Gabès | Covid-19 : Fermeture temporaire des délégations de Métouia et Oudhref    Augmentation des prix des carburants    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie [Vidéo]: Distribution de couffins du Ramadan à Sfax par l'Association de la continuité des générations    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie à la pêche ! (1/2)
Publié dans Le Temps le 14 - 01 - 2021

Trente-deux nouvelles inscriptions ont été ajoutées par l'UNESCO à ses listes du patrimoine immatériel. La Tunisie y est doublement inscrite grâce à la pêche à la charfiya aux îles Kerkennah, et le couscous, ou plutôt «Les savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous», générique commun à trois autres pays : l'Algérie, le Maroc et le Mauritanie, et élément ajouté à la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Dans cette première partie d'article, la Tunisie a la pêche !
L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a, courant décembre, dévoilé la liste des 32 nouvelles inscriptions à ses listes du patrimoine immatériel.
Ces nouvelles inscriptions ont été réparties en deux catégories.Tout d'abord, la liste du Patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, recensant «les éléments du patrimoine vivant dont la pérennité est menacée». On y trouve «les connaissances et techniques traditionnelles associées au vernis de Pasto mopa-mopa de Putumayo et Nariño (Colombie), «le tissage à la main en Haute-Egypte (Sa'eed)» (Egypte), «les connaissances et les savoir-faire musicaux ancestraux d'Aixan /gâna/ob #ans tsî //khasigu» (Namibie). Ces ajouts portent à 67 éléments cette liste.
La seconde catégories concernent les éléments ajoutés à la liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Notre pays y est représenté deux fois.
L'une des inscriptions concerne la pêche à la charfiya aux îles Kerkennah, la seconde, commune à trois autres pays maghrébins (Algérie, Maroc, et Mauritanie), a trait «aux savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous».
Punique et artisanale
La pêche à la charfiya remonte à l'époque punique et est une technique halieutique artisanale. La fiche inventaire national du patrimoine culturel immatériel n° 7/031 de l'INP présente ce type de pêche comme «probablement l'une des plus anciennes techniques», précisant, toutefois que le terme de charfiya «n'apparaît sur les documents officiels qu'à partir du XVIIe siècle, notamment sur les titres d'appropriation du domaine public maritime, conservés par l'administration concernée à Kerkennah, et dont le plus ancien remonterait à 1670. Pour certains, l'origine de cette appropriation, considérée comme une singularité de l'archipel, remonterait au XVIIIe siècle, quand le bey Ali Pacha Ier aurait débouté les frères Charfi originaires de Sfax, qui se seraient adjugé le monopole de l'exploitation du banc appelé taadiya, et en octroya le droit exclusif aux Kerkenniens en tant que donation aumônière. Cette sorte d'aliénation a abouti au parcellement des zones de haut-fond comme sur le continent, et à donner aux Kerkenniens un droit de propriété sur la mer, authentifié par actes notariés très anciens».
«La pêche à la charfiya aux îles Kerkennah est une technique de pêche traditionnelle qui exploite passivement les conditions hydrographiques, le relief marin et les ressources naturelles sur mer comme sur terre. La charfiya est une pêcherie fixe utilisée entre l'équinoxe d'automne et le mois de juin pour permettre à la faune marine de se régénérer. Chaque année, la reconstruction de ce dispositif est associée à des pratiques sociales. La pêche à la charfiya, qui suppose une excellente connaissance de la topographie sous-marine et des courants marins, est la principale technique de pêche utilisée dans les îles. C'est donc un facteur d'unité pour les habitants de l'archipel», peut-on lire sur le site de l'UNESCO. Cette présentation a été basée sur le dossier présenté par la Tunisie pour l'inscription de la pêche à la charfiya ; dossier où l'on peut lire : «A Kerkennah, toute la population locale est attachée à l'élément, indépendamment de l'âge, du sexe, de la profession et de l'habitation de ses membres. La communauté des pêcheurs [est composée] des groupes des pêcheurs professionnels de l'archipel ; des membres de la famille élargie et les voisins qui participent au montage de la pêcherie ; des amateurs et des pêcheurs occasionnels qui s'adonnent de façon aléatoire à ce type de pêche, parallèlement à l'exercice de leurs métiers ou professions (fonctionnaires en vacances, salariés à la retraite, élèves et étudiants en vacances scolaires...). Les associations œuvrant pour la sauvegarde et le développement de la pêche à la charfiya [sont] l'Association du Festival de la charfiyaà Ouled Ezeddine ; l'Association Jeunes Science ; l'Association pour le développement de la pêche traditionnelle. Les groupements professionnels [sont] «le Groupement Professionnel d'Ouled Ezeddine ; le Groupement Interprofessionnel des Produits de la Pêche. L'Instance élue et représentative de la communauté locale [est] la commune et la municipalité de Kerkennah, sachant que tout l'archipel est considéré périmètre communal. Les autres intervenants [sont] les ouvriers agricoles qui coupent les palmes (surtout dans l'oasis de Gabès), et les transporteurs en camion».
Types de mesures pour la sauvegarde et la valorisation
Il faut savoir pour si un pays souhaite inscrire un de ses patrimoines sur une des listes de l'UNESCO, il faut qu'il apporte des garanties de sauvegarde et de valorisation. Ainsi, pour la pêche à la charfiya, notre Institut national du Patrimoine a décidé de prendre différents types de mesures, directes et indirectes. Les premières «ont pour objectif de garantir la pérennité de l'élément en lui-même». Quant aux les secondes, elles «visent à protéger l'écosystème, et à fortiori cet élément».
De ce fait, entre autres et pour exemples, «en tant qu'héritage culturel la pêche à la charfiya est l'objet de plusieurs études universitaires à vocation anthropologique, socioéconomique et de science halieutique. Elle représente aussi un sujet de prédilection pour des émissions et des productions radiophoniques et télévisuelles aussi bien en Tunisie qu'à l'étranger» ; «la société civile s'est engagée à valoriser cette technique de pêche grâce à des activités culturelles à vocation promotionnelle» ; «la communauté des pêcheurs propose une série de mesures de sauvegarde [comme la] plantation de palmiers dans les îlots déserts», etc.
Notons que la pêche à la charfiya a fait l'objet de différents documentaires, reportages, d'émissions radiophoniques, d'actes de séminaires, et de livres et autres écrits.
Z.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.