisons    Espérance de Tunis : Radhi Jaïdi arrive en Tunisie    Tunisie: Kais Saied en visite au ministère du Commerce    Monde-Daily brief du 4 août 2021: Beyrouth, triste anniversaire un an après l'explosion du port    Covid-19 | Le Kef : 2 décès et 102 cas de contamination    Bourse de Tunis : Evolution des indices Tunindex et Tunindex20    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture mercredi dans le vert    Tunisie-UTICA: Des chambres syndicales baissent leurs prix    Douane : Saisie de 982,4 mille dinars en devises au cours de juillet 2021    La HAICA appelle les médias à participer à la campagne de sensibilisation à la journée portes ouverte de vaccination    Tunisie: INPT s'inquiète de la situation de Hichem Mechichi    Samir Dilou demande à Ennahdha de se repentir    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 04 Août 2021 à 11H00    Programme TV du mercredi 04 août    L'ONU choisit Tfanen – Tunisie Créative comme success story de mise en œuvre des ODD    Un voyage sans retour    Abdellatif Aloui à Kaïs Saïed : Rendez-moi mes livres que je vous ai offerts !    Angleterre : Fabinho prolonge avec Liverpool jusqu'en 2026    Covid-19 : Orange Tunisie, avec le soutien de la Fondation Orange, fait don d'équipements médicaux    CONDOLEANCES : Emna BEN AMMAR CHOUKAIR    L'EST attaque sa deuxième semaine de préparation – Jaïdi : ça se complique !    Il porte l'espoir des Tunisiens    CONDOLEANCES : Feu Essia ENNAJI    Al Badil : «A petits pas»    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet : Besoin urgent d'alternatives viables, faisables et durables    Bourse de Tunis : Le CMF agrée 2 sociétés de gestion et de 3 fonds d'investissement    Hechmi Louzir : Le pic épidémiologique relève du passé    La BCT s'inquiète de la hausse du taux d'inflation et appelle à la mise en place d'un plan de réformes économiques    Le ministre égyptien des Affaires étrangères reçu au Palais de Carthage    L'ancien président de la CAF Hayatou suspendu un an    La Conect appelle à accélérer la mise en place d'un gouvernement    Urgent – USA : Une fusillade du Pentagone    Festival Carthage 2021 et Festival Hammamet 2021, finalement reportés    Mostra de Venise : Trois films arabes à l'affiche et des avant-premières mondiales prestigieuses    Erdogan à Saïed : Il est important de poursuivre les travaux de l'ARP en Tunisie    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les fellahs souffrent pour surmonter les problèmes !
Publié dans Le Temps le 17 - 10 - 2020

Le secteur agrumicole n'est pas au beau fixe. Il est confronté à de nombreux problèmes. En effet, entre changements climatiques et imprévus, les professionnels du secteur s'inquiètent mais quand même restent optimistes. Une virée du côté de nos marchés municipaux permet de voir des citoyens se précipiter pour acquérir cette denrée alimentaire si chère actuellement, puisque le kg de clémentine dépasse les deux dinars (2d500).
Le Cap Bon demeure la première région du pays où on cultive ce fruit. La production connaitra une légère progression de 10 à 15%, cette saison affirme Béchir Aounallah, président de l'Union locale de l'agriculture et de la pêche à Beni Khalled, malgré des conditions climatiques notamment la pénurie d'eau et l'augmentation de son taux de salinité et la vétusté des réseaux de distribution. Ceci sans oublier la coupure d'eau, les conduites en panne depuis Belli, le vieillissement des arbres soit 4000 ha entre Béni Khalled et Menzel Bouzelfa, la hausse des coûts de production par rapport à la baisse des prix de vente.
Une flambée des prix
sans précédent
L'agrumiculture, fait aussi face, depuis quelques mois, à une flambée sans précédent de la Tristeza des agrumes (Citrus Tristeza Virus/ CTV), une maladie virale incurable qui a déjà touché 1000 hectares. Des centaines d'arbres, notamment des orangers greffés sur bigaradier, ont été déjà contaminés par le virus dans plusieurs localités du gouvernorat de Nabeul dont Béni Khalled, Menzel Bouzelfa, Takelsa, Soliman et Bouargoub.
Environ 1500 nouveaux hectares ont été plantés cette saison notamment à Bir Dressen, Bouargoub, Menzah. Malgré cette extension, les coopératives de service de Beni Khalled, Menzel Bouzelfa et Menzel Bouzelfa, endettées et mal structurées, ne peuvent plus assumer leur rôle dans l'accompagnement du fellah, de son ravitaillement en semences et en engrais et la commercialisation de sa production.
Et d'ajouter « Nous sommes loin des chiffres de 2015-2016 (560 mille tonnes). Les superficies s'étendent sur20 mille hectares. Malgré l'évolution du rendement de 7,5 tonnes à l'hectare en 1966 à 16 T/ ha en 2000, la productivité du verger agrumicole reste encore en deçà du niveau souhaité de 30 t/ha... La production devait atteindre les 300 mille tonnes, contre 267 mille l'année dernière.
Toutefois, les problèmes structurels de la filière persistent et les mêmes problématiques reviennent sans cesse, notamment en raison de l'amélioration de la compétitivité de la production marocaine à l'export. En effet, l'export a stagné, passant de 54 mille tonnes en 1984 à 7 mille tonnes l'année dernière. Néanmoins, le développement des nouveaux marchés restent insuffisants pour écouler l'importante production. Aussi, l'insuffisance de l'export plombe la rentabilité financière des vergers.
Problèmes
de commercialisation
C'est pourquoi l'ensemble de ces contraintes s'avèrent insurmontables du fait de leur caractère structurel, notamment le changement fondamental observé dans la structure des exportations et le faible taux de transformation et de valorisation. L'orange maltaise spécifique au pays, reste de loin la variété la plus prisée. Nous exportons essentiellement vers la France qui reçoit plus de 90% du volume exporté. Cependant, en comparant les prix à l'exportation des agrumes tunisiens avec ceux de l'Espagne et du Maroc, on remarque qu'ils sont toujours bien supérieurs.
A cet effet, Il y a lieu de signaler que les agrumes sont menacés par la perte de leur importance sur le marché français, bien qu'il y ait encore une certaine engouement pour les maltaises tunisiennes, raison pour laquelle s'avère la nécessité de préserver cette image de marque et de la renforcer à travers des actions appropriées en matière de politique d'exportation
Le marché local pourrait réduire considérablement le coût du conditionnement et par conséquent améliorer la compétitivité à l'exportation. Les prix des agrumes seront élevés. Les agrumes sont très convoités. Les consommateurs, ainsi que les producteurs, s'en plaignent. Tous pointent du doigt les excès qui se cachent derrière un circuit de distribution «archaïque qui ne répond plus à leurs attentes. Les prix des agrumes flambent : Les intermédiaires sont les seuls bénéficiaires. Ces intermédiaires existent bel et bien, explique Béchir Aounallah
«Ce sont même eux qui se font le plus d'argent sur le prix de vente final. L'essentiel est de stabiliser les prix pour qu'ils soient à la portée des ménages, tout en garantissant un prix décent aux producteurs », explique-t-il. La Tunisie est en train d'augmenter considérablement sa production. Cette production va au moins doubler mais le marché, lui, ne doublera pas. Ni le marché intérieur, ni à l'export. La seule solution est d'écouler les surplus vers les industries de transformation qui font encore défaut dans notre pays.
K.B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.