Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    Ferid Belhadj :le groupe " la Banque mondiale "vient en rescousse à la Tunisie    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Pourquoi | A quoi sert la digitalisation?    Ons Jabeur rassure son public    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    Moncef Ben Moussa nommé directeur général par intérim du musée national d'art moderne et contemporain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dérives sécuritaires, intimidations et arrestations arbitraires
Publié dans Le Temps le 09 - 03 - 2021

L'option adoptée par le gouvernement de Hichem Méchichi, avec la politique du bâton pour mater les mouvements populaires ne cesse pas de provoquer l'inquiétude de la société civile qui y voit un retour aux anciennes méthodes de répression. Dérives sécuritaires, harcèlements, arrestations arbitraires et intimidations avaient marqué les derniers mouvements sociaux, ce qui n'est pas de nature à voir l'avenir en rose, surtout que ces pratiques rappellent les périodes de l'ère Ben Ali et celles de la gouvernance de la troïka qui n'avait pas trouvé mieux que de réprimer les manifestations à Siliana qu'en faisant usage de tirs de chevretines.
Le Collectif de soutien aux mouvements sociaux en Tunisie a dit suivre avec "une grande inquiétude" l'évolution de la situation dans le pays depuis le déclenchement des mouvements sociaux et protestations de jeunes en janvier 2021. Il cite, à cet égard, plus de 1600 arrestations dont 300 mineurs, des procès expéditifs par dizaines dans toutes les régions et de lourdes condamnations allant de 8 mois à 3 ans de prison ferme.
Quadrillage
des quartiers populaires
Créé en France, en janvier dernier, à l'appel de plusieurs sections des associations et partis politiques Tunisiens, établis en France, le Collectif de soutien aux mouvements sociaux en Tunisie dénonce, dans un communiqué, dimanche, "la dérive sécuritaire qui s'illustre par un climat d'intimidation que certains groupes et officines dont les syndicats de police s'emploient à instaurer à travers les réseaux sociaux, le quadrillage des quartiers populaires ou dans les manifestations".
Des campagnes de harcèlement et d'intimidation, déplore le Collectif, qui peuvent aller jusqu'à l'arrestation arbitraire et à l'organisation de procès infondés.
"La réponse répressive adoptée par le gouvernement tunisien confronté à une crise politique, économique et sociale aiguë se traduit par une dérive sécuritaire alarmante qui cible tout particulièrement les jeunes et les activistes de la société civile", s'indigne le Collectif, citant l'incarcération des dizaines de jeunes "au nom de prétendus chefs d'inculpation ou suite à des procès iniques reposant sur un arsenal juridique en contradiction flagrante avec les droits constitutionnels qui garantissent la liberté d'expression et de manifestation".
Le Collectif appelle dans ce sens, à la libération de Rania Amdouni qui a été condamnée jeudi 4 mars 2021 à six mois de prison ferme pour "atteinte à la morale publique". Il considère que l'arrestation de "la militante féministe et LGBT Rania Amdouni participe de cette logique qui vise à faire taire tous ceux qui contestent ou dénoncent les bavures policières".
Le Collectif dénonce la campagne de dénigrement qui a visé Rania Amdouni, pour son activisme lors des mobilisations pour les libertés et la démocratie. Une campagne qui a été alimentée, selon lui, par des syndicats policiers suite à sa participation aux manifestations contre la répression policière de janvier dernier et à travers la diffusion sur les réseaux sociaux de sa photo accompagnée de commentaires humiliants et d'autres données personnelles, telle que son adresse.
Mort suspecte
Sur un autre plan, le Collectif réclame l'établissement de la vérité sur la mort d'Abdesselam Zayan dans une prison à Sfax. Arrêté pour non-respect du couvre-feu, le jeune homme est décédé durant son interpellation pour n'avoir pas eu accès à son traitement médical, vital pour lui, s'indigne le Collectif. Rappelons que le défunt qui était diabétique n'a pas pu recevoir son traitement d'insuline. Le Collectif demande que toute la lumière soit faite sur un comportement qualifiable de « non-assistance à personne en danger » commis par les agents de l'autorité publique.
Le Collectif appelle enfin toutes les forces agissant pour les libertés, la démocratie et le progrès, dans les pays de résidence (Paris – Bruxelles –Genève – Milan – Montréal), à maintenir et à intensifier la mobilisation pour défendre les droits et les libertés acquis depuis 2011, s'élever contre la dérive autoritaire des autorités, les abus de la police et la complicité de la justice.
Rappelons que le Collectif se propose "d'agir en faveur de la convergence des luttes et du rassemblement des forces de progrès en Tunisie. Et de Rassembler, ensuite, les organisations, associations et citoyens tunisiens pour une action de mobilisation solidaire large et un soutien concret et efficace aux luttes sociales en Tunisie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.