Foot – Coupes d'Afrique des clubs : Résultats des matches de samedi    Coronavirus : 2 décès et 100 nouvelles contaminations, Bilan du 15 octobre    Alors que Sfax baigne dans les ordures, l'ANGed fait du tourisme de conférence en France !    Tunisie – UGTT : La réforme politique est l'affaire de tout le monde et non pas d'une seule personne    Mustapha Kamel Madbouli félicite Najla Bouden pour sa nomination    Ligue des Champions : L'Etoile fait match nul 1-1 au Rwanda    Tunisie – Etude méthodologique sur l'analyse des effets de la migration sur le marché du travail national    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    Rencontre entre le ministre de l'Economie et le président de l'Utica    Secteur agricole – Investissements et avantages insignifiants en 2021    Mehdi Ben Gharbia emmené à la caserne de la Garde nationale de l'Aouina    Brahim Chaïbi : Les mosquées ne doivent pas être exploitées à des fins politiques !    Tunisie: We can    Entretien téléphonie entre Kais Saied et Josep Borell: La version de la Tunisie VS celle de l'UE!    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Le dirigeant de Hamas Khaled Mechaâl exprime sa solidarité avec Moncef Marzouki    Honda City, cinquième du nom, disponible chez JMC à partir de 64.990 dinars    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Ambassade de France en Tunisie: Conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Mehdi Ben Gharbia dénonce l'intimidation policière qui le vise    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Faisan Commun reste très particulier
Reportage: Elevage de gibier rentable, mais coûteux
Publié dans Le Temps le 11 - 10 - 2008

Le faisan commun est un gibier rare en Tunisie. Or la faible représentation de l'espèce à l'état sauvage ne devait pas faire oublier ses excellentes capacités d'adaptation. Actuellement, la plupart des obstacles techniques liés à son implantation sont levés et, seuls, des problèmes de choix cynégétiques empêchent ou freinent sa plus grande diffusion à l'état sauvage.
Dans l'avenir, l'espèce pourra s'installer de manière durable sur nos sites agricoles. C'est le cas de la faisanderie de Henchir Kort à 12kms de Nabeul. Parsemant des paysages lumineux et accidentés, le village verdoyant confère à la région une forte personnalité.
Douceur du climat et transparence de l'air exaltent les étonnants contrastes d'une nature riche et multiple. Les pistes et les petites routes pittoresques sont peu fréquentées. Nul besoin de carte : à chaque carrefour, des jeunes paysans vous indiquent la route à suivre. Là M.Tarak Hadrouk éleveur et passionné par la nature et les animaux depuis toujours, nous reçoit dans sa faisanderie étendue sur un hectare et demi. Sa spécialité c'est l'élevage du faisan commun. " Depuis longtemps, je pense à monter ce projet. Le 22 avril, la faisanderie a démarré après des travaux de terrassement. J'ai opté pour l'élevage du faisan commun qui se différencie des autres espèces de faisans. Le mâle, ou coq, très coloré, a la tête d'un beau vert vif aux reflets métalliques, les joues, privées de plumes, sont rouges, le ventre est fauve à roux, le dos est marron. Il mesure 75 à 90 cm de long, pour un poids moyen de 1 400 g. La femelle, de taille plus réduite (1 100 g), présente un plumage terne d'aspect brun à beige.La femelle, beaucoup plus terne, est de couleur grise tachetée de noir. L'un et l'autre arborent une longue queue striée de noir, plus courte chez la femelle. Les poussins importés de France s'alimentent essentiellement d'insectes et de larves. Les jeunes et les adultes mangent des graines, du maïs, du sorgho, des jeunes pousses et à l'occasion quelques vers. Plutôt sédentaire, le faisan peut néanmoins effectuer quotidiennement des déplacements de un kilomètre ou plus, pour satisfaire l'ensemble de ses besoins. Le faisan a d'importantes facultés d'adaptation comme le démontre la grande diversité des milieux qu'il occupe. Ici, nous sommes à deux mille faisans. Ces effectifs peuvent doubler, voire tripler entre avril et août. Cependant la facilité de l'élevage du faisan commun incite nombre de chasseurs à pratiquer des lâchés en période de chasse, ce qui contribue à altérer son image d'oiseau sauvage. Si de nombreux terrains conviennent déjà à l'espèce, des aménagements sont parfois nécessaires à son maintien à un niveau satisfaisant : exploitation régulière des taillis, mélange des peuplements forestiers, création de parcelles cultivées, agrainage. La reconstitution de populations est alors envisageable à partir de repeuplements massifs accompagnés d'une gestion cynégétique rigoureuse ".

Exigences techniques
Il est vrai que l'élevage des faisans communs nécessite beaucoup d'investissements " Cet élevage en parcours, ajoute M.Hadrouk, coûte cher par rapport à celui d'autres volailles, et producteurs et consommateurs doivent se rendre compte qu'il ne s'agit pas simplement d'un "type différent de poulet". À condition d'adopter une bonne conduite de l'élevage, les producteurs peuvent améliorer de nombreux facteurs comme le taux de ponte, le taux d'éclosion et le taux de mortalité. Si l'on veut conserver au gibier à plume son goût distinctif, il n'est pas possible de réduire les coûts de production en élevant les sujets dans des poulaillers et en ne leur donnant que des aliments granulés. La transformation du gibier à plume exige une manutention et un équipement différents de ceux utilisés pour les autres volailles et coûtera toujours plus cher que celle d'autres volailles. Les coûts élevés ne sont pas nécessairement un obstacle à la croissance mais il faudra bien commercialiser ce gibier qui commence à avoir ses adeptes en Tunisie. Actuellement, le prix d'un faisan oscille entre 15 et 17 dinars. Il est de plus en plus prisé par les hôtels, les restaurants et les grandes surfaces. Des pourparlers sont très avancés pour l'exporter sur le marché libyen. Mais mon souhait conclut M.Hadrouk, c'est d'organiser des lâchers, reconstituer des populations sauvages et développer la chasse de ce gibier sur 400 à 500 hectares. Devant soi, de préférence avec un bon chien d'arrêt ou en battue. La battue de "tirés" constitue la façon la plus traditionnelle de le chasser, avec la chasse au vol. La nouvelle loi de la chasse encourage ce genre d'activités surtout que les parcours ne manquent pas dans le Cap Bon "


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.