Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi nous voterons le 23 octobre 2011 et pour qui ?
Tribune
Publié dans Le Temps le 13 - 07 - 2011

Par Mansour Moalla - On est surpris de constater que personne ne cherche à répondre clairement à cette interrogation.
Il est cependant clair que personne ne conteste le fait que le pays doit être le plus rapidement possible doté d'un gouvernement légitime et crédible pour faire face aux défis qu'il faut surmonter dans tous les domaines . Il est donc certain qu'un gouvernement « provisoire » , « transitoire » et chargé de gérer les «affaires courantes» ne doit absolument pas s'éterniser et qu'on doit parvenir, au plus tard le 23 octobre, à clôturer cette « transition » qui n'a que trop duré et dont le prolongement ne peut que porter atteinte à l'intérêt national.
Ceci étant, il faut clarifier d'urgence le processus qui peut et doit nous permettre d'y parvenir.
On entend dire partout que l'on doit, le 23 octobre, élire une assemblée constituante, ayant pour unique tâche d'établir une nouvelle constitution. D'autres ajoutent que l'on procèdera à des élections législatives après la promulgation de la constitution et qu'en attendant, on aura, durant toute la période d'établissement de cette constitution, un gouvernement encore « provisoire », celui en place probablement, qui serait le mieux à même de gérer cette nouvelle période transitoire. Encore faut-il, pour qu'elle ne se prolonge pas indéfiniment, « obliger » la « constituante » à faire vite et à statuer au bout d'un court délai sur le texte de la constitution.
Ou continuera donc, dans cette hypothèse, à avoir un gouvernement « transitoire » cumulant le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, la « constituante » n'ayant été élue que pour « faire » la constitution.
C'est probablement cet état d'esprit qui domine la démarche jusqu'ici et qui pourrait « expliquer » l'adoption d'une loi électorale imposant le scrutin de liste et la proportionnelle, qui, vu le grand nombre de partis et de listes, conduiront à une Assemblée hétéroclite. Celle-ci pourrait à la rigueur convenir pour une constituante qui ne « gouverne pas » mais pas à une assemblée législative et politique qui doit prendre en charge la gestion des affaires publiques et où une majorité stable et efficace doit exister pour éviter l'instabilité et l'inefficacité, deux fléaux que le pays doit éviter après les remous qui l'agitent depuis le début de l'année.
Aussi est il nécessaire de mettre fin à cette confusion et de tracer une ligne claire à suivre d'ici le 23 octobre 2011.
Il faut d'abord décider que l'assemblée qu'on élira à cette date doit avoir trois rôles essentiels : elle doit être constituante, c'est évident, mais elle doit être aussi législative pour en finir avec les décrets-lois et elle doit aussi être politique permettant à la majorité et à son chef, l'unanimité n'étant pas facile sinon impossible à réaliser, de constituer un gouvernement ayant la confiance de l'Assemblée, contrôlé par celle-ci et devant fonctionner dans la durée .
On n'aura pas ainsi à bousculer l'Assemblée pour établir à toute vitesse la nouvelle constitution, et on aura mis fin à la confusion des pouvoirs entre exécutif et législatif.
Ce triple rôle de l'assemblée doit être proclamé et doit faire l'objet du dernier, ou de l'un des derniers décrets-lois qui doit être pris dans les meilleurs délais et ce pour que les électeurs sachent à quoi s'en tenir. Vont-ils élire une Assemblée seulement constituante ou un parlement ayant le triple rôle que l'on vient d'expliciter ? Le comportement de l'électeur ne sera pas le même dans les deux cas. Il doit prendre position non seulement sur le système politique à instituer constitutionnellement, ce qui peut s'accommoder tant bien lieu que mal de l'absence de majorité et requiert de préférence l'unanimité, mais il doit savoir aussi quel genre de gouvernement effectif il veut pour son pays et avec quelle orientation et là, l'existence d'une majorité de gouvernement est indispensable.
Reste uniquement la question de la désignation du chef de l'Etat. Ce dernier pourra être élu par le parlement et restera en fonction jusqu'à la promulgation de la constitution : on aura alors à appliquer les dispositions de celle-ci pour la nomination définitive du chef de l'état.
On a abouti ainsi à mettre fin au « provisoire » et transitoire. On est également parvenu à constituer de manière parfaitement légale des pouvoirs constitutionnels légitimes à même de travailler dans la durée et de traiter plus efficacement les problèmes redoutables qui se posent au pays.
Il reste aussi qu'il faut réussir les élections en faisant émerger une majorité de gouvernement. Il faut pour cela contrecarrer les effets du scrutin de liste et le votre proportionnel ainsi que ceux de la pléthore de partis politiques.
Pour y parvenir, il est nécessaire que les partis centristes modérés qui sont trop nombreux et dispersés tout en n'étant pas réellement différents au point de vue orientation et programme, acceptent de se regrouper en une union politique et électorale susceptible de gagner la majorité au parlement. C'est là la seule solution pour doter le pays d'une structure politique et d'un gouvernement suffisamment stable et efficace.
Certains ont tendance à privilégier l'intérêt de leur propre parti et préconisent une « coalition » de partis à constituer après les élections. C'est là d'abord un pari perdu d'avance, le « cavalier seul » n'inspirant pas beaucoup la confiance.
En second lieu, ce n'est pas honnête vis-à-vis des électeurs à qui on doit promettre beaucoup et qu'on n'est pas en mesure de réaliser seuls. Il faut donc honnêtement déclarer ses alliances avant de solliciter l'électeur. Et puis, n'est-il pas plus responsable aujourd'hui de privilégier d'abord l'intérêt du pays ?
Le contraire contribuera en outre à discréditer la politique, les partis et leur égoïsme. C'est encore prendre la responsabilité de l'inefficacité de l'instabilité, ce qui retardera le redressement que le pays espère depuis le 14 janvier 2011.
On a besoin donc d'une majorité de gouvernement mais on a aussi besoin d'une opposition responsable et efficace. Elle est nécessaire. Son rôle est excessivement important : empêcher la majorité de dériver. Majorité et opposition remplissent donc des rôles différents mais qui sont aussi indispensables que complémentaires. Il est cependant évident que les considérations concernant l'état général de l'opinion du pays ainsi que celles relatives à la coopération et aux relations avec l'environnement et le monde extérieurs imposent que le Centre gouverne et que les extrêmes s'opposent : une répartition pacifique des rôles dans l'intérêt du pays que toutes les parties doivent respecter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.