AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...
Publié dans Le Temps le 16 - 01 - 2021

Malgré la conjoncture actuelle, le cinéma continue. Tout d'abord, les J.C.C. puis « Vues sur les Arts » (à l'Agora La Marsa). Ensuite, les louables tentatives de programmation cinématographique de l'IFT, et bien sûr, ce que nous propose la Cinémathèque Tunisienne depuis le début du mois de janvier en dépit des nouvelles menaces que cause la pandémie.
Tarek Ben Chaabane, directeur de la Cinémathèque Tunisienne explique sa démarche et son choix. Pour ainsi dire à quel point, les cinéphiles auront envie de retrouver l'intimité confinée des salles obscures. Tarek Ben Chaabane juge important de proposer un programme à même de les inciter à renouer avec l'expérience d'un grand écran. Entretien.
Le Temps : la Cinémathèque va renouer avec le public en ouvrant les salles de cinéma malgré la persistance de la situation sanitaire, quelles sont les mesures que vous aves prises pour le bon déroulement des choses et la sécurité des cinéphiles ?
Tarek Ben Chaabane : les JCC ont été une sorte de répétition générale. Notre équipe s'est rodée. Le protocole sanitaire mis en place est efficace et il faut reconnaitre que les spectateurs sont responsables. Donc, il n'y a pas de soucis de ce côté-là.
*Qu'avez-vous préparé pour le premier semestre de la nouvelle année. Y a-t-il un programme fin- prêt qui attend de voir le jour ?
-Avec mon équipe, nous avons établi un programme qui couvre tout le premier trimestre. Avec des options pour le reste de la saison. Il y aura bien sûr des cycles autour des grands maîtres du cinéma, une rubrique consacrée aux (re) découvertes, dédiée aussi bien aux anciennes pépites, qu'à des cinéastes actuels, mais dont les films ne sont pas distribués dans les circuits conventionnels.
Pour le premier axe, je cite Ken Loach, Stanley Kubrick ou Alfred Hitchcock. Pour le second, Hassen Ferhani et Amir Naderi.
Venant du monde universitaire, je pense que la synergie avec le monde académique est essentielle. Nous allons donc, et passé la période d'examen, organiser des séminaires autour de la critique, de l'analyse des œuvres etc...C'est dans cette perspective que nous allons lancer une revue dédiée à la recherche et aux essais sur le septième Art.
Une grande partie de notre travail sera consacrée au « non-film ». Nous comptons éditer une collection de scénarios tunisiens mais aussi, entreprendre la restauration et la collecte des affiches de films. C'est ma collaboratrice Lilia Ben Achour qui prend en charge cet aspect.
Nous allons aussi organiser des expositions. La première qui sera inaugurée le 22 janvier, est consacrée à l'œuvre du cinéaste et écrivain Nacer Khémir. Elle sera accompagnée d'une projection de quatre de ses films. La seconde programmée pour fin février, est consacrée aux travaux du photographe Skander Dhaoui, autour des figures et des lieux du cinéma en Tunisie...
*Est-ce que la coopération avec les services culturels des différentes ambassades va se poursuivre, sinon s'intensifier surtout que la ligne directrice de nos assises culturelles demeure encore floue et peu claire. Le ministère chargé de la Culture est peu enclin au transfert de ses compétences culturelles. Qu'en pensez-vous ?
- Oui, la coopération va se poursuivre. L'IFT restant un de nos principaux partenaires. Il y a aussi la Francophonie qui organise la semaine du film et de nombreuses ambassades amies de la Cinémathèque. Ces partenariats nous permettent d'avoir accès à des films qui ne sont pas distribués en dehors des festivals et des circuits d'art et d'essai...
*Selon vous, comment proposer au public de revenir dans les salles de cinéma après une rupture qui a trop duré. Qu'en est-il de Netflix ?
-Je suis mal placé pour répondre à cette question. Subjectivement, je pense que oui. Avec Daly Okbi, nous avons relevé le défi de « lancer » « Vues sur les Arts », en nourrissant de nombreuses craintes à cause de la pandémie. Nous avons travaillé sur ce festival depuis le mois de juin pour qu'il coïncide avec la rentrée scolaire et universitaire en septembre. La situation sanitaire en a voulu autrement. Maintenant, le public a apprécié le programme. C'est le plus important pour moi.
*Vous avez fait partie du comité qui a pensé et programmé les films de la première session de ce festival, et vous comptez reprogrammer cette fois à la Cinémathèque, « La vie passionnée de Vincent Van Gogh » de Vicente Minnelli. Pourquoi ?
- C'est un beau film. Un grand classique qui a donc sa place dans la programmation de la Cinémathèque. Surtout qu'il me semble qu'il n'a pas été beaucoup vu...
*Outre votre vocation d'universitaire et critique de cinéma, vous avez publié plusieurs recherches sur le champ culturel et essentiellement sur le cinéma et l'audiovisuel dont le tout dernier paru en 2019 : « Le cinéma tunisien d'hier et d'aujourd'hui ». Quand verra t-on le prochain ?
- Je n'ai pas encore d'idée précise. Plus précisément, j'hésite entre deux ou trois problématiques. Mais je suis en train d'écrire, à mon rythme, un scénario de fiction sur une période de l'histoire tunisienne. Une période de grands choix et de grandes ruptures...
Propos recueillis par : S.B.Z


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.