Tunisie – Hajeb Laâyoun : Des casseurs volent des voitures et des motos du dépôt municipal    Troubles nocturnes à Bizerte    Tunisie | Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie-Affaire Nabil Karoui : L'Association des Magistrats Tunisiens dénonce la position de Ghannouchi    Tunisie – Protestations : Entrée en jeu fracassante de l'UGET qui appelle à la chute du système    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie rate la relance face au Brésil    Handball -Mondial d'Egypte -Tunisie -Brésil 32 -32: Quelle frustration !    Annonce mi-février 2021 des résultats de l'appel à candidatures pour le programme national des villes intelligentes    Régression à 30 mille tonnes des exportations tunisiennes de fruits en 2020    Ben Arous: Affrontements entre la police et des protestataires à El Yesminet    Réouverture des mosquées : Appel au strict respect du protocole sanitaire    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    De nombreux manifestants arrêtés étaient des mineurs    Vers cinq millions de morts du Covid-19 en mars?    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Dernière minute : Samia Abbou transférée à l'hôpital militaire    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Faisan Commun reste très particulier
Reportage: Elevage de gibier rentable, mais coûteux
Publié dans Le Temps le 11 - 10 - 2008

Le faisan commun est un gibier rare en Tunisie. Or la faible représentation de l'espèce à l'état sauvage ne devait pas faire oublier ses excellentes capacités d'adaptation. Actuellement, la plupart des obstacles techniques liés à son implantation sont levés et, seuls, des problèmes de choix cynégétiques empêchent ou freinent sa plus grande diffusion à l'état sauvage.
Dans l'avenir, l'espèce pourra s'installer de manière durable sur nos sites agricoles. C'est le cas de la faisanderie de Henchir Kort à 12kms de Nabeul. Parsemant des paysages lumineux et accidentés, le village verdoyant confère à la région une forte personnalité.
Douceur du climat et transparence de l'air exaltent les étonnants contrastes d'une nature riche et multiple. Les pistes et les petites routes pittoresques sont peu fréquentées. Nul besoin de carte : à chaque carrefour, des jeunes paysans vous indiquent la route à suivre. Là M.Tarak Hadrouk éleveur et passionné par la nature et les animaux depuis toujours, nous reçoit dans sa faisanderie étendue sur un hectare et demi. Sa spécialité c'est l'élevage du faisan commun. " Depuis longtemps, je pense à monter ce projet. Le 22 avril, la faisanderie a démarré après des travaux de terrassement. J'ai opté pour l'élevage du faisan commun qui se différencie des autres espèces de faisans. Le mâle, ou coq, très coloré, a la tête d'un beau vert vif aux reflets métalliques, les joues, privées de plumes, sont rouges, le ventre est fauve à roux, le dos est marron. Il mesure 75 à 90 cm de long, pour un poids moyen de 1 400 g. La femelle, de taille plus réduite (1 100 g), présente un plumage terne d'aspect brun à beige.La femelle, beaucoup plus terne, est de couleur grise tachetée de noir. L'un et l'autre arborent une longue queue striée de noir, plus courte chez la femelle. Les poussins importés de France s'alimentent essentiellement d'insectes et de larves. Les jeunes et les adultes mangent des graines, du maïs, du sorgho, des jeunes pousses et à l'occasion quelques vers. Plutôt sédentaire, le faisan peut néanmoins effectuer quotidiennement des déplacements de un kilomètre ou plus, pour satisfaire l'ensemble de ses besoins. Le faisan a d'importantes facultés d'adaptation comme le démontre la grande diversité des milieux qu'il occupe. Ici, nous sommes à deux mille faisans. Ces effectifs peuvent doubler, voire tripler entre avril et août. Cependant la facilité de l'élevage du faisan commun incite nombre de chasseurs à pratiquer des lâchés en période de chasse, ce qui contribue à altérer son image d'oiseau sauvage. Si de nombreux terrains conviennent déjà à l'espèce, des aménagements sont parfois nécessaires à son maintien à un niveau satisfaisant : exploitation régulière des taillis, mélange des peuplements forestiers, création de parcelles cultivées, agrainage. La reconstitution de populations est alors envisageable à partir de repeuplements massifs accompagnés d'une gestion cynégétique rigoureuse ".

Exigences techniques
Il est vrai que l'élevage des faisans communs nécessite beaucoup d'investissements " Cet élevage en parcours, ajoute M.Hadrouk, coûte cher par rapport à celui d'autres volailles, et producteurs et consommateurs doivent se rendre compte qu'il ne s'agit pas simplement d'un "type différent de poulet". À condition d'adopter une bonne conduite de l'élevage, les producteurs peuvent améliorer de nombreux facteurs comme le taux de ponte, le taux d'éclosion et le taux de mortalité. Si l'on veut conserver au gibier à plume son goût distinctif, il n'est pas possible de réduire les coûts de production en élevant les sujets dans des poulaillers et en ne leur donnant que des aliments granulés. La transformation du gibier à plume exige une manutention et un équipement différents de ceux utilisés pour les autres volailles et coûtera toujours plus cher que celle d'autres volailles. Les coûts élevés ne sont pas nécessairement un obstacle à la croissance mais il faudra bien commercialiser ce gibier qui commence à avoir ses adeptes en Tunisie. Actuellement, le prix d'un faisan oscille entre 15 et 17 dinars. Il est de plus en plus prisé par les hôtels, les restaurants et les grandes surfaces. Des pourparlers sont très avancés pour l'exporter sur le marché libyen. Mais mon souhait conclut M.Hadrouk, c'est d'organiser des lâchers, reconstituer des populations sauvages et développer la chasse de ce gibier sur 400 à 500 hectares. Devant soi, de préférence avec un bon chien d'arrêt ou en battue. La battue de "tirés" constitue la façon la plus traditionnelle de le chasser, avec la chasse au vol. La nouvelle loi de la chasse encourage ce genre d'activités surtout que les parcours ne manquent pas dans le Cap Bon "


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.