Peugeot dévoile sa nouvelle identité visuelle    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Abir Moussi à Béja cette semaine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le CMF recourt à la justice pour sommer Tunisair de publier ses états financiers    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Comment sortir de la crise économique selon l'Union Tunisienne des Professions Libérales    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    CONDOLEANCES    Programme TV du mardi 02 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Grève des jeunes médecins : Des revendications sans réponse    Contrepoint | Inégalités...    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Robert B. Zoellick, président du groupe de la Banque mondiale, plaide pour un multilatéralisme moderne
Face à la crise financière
Publié dans Le Temps le 08 - 10 - 2008

« Les événements du mois de septembre pourraient complètement changer la donne pour de nombreux pays en développement...Nous courons le risque de voir resurgir l'inflation, des crises de la balance des paiements et des restrictions budgétaires »
Septembre a été un mois difficile d'une année marquée par l'instabilité. L'effondrement des marchés des capitaux, du crédit et du logement. Les tensions persistantes exercées par la cherté des denrées alimentaires et des combustibles. Les anxiétés suscitées par l'économie mondiale.
Au cours de l'année passée, la plupart des pays en développement ont affiché une robuste croissance malgré un contexte turbulent. Mais les progrès ne profitent pas à tous. La flambée des prix des denrées alimentaires et des combustibles fait tomber les plus vulnérables dans une zone dangereuse.
Les événements du mois de septembre pourraient complètement changer la donne pour de nombreux pays en développement. Une chute des exportations ainsi que des entrées de capitaux provoquera un fléchissement des investissements. Le ralentissement de la croissance et la dégradation des conditions financières, conjuguée à un resserrement monétaire, entraîneront la faillite d'entreprises et créeront peut-être des situations d'urgence dans le secteur bancaire. Pour certains pays, ces dérapages seront les précurseurs de crises de la balance des paiements. Comme c'est toujours le cas, ce sont les plus pauvres qui sont les moins à même de se défendre.
Nous ne pouvons pas revenir sur le processus de mondialisation. Nous ne pouvons pas non plus laisser la crise nous faire oublier les opportunités futures.
Nous devons tirer les leçons du passé pour construire l'avenir. Nous devons moderniser le multilatéralisme et les marchés pour appuyer une économie mondiale en mutation.
La hausse des prix pourrait faire retomber dans la pauvreté une centaine de millions de personnes dans les pays en développement. Nous courons le risque de voir resurgir l'inflation, des crises de la balance des paiements et des restrictions budgétaires.

Le multilatéralisme et les marchés traversent une sombre période.
Les sociétés et les marchés des capitaux privés continueront d'être les principaux moteurs de la croissance et du développement dans le monde. Toutefois, les systèmes financiers du monde développé, en particulier aux Etats-Unis, ont révélé des failles béantes après avoir subi des pertes colossales.
L'architecture internationale conçue pour faire face à ces situations craque et gémit sur ses fondations. La transformation peut être la plus frappante par rapport à ce que j'ai pu observer dans les années 80 lorsque j'étais au Trésor des Etats-Unis est la perte d'influence du G-7. Celui-ci jouait autrefois un rôle précieux de coordination des politiques, concrétisé, notamment, par les accords du Plaza et du Louvre. Mais les sommets économiques accordent de longue date la priorité au protocole plutôt qu'à l'action publique.

Un nouveau réseau multilatéral pour une nouvelle économie mondiale
Alors même que les Etats-Unis et le monde s'évertuent à sortir de la crise actuelle, il nous faut contempler un avenir plus lointain : nous avons besoin d'un nouveau réseau multilatéral pour servir une nouvelle économie mondiale.
Le nouveau multilatéralisme doit respecter la souveraineté nationale, tout en reconnaissant que de nombreux problèmes ne s'arrêtent pas aux frontières nationales.Le nouveau réseau multilatéral doit être pragmatique. Sa mission fondamentale consiste à promouvoir la coopération en encourageant les intervenants à échanger leurs vues sur des questions d'intérêt, nationales et internationales. Souvent, le simple fait de partager des informations marque un pas en avant.
Nous avons vu le côté sombre de la mondialisation. Il nous faut maintenant en promouvoir les aspects positifs. Cet effort devra commencer ici même. L'an prochain, les Etats-Unis s'emploieront activement à remettre en ordre le système de réglementation et de supervision financière qui a failli à sa mission. Les procédures de compensation et de règlement devront être améliorées. Les règles en matière de transparence, de capital, d'effet de levier, de comptabilité, et surtout maintenant, de liquidité, doivent être modernisées.
Nous devons nous demander pourquoi un aussi grand nombre d'institutions assujetties à une réglementation et une supervision rigoureuses se sont fourvoyées.
Les ondes de choc nées de la crise financière qui a éclaté en septembre aux Etats-Unis se propagent à travers l'économie mondiale. La dure réalité est que les pays en développement doivent se préparer à une chute des échanges, des apports de capitaux, des envois de fonds des travailleurs émigrés et des investissements domestiques, ainsi qu'à un ralentissement de la croissance.
Les pays dont la situation budgétaire et la balance des paiements sont solides doivent être encouragés à relancer la demande intérieure par la consommation et l'investissement. Mais il en est d'autres qui ont une marge de manœuvre budgétaire limitée, des déficits courants hasardeux, des problèmes de balance des paiements ou un secteur financier en danger, ou qui sont confrontés à ces quatre difficultés à la fois. @Les circonstances nous imposent de moderniser le multilatéralisme et les marchés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.