Tunisie : le taux de chômage atteint 15,1% au premier trimestre 2020    Tunisie – Rached Ghannouchi présente ses condoléances à Abir Moussi    Tunisie – Le gouvernement organise une nouvelle série de vols de rapatriements des tunisiens coincés à l'étranger    Djerba | L'ASSIDJE dénonce des « atteintes » au patrimoine architectural des mosquées    Coronavirus – Algérie : Le bilan grimpe à 653 décès    Tunisie – L'Ariana : Arrestation d'un individu pour appartenance à une organisation terroriste    Etats-Unis : Les protestations contre la mort de George Floyd ont balayé 30 villes, 25 d'entre eux ont annoncé des couvre-feux.    OXFAM -Appel à proposition d'initiatives pour le projet « Voix et leadership des femmes en Tunisie »    Saïd Naciri, président du club marocain : «Nous ne nous sommes pas retirés !»    Le sit-in «Bardo 2», servi sur un plateau à Kaïs Saïed ?    L'huile d'olive s'exporte bien malgré la crise    Les revenus de Tunisair en baisse de 28%    L'ITCEQ prévoit une perte sèche de 4 milliards à 12,2 milliards dinars    Les confinés au jour le jour    Entre abstraction et figuration    Une mère c'est celle qui ouvre son cœur avant ses bras !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 31 mai à 11H00    Arrestation d'un jeune pour trafic de drogue    Le bureau fédéral adopte le projet de calendrier relative à la reprise de la saison 2019-2020    Météo│Prévisions pour aujourd'hui, dimanche 31 mai 2020    Pourquoi le Royaume-Uni, 4ème grand foyer du Covid-19 au Monde, connait-il trop peu de guérisons parmi les malades ?    Tunisie-Ligue 2 : Le bureau fédéral annonce les dates des plays-offs    Tunisiens « tenez bon » : il ne reste plus que 30 jours pour annoncer la victoire contre le Coronavirus en cas d'aucun nouveau cas local d'ici là    La prolongation de 6 mois de l'Etat d'urgence en Tunisie confirme l'existence de risques majeurs qui guettent le pays    DECES: Emna Bent Mohamed Mokni épouse Bouabid    Ennahdha: Ghannouchi et le syndrome d'hubris    Stade 15-Octobre – une affaire qui s'eternise: Situation inextricable !    Mérite maternel    D'un sport à l'autre: Trois centres sollicités    L'inquiétude légitime du Président Mohamed Ennaceur    Mémoire: Lilia AOUIJ épouse BELKHODJA    Nouvelle mission de vérification approfondie des autorisations d'exploitation d'hydrocarbures: La dernière sera-t-elle la bonne ?    MEMOIRE: Halima FENNICHE    Lettre ouverte au Président de la République, au Chef du gouvernement, au Président du Parlement, aux Députés et au Gouverneur de Kairouan    Rugby Afrique propose aux arbitres de ses fédérations membres une série d'ateliers en ligne    L'ambassadeur de Chine, Wang Wenbin: Retour à Pékin    Taoufik Habaieb: Notre devise aux oubliettes !    Al Joumhouri contre toute ingérence étrangère en Libye    La Tunisie n'a pas à choisir dans l'absurdité de la guerre    L'acteur égyptien Hassan Hosni tire sa révérence    APTBEF : Le secteur bancaire s'engage à faire preuve d'un grand sens de la responsabilité et d'une grande réactivité    Coopération financière tuniso– allemande : la KfW soutient la Tunisie pour le financement des TPME    Allah n'est pas obligé…    Appel de la Suisse à agir contre la chute des transferts de fonds vers les pays à faible revenu    Raffia Arshad, la première femme en hijab qui devient juge au Royaume-Uni    Houcine Jaïdi - Décès d'Albert Memmi : le silence du ministère des Affaires culturelles est injustifiable et inadmissible    L'ancien Premier ministre marocain Abderrahman Youssoufi n'est plus    La Tunisienne Nour Belkhiria remporte le Canadian Screen Award    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout un patrimoine agrumicole à revaloriser… Pas uniquement les bazars et les pizzerias
Hammamet se rebiffe
Publié dans Le Temps le 03 - 07 - 2011

Récemment à Marseille, s'est tenue une conférence euro-méditerranéenne sur le thème « Redécouvrir les mémoires de l'eau en Méditerranée ». La conférence avait pour objectif principal de présenter les résultats des différentes actions menées par les partenaires du projet « REMEE, Redécouvrons Ensemble les Mémoires de l'Eau en Méditerranée » co-financé par l'Union Européenne dans le cadre du programme Euromed Heritage IV.
Depuis 2009, sept partenaires en Algérie, France, Grèce, Maroc, Turquie et Tunisie (AERE-Hammamet) ont œuvré à travers le projet « REMEE » pour la sauvegarde du patrimoine de l'eau. Ils ont mobilisé des jeunes, des acteurs de la société civile, des autorités locales et permis la réalisation de chantiers de restauration, de deux écomusées, de trois parcours de découverte, d'activités pédagogiques, de diagnostics, d'inventaires, de vidéos…Les explications du Dr Salem Sahli secrétaire général de l'Association d'éducation relative à l'environnement
A travers notre communication intitulée « la tradition agrumicole de Hammamet valorisée dans l'écomusée de l'orangeraie », nous avons voulu montrer ou démontrer que l'image le plus souvent véhiculée sur la ville de Hammamet en tant que station balnéaire méditerranéenne, où le tourisme de masse fonctionne tel un rouleau compresseur tant par le flux et le nombre de touristes que par les impacts socioculturels et environnementaux engendrés, n'est pas tout à fait vraie. Hammamet n'est pas seulement une longue corniche de sable ponctuée de pizzerias et de bazars où l'on vend d'affreux petits chameaux en peau de lapin. Mais Hammamet est aussi une ville, des habitants, des métiers, des jardins, une culture, une identité, des savoir-faire et des traditions ancestrales.Et le patrimoine agrumicole à Hammamet est une des composantes essentielles de l'identité locale. En effet, depuis des siècles, des conditions naturelles favorables trouvèrent une communauté paysanne active, entreprenante et rompue de vielle date aux techniques de l'arboriculture irriguée (citronnier, oranger). Ce qui permit à un terroir de se constituer et de se développer dans le temps avec comme élément de base, le verger. Les Ottomans et les Andalous établis à Hammamet au XVIème siècle contribuèrent aussi à la constitution de ce patrimoine en apportant leur savoir-faire agricole. Le savoir traditionnel du paysan s'appuie sur la maîtrise des techniques de l'irrigation (construction de puits de surface, utilisation du dalou avec traction animale, aménagement de séguias délimitées par des qsimas), et par l'art hammamétois, quasi exclusif au Cap Bon, de la pépinière. De même, le fellah hammamétois possède un savoir-faire séculaire de valorisation des produits du verger.
Un héritage menacé
Cet héritage est aujourd'hui fortement menacé par le développement intensif du tourisme, l'urbanisation galopante, la spéculation foncière, le morcellement des terres, les conflits autour de l'eau, le manque de sensibilisation des citoyens et la faiblesse voire l'absence de l'action publique. Résultats :
Les canaux et outils d'irrigation traditionnels sont abandonnés ou détruits, les vergers en friche sont légion et nous assistons à une érosion du savoir-faire des paysans hammamétois en matière de gestion des vergers et de conduite de l'irrigation.
Toutefois, les vergers agrumicoles encore en exploitation sont bien présents sur le territoire de Hammamet. Ils sont encore perçus par les habitants et les autorités locales et nationales comme une des composantes essentielles de l'identité hammamétoise qu'il convient de sauvegarder et de valoriser. C'est dans ce contexte qu'est né le projet de création de l'écomusée de l'orangeraie. Il ne s'agit nullement de « muséographier » un patrimoine en le figeant dans un espace d'exposition, mais au contraire le faire revivre en l'arrachant de la « pénombre de l'insignifiance » qui risque de le jeter définitivement dans l'oubli. Faire vivre le patrimoine agrumicole de Hammamet, vivre de ce patrimoine et lui redonner ses lettres de noblesse, tel est en définitive le défi que nous nous proposons de relever.
L'écomusée de l'orangeraie au service du développement local
L'écomusée de l'orangeraie composé d'un verger témoin, d'un arboretum agrumicole et d'une exposition permanente sera inauguré au mois de septembre 2011. Il a été aménagé au sein d'un lieu magique, le parc du Centre Culturel International d'Hammamet (CCIH) dont il respecte scrupuleusement l'esprit. La conception et l'aménagement de l'écomusée de l'orangeraie sont éminemment participatifs. C'est un projet collectif qui a mobilisé plusieurs acteurs institutionnels, privés et de la société civile. Nous avons également tenu à y impliquer les jeunes qui ont pris part aux ateliers d'études et aux chantiers, mais aussi des compétences locales de différentes disciplines :
ingénieurs, sociologues, historiens, agronomes, architectes, spécialistes en communication….
Gouvernance locale oblige, nous veillons à ce que cette dynamique partenariale et cette approche participative demeurent vivaces afin de maintenir une forte implication des citoyens et des acteurs locaux.Voici donc un projet qui, par ses impacts sociaux, culturels, économiques et environnementaux s'inscrit parfaitement dans une démarche de développement local durable. En effet, grâce à une facilité d'accès à l'éducation et à la connaissance de leur patrimoine, ce projet ne manquera pas de réconcilier les habitants avec leur identité et de favoriser la réappropriation de leur héritage matériel et immatériel. Il contribue également à l'amélioration du revenu familial grâce à la relance des activités de production et de transformation agricole ainsi que des métiers artisanaux. Mais l'impact le plus important est sans conteste la promotion d'un autre produit touristique local complémentaire du tourisme balnéaire. Tourisme culturel, agricole, rural, écotourisme…Les appellations pullulent, mais toutes renvoient à un concept de tourisme alternatif (porté vers d'autres solutions possibles) qui s'oppose au concept de tourisme industriel, un concept qui renoue avec le sens des limites.
Un tourisme « doux » plus proche de l'environnement, un tourisme à visage humain, plus curieux et respectueux des traditions locales et qui tienne compte des populations, de leurs modes de vie et des répercussions des projets sur leur territoire.
Kamel Bouaouina


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.