Tunisie – De quelle sortie de crise voulait parler Noureddine Tabboubi ?    Tunisie – Réadmission de Nabil Karoui à l'hôpital    Alors que le pays bouillonne, Hichem Mechichi au grand prix des pur-sang arabes    La Conect mise sur les énergies renouvelables pour la promotion de l'économie tunisienne    Tunisie | Covid-19 : 79 décès et 1.861 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Bilan Covid-19 : 79 décès et 1861 nouveaux cas en 24h    Sonede : Coupure d'eau à Gabès à cause d'actes de vandalisme    Tennis : Djokovic renverse Tsitsipas et remporte Roland-Garros    Banque allemande de développement KfW : Une subvention de 66 millions de dinars au profit des entreprises privées impactées par la pandémie du Covid-19    Tunisie – Mali : un arbitre égyptien au sifflet    La Libye au coeur du 3ème sommet « Startup Gate Summit 2021 », en juillet prochain, à Tunis    Si quelqu'un s'oppose à cette barbarie, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais !    Tunisie : Quatre joueurs absents contre le Mali    Hichem Ajbouni dénonce le recours excessif à la violence par le gouvernement    Difficile d'être Tunisien    Memoire: Salem ATTIA    Handball — CAN des dames au Cameroun:Tunisie-Sénégal, une première place en vue !    NEWS: Ali Jmal signe à l'ESS    En marge de l'amère défaite de la Tunisie face à l'Algérie (0-2): Kebaïer en mauvais stagiaire !    Programme TV du dimanche 13 juin    Hommage: Une journée à la plage avec Zeyneb Farhat    Aujourd'hui, premier rendez-vous de «REGARDS DE PALESTINE» au CinéMadart: Contre l'apartheid, pour que leurs voix résonnent    Site de Carthage: cri de détresse du collectif de la société civile à Carthage    Tunisie – Deux disparus dans le naufrage d'une barque de clandestins au large de Kelibia    Tunisie – Météo du dimanche    Biden refuse de tenir une conférence de presse avec Poutine    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    « The Dot »: Mechichi inaugure le Centre d'accompagnement des jeunes porteurs de projets dans les TIC    Au cœur de l'actu: Inquiétant ensauvagement !    Lette ouverte à l'Organisation Mondiale de Défense des Droits de l'Enfant: Le droit de l'enfant, une ligne rouge    Kaïs Saïed à Sidi Hassine : « Il n'y a pas une relation hostile entre la police et la population »    Patrimoine: L'Ichkeul en péril    Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Ali Kooli évoque une éventuelle suppression de licences d'alcool    L'Assemblée prévoit plusieurs plénières au cours de la semaine du 14 juin 2021    Programme TV du samedi 12 juin    «La terminologie de la bourse et des organismes qui la côtoient» de Maria Leo : Un bel ouvrage, clair et utile    Jean Fontaine: Le migrant inversé    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture la semaine sur une note quasi-stable    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Appel à candidature : Session de Formation 'Patrimoini' par Museum Lab au Kef    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fehi Haddaoui, l'infatigable amoureux des planches
Portrait
Publié dans Le Temps le 01 - 01 - 2012

Fethi Haddaoui est sans aucun doute un acteur intelligent qui fait craquer tous ses fans avec son regard, son jeu et sa personnalité. Dans chaque rôle qu'il interprète, il nous charme avec son jeu et nous séduits par son charisme. Une figure qui a su se faire une place au soleil au théâtre et au cinéma. Doté d'un talent immense, doublé d'une écriture acérée et d'un formidable sens des personnages. Fethi n'est plus à présenter.
Acteur généreux et talentueux, il n'a pas fini de nous étonner notamment au cinéma et à la télé où il s'est mainte fois distingué dans divers rôles. Sa première grande étape de sa carrière était son expérience d'acteur au sein du théâtre scolaire et universitaire. Il a appris les ABC du 4ème art avec le professeur Hammadi Mezzi. Il intègre par la suite le théâtre amateur et s'inscrit à L'Institut Supérieur des Arts Dramatiques de Tunis (ISAD), où il obtient son diplôme universitaire en 1986. Vers la fin des années soixante-dix, il entame une carrière professionnelle au sein de la troupe Théâtre Triangulaire, sous la houlette de Habib Chebil, avant de rejoindre en 1985 le collectif du Nouveau Théâtre avec Fadhel JAIBI, Fadhel JAZIRI, Jalila Baccar. Acteur et grand homme du théâtre tunisien, il excella avec Fadhel Jaibi dans “Arab” et “El Aouada”. Sur les planches, le comédien est en lien direct avec le public. Il n'a pas droit à la faute. « Les rôles que j'interprète, c'est d'abord pour faire plaisir plus à ma personne qu'au public. J'aime souvent présenter un produit consistant et de qualité », a- t-il affirmé à un quotidien tunisien. Fethi est très exigeant. C'est un vrai professionnel. Pour lui, le réalisateur d'une pièce théâtrale doit d'abord maîtriser tous les détails de la création, sinon, il y a risque de nuire à l'œuvre et, par conséquent, aux acteurs. “ Cet homme de théâtre n'a cessé de faire les beaux jours du public tunisien. Il excelle dans la comédie légère comme au répertoire tragique. Sa passion pour le théâtre était primordiale, mais ne l'empêcha pas d'interpréter des rôles intéressants dans les films qu'on lui a proposés :”Arab” de F.JAIBI & F.JAZIRI tiré de la pièce de théâtre éponyme, “Halfaouine” avec Férid Boughdir, “Sabots en or” avec Nouri BOUZID, “Chichkhan” avec Mahmoud Ben Mahmoud , “No man's love” avec Nidhal Chatta , “Bab el Arch” avec Mokhtar Lajimi et “Cinecitta” avec Brahim Letaief... Fethi, un vrai caméléon sur les tréteaux et les plateaux de cinéma, a réussi sa carrière jusqu'à devenir l'un des grands comédiens tunisiens et attirer l'attention des réalisateurs étrangers. En 2003, au théâtre Les bouffes du Nord à Paris, il a joué sous la direction du célèbre metteur en scène britannique Peter Brook. “C'était une expérience exceptionnelle”, a-t-il déclaré. Fethi interprète des rôles en arabe classique, ou dans d'autres langues étrangères, tels le français, l'anglais ou l'italien. Il est aussi une star de la télévision grâce à sa participation à plusieurs feuilletons et séries. Il compte à son actif une panoplie de feuilletons tunisiens et syriens dont Al Hajjaj , Gamret Sidi Mahrous et Abou Zid Al-Hilali en 2004, La dernière rose et Al Mourabitoun en 2005 et Sayd Errim en 2008 et Casting en 2010. Depuis quelques années, il s'est lancé dans la production audiovisuelle avec des séries pour enfants et des films documentaires pour le compte de plusieurs chaînes arabes de télévision. A quelques encablures entre la Tunisie, sa mère- patrie, et l'Europe, Fethi a su être présent sur les deux scènes grâce à un jeu très pertinent et une présence scénique marquée par un charisme exceptionnel. L'envie de jouer sur scène est un quotidien pour ce comédien, le théâtre est plus qu'une passion, il tentait sa chance en Syrie, en Jordanie, en France, en Italie. Mais il est aussi présent dans son pays qu'il ne veut pas quitter. Il a assumé des responsabilités administratives et artistiques dans le cadre des journées cinématographiques ou théâtrales de Carthage. Cette fois-ci, le ministère de la culture lui confie la tâche de directeur du centre culturel international d'Hammamet. « C'est un grand chantier qui s'ouvre. J'ai été toujours séduit par cet espace si beau et si propice à la création. Ma mission est de donner âme et vie à ce lieu qui a accueilli depuis 1964 les meilleurs artistes du monde. Je le veux un espace ouvert à son environnement local et national. Je suis en train de réfléchir avec plusieurs partenaires sur la manière de réactiver ce centre et le rendre accessible à toutes les couches sociales du pays. C'est une question de temps mais aussi de moyens » nous dit-il.
Kamel Bouaouina
+++++++++++++++++++
Littérature
«Le Rêve du Celte»
L'Afrique fantôme de Mario Vargas Llosa
Le nouveau roman de Mario Vargas Llosa Le Rêve du Celte, arrache à l'oubli la figure historique et héroïque d'un anticolonialiste avant la lettre. Roger Casement était l'ami de Josef Conrad qu'il a accompagné au Congo belge et dont il a « dessillé » les yeux sur la « mission civilisatrice » de l'Occident.
A 75 ans, le Péruvien Mario Vargas Llosa compte parmi les plus grands romanciers contemporains. Conteur hors pair, doué d'un sens formidable du récit, il a raconté à travers une vingtaine de romans la tragédie de la condition humaine, corrompue par notre goût pour le pouvoir, la perversité et la violence. Lorsqu'il a obtenu le prix Nobel de littérature en octobre 2010, le jury suédois a justifié son choix en mettant en exergue « sa cartographie des structures du pouvoir et ses représentations incisives de la résistance, de la révolte et de la défaite de l'individu ».
Le nouveau roman de Llosa Le Rêve du Celte qui vient de paraître en France, en traduction française, illustre magistralement les propos de l'académie Nobel. Avec ce nouvel opus, l'auteur du somptueux Fête au bouc et du sensuel Tante Julia et les scribouillards signe en effet un énième chef-d'œuvre qui frappe l'imagination autant par son sujet ample et profondément humaniste que par sa narration puissante et sophistiquée. A travers le destin brisé d'un résistant anticolonialiste hors du commun, ce roman raconte les heures sombres de la civilisation européenne confrontée aux illusions de sa grandeur. Le miroir de la fiction la renvoie inexorablement à sa barbarie.
Lumineux et paradoxal
Au cœur de ce roman, le personnage lumineux et paradoxal de Roger Casement. Passionné par l'aventure et la mission civilisatrice de l'Occident, ce diplomate britannique doublé d'un nationaliste irlandais et débarqué au Congo à la fin du 19e siècle, deviendra l'un des pourfendeurs les plus acharnés des régimes coloniaux et de leurs lois inhumaines, avant de finir sur l'échafaud chez lui pour traîtrise. L'homme a réellement existé. Pour autant, Mario Vargas Llosa n'a pas écrit une biographie, mais une fiction où le réel se mêle à l'imagination et à l'intelligence narrative. Cela donne un récit épique, nerveux et puissant.
Lors des entretiens qu'il a accordés pour le lancement de son roman, l'écrivain a raconté que c'est en lisant une biographie du romancier anglo-polonais Josef Conrad qu'il a découvert l'existence de son personnage. Casement a joué un rôle important dans la prise de conscience par l'auteur d'Au cœur des ténèbres des atrocités commises par les Européens en Afrique sous le masque de leur mission humaniste et civilisatrice.
Dans son roman, Llosa reconstitue la rencontre entre le Polonais et l'Irlandais. Lieu : quelque part dans une Afrique coloniale et crépusculaire qui n'a plus rien d'édénique, contrairement à ce que les publicités officielles de l'époque essayaient de faire croire au grand public européen. Ce sont sans doute les pages les plus saisissantes du livre, marquées du sceau de la lucidité face aux horreurs perpétrées par les Européens dans le Congo sous Léopold II et face à l'aventure coloniale en général.
«Conrad disait qu'au Congo, fait dire l'auteur à son personnage, la corruption morale de l'être humain remontait à la surface. Celle des Blancs et celle des Noirs. Au cœur des ténèbres m'a souvent empêché de dormir. Je pense qu'il décrit ni le Congo, ni la réalité, ni l'histoire, mais l'enfer. Le Congo est un prétexte pour exprimer cette vision atroce que certains catholiques ont du mal absolu ». « Mal absolu », la formule est lancée. C'est en ces termes que Llosa a défini la colonisation, thème central de son roman, allant jusqu'à affirmer que « nulle barbarie n'est comparable au colonialisme. L'Afrique n'a jamais pu se relever de ses séquelles. La colonisation n'a rien laissé de positif».
Romancier jusqu'au bout des ongles
Oublié du grand public, le héros du roman Roger Casement est passé dans l'Histoire en tant qu'auteur de deux rapports d'enquête terrifiants sur les exactions commises par les Européens au Congo et en Amazonie où le diplomate était en poste pour quelques années après son départ de l'Afrique. Ces enquêtes ont révélé à l'opinion européenne la cruauté et la sauvagerie des entreprises coloniales en Afrique et en Amérique latine.
La dernière partie de sa vie, Casement l'a consacrée aux combats pour la libération de son pays natal, l'Irlande. Irlandais anglican, il rejoignit les rangs des nationalistes purs et durs, allant jusqu'à inviter les Allemands à envahir l'Irlande pour chasser les Anglais. Cette démarche entreprise en pleine (première) guerre mondiale sera à l'origine de sa chute. Le récit de Llosa divisé en trois parties (« Congo », « Amazonie » et « Irlande ») épouse ces différentes étapes de la vie de son personnage historique, mais exploite aussi avec brio les paradoxes et les complexités de l'homme qui le rendent si fiction- génique.
Romancier jusqu'au bout des ongles, le Péruvien a très vite compris le parti qu'il pouvait tirer de l'existence extrêmement romanesque de son héros:«Il ne fut pas seulement un juste, mais aussi un homme avec une vie privée dramatique, a-t-il expliqué dans un entretien au Figaro Magazine. Casement a toujours vécu dans le risque d'être découvert. Comme traître. Comme conspirateur. Et comme homosexuel, à l'époque où c'était un crime. Il vivait au bord de l'abîme ». L'efficacité de la narration dans ce roman engagé et engageant a aussi à voir avec la stratégie de la construction narrative en binôme, faisant alterner le récit du vécu immédiat du personnage et la remontée des souvenirs proches et lointains. Accusé de haute trahison, Casement est condamné à mort. En attendant de connaître les résultats de son recours en grâce, il se remémore son enfance, ses aventures africaines et amazoniennes. Il y a quelque chose de flaubertien dans ce roman très maîtrisé, où toutes les notations sont utiles et collent étroitement à l'histoire. On ne peut qu'admirer cette magistrale économie de moyens et d'effets qui est la marque des plus grands en littérature.
Le Rêve du Celte a été publié en même temps que quatre autres titres de l'écrivain péruvien, dont son théâtre complet et son très beau discours de réception du Nobel en 2010. Le long hiver qui s'annonce ne sera sans doute pas de trop pour explorer cette mine d'intuitions sur l'homme, la littérature et le monde comme il va. (RFI)

Le Rêve du Celte, par Mario Vargas Llosa. Traduit de l'espagnol par Albert Bensoussan et Anne-Marie Cases. Gallimard, 528 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.