Tunisie – Quel lien entre le dossier de l'octroi des terres domaniales et le dialogue national ? Qui Saïed est il en train de cibler ?    Ligue 1 Pro : Programme des matches de la J3    Najla Bouden s'entretient avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane    La Pologne fait don d'équipements médicaux à la Tunisie    Sfax - La grève régionale dans le secteur privé fixée au 28 octobre    Monde- Daily brief du 25 octobre 2021: Le président Erdogan décide de renvoyer les ambassadeurs de 10 pays    Najla Bouden s'affiche avec un sac à main hors de prix    Maradona Cup : Barça – Boca Juniors, en Arabie Saoudite    Tunisie- Automobile : Hausse de 49% du CA du Groupe Ennakl    Finance : L'association Reconnectt organise la 1ère édition des Journées tunisiennes de la finance "TunFin#21" les 19 et 20 novembre 2021    Baisse de l'investissement déclaré dans l'industrie de 15,6%, à fin septembre 2021    Brahim Debbech : Les concessionnaires ne sont pas visés par les déclarations de Kais Saïed, mais…    Ministère de la Jeunesse et des Sports : Une subvention de 90 mille dinars aux clubs de football de deuxième division    Conditions d'entrée sur le territoire tunisien à partir du 27 octobre 2021    SONEDE: Coupure et perturbation dans la distribution de l'eau potable dans ces zones    La docteure tunisienne Basma Makhlouf Shabou nommée Chevalier de l'ordre des arts et des lettres    Les chiffres effarants de la contrebande de pneus en Tunisie !    La Turquie parie sur l'Afrique, pari gagnant    Amel Belhadj Moussa crée un comité de contrôle des institutions en charge de la protection des séniors    Exclusif: Les forces de l'ordre confisquent des équipements au siège du Mouvement Ennahda    Décès d'Abdelmajid Chaker, l'ancien ministre de Bourguiba    Ligue 1 France : Khazri dans l'Equipe type de la J 11    Abdellatif Mekki préconise de revenir sur le coup d'Etat en rectifiant la situation d'avant le 25 juillet    Salon MOOD TALENT: 38e édition l'hôtel à Dar El Marsa du 5 au 7 novembre    Tunisie : Inquiétude des opérateurs économiques face au flou entourant les LF 2022 et complémentaire 2021    Ridha Lénine : L'heure du tri a sonné !    Tunisie – météo : Pluies orageuses intenses sur le Nord et le Centre-est    UBCI : PNB en hausse de 9% à fin septembre 2021    Zouhair Maghzaoui revendique l'organisation d'un dialogue national global    Tunisie : Les prix des œufs et des poissons sont désormais encadrés    Bilan Covid-19 : 128 nouveaux cas et un décès    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Atelier de travail sur les perspectives et les défis de l'action syndicale dans le cadre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine    Zammour Trekking revient dans une 4ème édition du 4 au 8 novembre 2021    La Fifa et la CAF saluent l'introduction de la VAR en Tunisie    Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed et « La guerre des planètes » !
Publié dans Le Temps le 04 - 01 - 2021

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"« Il m'arrive de me dire que je viens d'une autre planète », déclarait, amer, le Président de la république à la veille du nouvel an. Sauf qu'il arrive aussi aux Tunisiens (et même à ceux qui l'ont fortement plébiscité) de se dire que leur Président est atypique. Qu'il est, par ailleurs, parfois dans l'instant, mais souvent en dehors du temps. Du moins, très distancié par rapport à « l'air du temps ». p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Avoir parfois l'impression de venir d'une autre planète, renvoie inévitablement à une très lointaine ascension stratosphérique. Elle a aussi des connotations mystiques.
Le mysticisme est en effet un trait dominant dans la perception qu'a Kaïs Saïed des choses et de son propre rôle. Peut-être se voulait-il prophétique. Peut-être aussi réalise-t-il que ce peuple « bizarre » lui a préparé de bons moulins à vent. Sinon, en arriverait-il à conclure, comme d'autres « incompris », que nul n'est prophète en son pays ?
Vaccin (non importé)
contre le système politique
Un cacique comme Rafik Abdessalem, qui se fait de plus en plus bruyant ces derniers temps, pouvait faire l'économie d'un sarcasme et d'un humour noir malvenu. « Il nous faudra migrer sur la planète du Président pour trouver un terrain d'entente avec lui », écrit-il sur son mur Facebook. Il oublie qu'Ennahdha est elle aussi « une planète » dans le genre. Et qu'elle est dans la fiction de l'interminable « guerre des étoiles ». Contre Kaïs Saïed, c'est « la guerre des planètes. » Et, lorsqu'on y mêle Abir Moussi qui a réussi à installer une bipolarisation de la vie politique, eh bien la guerre devient totale.
Rien n'est plus dangereux, cependant, qu'un Président élu au suffrage universel qui se répète dans les jérémiades, qui bassine à chaque fois les oreilles du peuple qu'il dit pourtant aimer, de déclarations toutes faites d'emphases, sinon de condamnations vagues (et toujours selon l'humeur du jour) et qu'il ne dise rien de concret, en dehors de tout ce que tout un chacun sait. Et il l'a encore répété à l'occasion des rituels vœux du nouvel an au peuple tunisien.
Inévitables, les frondes à l'endroit du système politique tunisien. Un leitmotiv qui tourne au délirium tremens. « Le système politique tunisien a besoin d'un vaccin qui ne soit pas importé, qui redonne sa splendeur à la révolution et sa prospérité à la Tunisie et à ses institutions ». Pour lui, c'est le seul moyen de parachever les objectifs de la révolution et pour lesquels « sont tombés les martyrs ».
Il est clair, comme maintes fois souligné par notre journal, que ce système n'est pas fait pour lui. Ce système donne, en effet, le change au clientélisme et à la corruption d'Etat. Mais, c'est toutefois, grâce à ce même système, qu'il a été propulsé à Carthage. Disons, plutôt, grâce aux brèches qu'a ouvertes un système devenu obsolète et dans lesquelles se sont engouffrés les 73% de son propre réservoir électoral.
L'élection de cet homme venu de loin (pas d'une autre planète) représente sans doute un cas unique dans les annales de la démocratie. Un homme en dehors du système. Il ne veut pas se résoudre à l'admettre : il appartient quand même à la catégorie des antisystèmes. D'où son inadaptation caractérielle au système en place. Ce système qu'il ne cesse de conspuer, mais dans lequel il se fond. Et même cette constitution qu'il a juré de défendre et de préserver, il n'en utilise que ce qui lui convient : nommer des chefs de gouvernement, tout en commettant des erreurs de casting, comme ce fut avec Fakhfakh, et s'arroger le pouvoir exclusif de ces nominations pour ne pas les laisser aux « bons » soins de la bande à Ghannouchi au Parlement. Il est donc bien dans le système. Et il est jaloux de son propre statut : « la Tunisie n'a qu'un seul Président à l'intérieur et à l'extérieur ! ».
L'armée et les forces
intérieures, son refuge...
En fait, il ne plane que pour aussitôt redescendre sur terre. Pas aussi mystique que ça, notre Président. Bien entendu, sur le plan social, il met systématiquement en avant « les jeunes » dont il croit qu'ils sont les seuls à l'avoir élu. Ces jeunes, il les instrumentalise aussi quand il exige que ce satané Dialogue national doive se faire essentiellement avec leurs représentations centrales et régionales. Une manière bien maligne de laisser Noureddine Tabboubi tourner en rond. Parce que Kaïs Saïed sait que tout ne baigne pas dans l'huile du côté de la Place Mohamed Ali. Parce qu'il sait aussi que les accords d'Al Kamour se sont faits sans réelle impulsion de la centrale syndicale. Soit dit en passant qu'ils ont été réalisés sans véritable impulsion de sa part, lui non plus. Et, en plus, il sait que, comme lui, l'UGTT n'acceptera pas d'infléchir un Dialogue avec certaines parties politiques qui combattent le côté civil et laïc de l'Etat. Au final, ce Dialogue a très peu de chances d'être mis sur pied. Et, surtout qu'Ennahdha, en réelle déconfiture, entend l'exploiter comme rampe de relance.
En fait, Kaïs Saïed a très vite compris que ce Dialogue dépend de son bon vouloir, mais qu'il ne tournera pas autour de lui. Et puis, ce Dialogue n'aura pas de vocation institutionnelle, alors que, lui, envisage toute une réforme des institutions.
Et alors, voilà un indice tout à fait significatif. A l'évidence, l'idée avancée par Mohamed Abbou quant au recours du Président à l'Armée, n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd.
Voilà qu'à la nuit du 31 décembre, le Président fait une visite d'inspection au ministère de l'Intérieur. Et voilà qu'en l'absence de Méchichi -dont relèvent les forces sécuritaires intérieures- il prononce un bref discours (cf. la page officielle de la Présidence) dans lequel il affirme tout haut que « le Président de la république est le Chef suprême des forces armées sécuritaires et militaires ». Des constitutionnalistes ramènent cette déclaration, cette « annexion » des forces sécuritaires à l'interprétation de l'article 77 de la constitution, lui permettant par extension de diriger directement des ministères de souveraineté.
Ce n'est pas un simple coup d'épée dans l'eau. Il avait bien décidé de confier la gestion du nouveau CHU de Sfax (construit avec un don chinois) au ministère de la Défense. Il a bien mis l'ammonite importée de Russie sous contrôle militaire. Dans tous les cas de figures c'est judicieux, parce que l'institution militaire est connue pour sa rigueur. Mais, en filigrane, il a aussi évoqué l'éventualité de modifications au sein de l'équipe gouvernementale, tout autant que le dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement...
Fléchettes acérées en direction de Méchichi et de sa ceinture parlementaire ? Possible. Déclaration de guerre contre ceux qui ne sont pas sur la même planète que lui ? C'est évident. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'a pas donné de signe d'espoir pour 2021, ni désamorcé la tristesse de 2020. En fait, où veut-il aller ?
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.