CONDOLEANCES    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finale    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    Tunisie – Coronavirus : 82 décès supplémentaires et 2291 nouvelles contaminations en 24H    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Euro: les matches de ce samedi    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeunesse tunisienne : la répression s'intensifie
Publié dans Business News le 04 - 03 - 2021


Il ne fait pas bon être jeune en Tunisie.
Rania Amdouni, militante féministe et jeune activiste queer de 26 ans, l'un des rares visages tunisiens de la lutte pour les droits LGBTQ, a été condamnée aujourd'hui jeudi 4 mars 2021 à six mois de prison ferme. Accusée du fameux outrage à agent – une accusation fourre-tout – elle est aussi accusée d'atteinte à la morale publique. En réalité, Rania a été arrêtée après s'être rendue au poste de police porter plainte suite à une campagne de dénigrement la visant à cause de son militantisme en faveur des droits LGBTQ. De victime de harcèlement, Rania est devenue coupable et la plainte s'est transformée en accusation.

A l'image de cette jeunesse qui n'aspire qu'à vivre à pleins poumons dans son propre pays, Rania représentait une minorité dont elle voulait être le porte-drapeau. Alors qu'elle voyait la vie en mode arc-en-ciel, on a voulu éteindre ses couleurs aujourd'hui en la condamnant à l'ombre et au silence.
L'ancien secrétaire d'Etat à la Jeunesse, Abdelkaddous Saadaoui, s'est dit, lui, « honteux d'avoir un jour servi cet Etat », réagissant à la condamnation de Rania Amdouni.

Mais Rania n'est pas la seule.

Les jeunes Tunisiens sont en colère aujourd'hui après le décès tragique d'un jeune homme dans la ville de Sfax. Arrêté hier soir avec son frère pour infraction aux dispositions du couvre-feu, il a été conduit au poste de police à cause, encore une fois, d'une plainte pour outrage à fonctionnaire public. La porte ouverte à toutes les dérives.
Diabétique et insulino-dépendant, Abdessalem est mort en route vers l'hôpital pour ne pas avoir reçu sa dose d'insuline.
La mère de Abdessalem a indiqué, dans un témoignage rapporté par la ligue des droits de l'Homme, que son fils Wael, arrêté avec son frère, avait beau hurler et crier réclamant le traitement d'insuline pour son frère souffrant, il n'a obtenu aucune réponse. Il avait même été insulté par les agents du poste de police.

Un état de fait qui resserre encore plus l'étau sur une jeunesse qui suffoque et dont les raisons d'aimer leur pays, de s'y identifier et de ne pas avoir envie de le quitter, se font de plus en plus rares.
« Lorsque nos jeunes haïssent leur pays, quel espoir reste-t-il ? » a écrit l'ancien conseiller à Carthage Adnen Mansar. « Il n'a jamais été question de pauvreté, ni de choses matérielles. Il s'agit tout simplement d'une affaire de mental. Lorsqu'une jeune fille qui va porter plainte pour harcèlement se retrouve accusée d'outrage à agent et d'atteinte à la morale et condamnée à six mois de prison, ceci n'a aucun rapport avec la pauvreté ou l'emploi. Lorsqu'un jeune homme insulino-dépendant est arrêté pour avoir violé le couvre-feu et décède en détention car privé de traitement, ceci n'a également aucun lien avec le budget ou le FMI. Personne ne rendra des comptes car la Tunisie est devenue un Etat injuste », a écrit l'ancien dirigeant politique.


Les cas de Rania et de Abdessalem ne sont en effet loin d'être des faits rares ou isolés. La répression contre les jeunes est si courante que les faits s'accumulent et tomberaient presque dans l'oubli, tellement ils s'enchainent à une vitesse folle.

La condamnation absurde de trois jeunes Keffois à la peine surréaliste de 30 ans de prison ne fait presque plus parler. Elle date pourtant d'un mois. Il y a seulement un mois, le 2 février dernier, trois jeunes Tunisiens ont été condamnés par le Tribunal du Kef à 30 ans de prison pour consommation et détention de cannabis dans un lieu public. Le pays est en émoi. Mais pas assez pour que les choses changent. Deux semaines plus tard, un autre jeune, Taher, est condamné à 17 ans de prison pour consommation de cannabis.

En janvier 2021, des manifestations, organisées en majorité par des jeunes, ont subi la répression et la violence policières. Sortis manifester contre le chômage, le manque d'avenir, la répression policière, la crise sociale…ont été accueillis par des jets de gaz lacrymogène et des arrestations à la pelle.

Deux mois plus tôt, Badreddine Aloui, jeune médecin résident en chirurgie à l'hôpital de Jendouba, trouve la mort dans une chute d'ascenseur. Un drame qui survient alors que les jeunes médecins n'ont pas arrêté, depuis des années, de dénoncer le délabrement des hôpitaux publics, devenus un danger pour les citoyens et pour le personnel soignant. Une situation qui fait que de très nombreux jeunes médecins décident chaque année de quitter la Tunisie pour tracer leur route sous de meilleurs cieux…à côté d'autres jeunes diplômés qui choisissent de faire carrière à l'étranger et d'abandonner un pays qui n'a pas su leur donner leur chance.

Les répressions, les injustices et les drames se suivent mais ne se ressemblent pas. Ils font que cette même jeunesse qui avait eu un jour foi en un avenir meilleur et foi en son pays, perd chaque jour un peu plus espoir. Personne ne pourra leur en vouloir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.