Ennahdha appelle au limogeage du ministre de l'Intérieur    L'ESSENTIEL | La vérité, si je mens ?    Grève des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique Tunisiens mardi 25 janvier 2022    Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Express    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    CAN 2021 | Huitièmes de finale : Le Cameroun en favori !    CAN 2021 : Une sélection fait face à une épidémie de gastro-entérite !!    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Abdelkader Maalej: Hommage à Ali Baklouti, le fondateur de La Gazette du sud et Chams el janoub    Produit de consommation de base: Les prix varient d'une région à l'autre !    Tunisie – météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Passagers du métro agressés : ce que le suspect a dit en garde à vue    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Métro sous haute surveillance. Et pourtant ...
LA VIE DANS LA CITE
Publié dans Le Temps le 20 - 10 - 2008

Le métro participe efficacement dans la lutte contre le chômage, puisqu'il permet l'exercice de certains métiers à son bord. Vous avez tout d'abord les marchands ambulants qui nous rappellent les vendeurs à la sauvette qui colonisaient les trottoirs de la rue Charles de Gaulle. Ils vous vendent des cigarettes, du chewing-gum, du papier mouchoir... Grâce à ce petit commerce, ils améliorent la qualité du service de transport,
c'est leur manière de suppléer aux cafés- restaurants qu'on trouve dans les trains. Leur présence nuit bien sûr aux commerçants des kiosques loués par la compagnie, c'est une concurrence déloyale qu'il faut réprimer.
Les autres animateurs de cette scène sont les mendiants dont le marché est plus fructueux, eux, ils gagnent plus avec moins d'effort, il suffit d'user adroitement d'une certaine gesticulation et d'un lexique particulier : adopter la démarche d'un souffreteux en pliant l'échine, en traînant les pieds et en s'appuyant sur une canne, tendre la main obséquieusement et prononcer quelques mots avec une voix tremblante et suppliante.

La loi des mendiants
D'autres sont de vrais handicapés et vous collent aux yeux leurs cartes et leur infirmité. Dans les rames, ils sont les maîtres à bord, ils y font la loi, car ils sont généralement organisés en clans. Cette position de force permet à quelques uns d'entre eux d'endurcir les propos et le ton en prononçant des phrases menaçantes telles que « donne-moi ce qui appartient à Dieu » (aâtini mtaâ rabbi) en vous fixant du regard et en vous tirant par les vêtements. Cette attitude devient générale si la recette est en dessous de la moyenne ; quand c'est le cas, plus la journée avance, plus ils deviennent grondants. Dans le métro c'est comme dans la rue, on y trouve la même ambiance, ou plutôt pire, puisque là l'espace est fermé, ce qui veut dire que si jamais on est harcelé par un mendiant, on se trouverait devant ce cruel dilemme, lui donner « l'aumône » ou s'exposer à ses provocations qui risquent de prendre une mauvaise tournure, et il ne faut pas espérer de secours, car il n'y en a pas, ni agents de TRANSTU, ni agents de police, chacun doit se débrouiller tout seul, assurer sa propre protection. On se demande pourquoi n'applique-t-on pas la loi interdisant la mendicité.
Avec leurs allées et venues incessantes, ces mendiants et ces vendeurs dérangent tout le monde, bloquent le passage et font rater la station à des voyageurs ; avec leurs cris incessants, ils les empêchent de se détendre les nerfs, de rêvasser ou de lire un journal ou un livre pour oublier les conditions difficiles du transport et rendre le voyage un peu agréable. Et le plus grave c'est le danger qu'ils incarnent par leurs agissements. Ces brigands se partagent les stations, chaque bande tient un fief et gare à celui qui empiète sur celui de l'autre. Parfois des rixes éclatent entre eux, elles sont pareilles que les règlements de compte entre mafieux.
L'autre problème causant des perturbations dans le fonctionnement régulier du métro est provoqué par la sirène d'alarme. Depuis qu'on en a enlevé le cache, elle devient un jouet très sollicité par les amateurs des aventures, la scène de panique générale est agréable à vivre pour ces esprits curieux et intrigants. En fait, ils n'en sont pas les vrais responsables, car mettre un outil aussi dangereux à portée de main c'est en suggérer l'emploi, ces jeunes qui en usent ne sont donc pas forcément des délinquants. La débandade que provoque l'arrêt subito du métro cause des accidents dont les victimes les plus vulnérables sont les voyageurs fragiles comme les personnes âgées ou malades. Cette confusion représente aussi une aubaine pour les pickpockets auxquels se joignent les mendiants dont le déguisement et la comédie ne servent plus à rien en pareilles circonstances, alors ils se défont de leur attirail. A ce moment-là, ils ont besoin de leur force pour défendre leurs intérêts, il est question de partager le butin avec leurs collègues et rivaux non déguisés, les détrousseurs. Tirer la sirène d'alarme est devenue une pratique courante, par exemple, dans la station Romana pour dévaliser les voyageurs. Cela se passe comme dans le western où on tendait des embuscades aux trains pour les obliger à s'arrêter et cambrioler leurs occupants par la suite.

Le métro de l'enfer
Il n'y a pas que les voyageurs qui sont exposés au danger, le personnel l'est aussi. Le moment culminant de ce péril auquel sont exposés les agents de la compagnie c'est neuf heures du soir. A partir de cette heure-là, la perception se fait à bord du métro. Certains guichets ferment bien avant, celui de Bouchoucha à 8h25, ceux de Romana et Meftah Saâdallah à 8h45, celui de Bardo à 8h37. A partir de ce moment, la vigilance est extrême de la part des receveurs. Et même dans les rames ils ne sont pas en sécurité, car c'est la ronde des gardiens de nuit, les brigands et les ivrognes, ce qui les oblige à se refugier dans les cabines de conduite. Leur cachette occasionne bien sûr des pertes énormes dans la recette, puisque le meilleur d'entre eux ne rapporte pas plus de 30 dinars. Le voyageur aussi a sa part de frayeur, en fait il est doublement effrayé : il craint à la fois d'être braqué et agressé par ces bandits et pris pour un resquilleur et payer une amende de 25 dinars si jamais un contrôleur se manifeste, car comme on l'a expliqué plus haut les receveurs sont introuvables. Dans ces conditions, traîner en dehors de chez soi jusqu'à neuf heures du soir c'est courir de gros risques, et même ceux qui l'auront échappé belle ne seront pas épargnés des quelques traumatismes causés par les scènes violentes qui se déroulent sous leurs yeux et les agressions verbales auxquels ils sont exposés, eux et les autres passagers. TRANSTU est tenue d'honorer ses engagements envers sa clientèle, la contre partie du tarif que paye le voyageur ce n'est pas seulement le faire parvenir à destination, mais c'est aussi assurer son confort et surtout sa sécurité.

Des caméras de surveillance
Cela fait des années que la situation dure, que des voyageurs et des receveurs sont agressés et toujours pas de solution. Ces derniers sont obligés de restituer la bourse et les tickets qu'on leur a subtilisés bien que ce ne soit pas de leur faute que cela arrive, ils sont en fait lésés deux fois, par les malfaiteurs et par la compagnie qui, au lieu d'assurer leur sécurité et celle des passagers, les blâment pour un délit qu'ils n'ont pas commis. Pourquoi ne pas mettre en place des équipes pour la vente à bord, car un receveur par rame est trop insuffisant. Que pourrait-il faire le pauvre face à une bande de voyous ?
Les agents et les voyageurs ne sont pas la seule cible de ces criminels, il ya également les guichets dont on a remplacé les belles portes qui se sont avérées fragiles, elles n'ont pas pu résister au forcing de ces malandrins. Alors on a sacrifié l'esthétique au profit de la robustesse en les remplaçant par d'autres en fer forgé semblables à celles qu'on trouve dans les pénitenciers. Mais c'était un effort vain, parce qu'ils ont réussi à les défoncer, il y a des guichets où il n'y a pas d'éclairage, car on a arraché les fils de cuivre, et des toilettes d'où on a enlevé les cuvettes. Des patrouilles de police s'imposent aussi bien dans les rames que dans les stations, ces rondes doivent être régulières et non pas sporadiques comme c'est le cas actuellement. Il y a une autre solution qu'on peut envisager, l'installation des caméras de surveillance dans les stations. A ce propos, on voudrait bien savoir quel est le sort de celle installée à la station El Khadra il y a deux ans.
On estime qu'en dépit de toutes les défaillances qu'on vient de soulever, la structure même du réseau métropolitain explique dans une large mesure le problème d'insécurité et de perte de bénéfices. Un métro aérien permet aux malfaiteurs de disparaître dans la nature, les issues sont nombreuses. S'il était souterrain, ces criminels seraient pris comme des rats et le nombre des resquilleurs aurait diminué très sensiblement. Un métro en sous-sol est un garant de sécurité et de rentabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.