CONDOLEANCES    Gouvernement Fakhfakh : Afek Tounès ne votera pas la confiance    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Siliana : Arrestation de l'un des agresseurs des 4 douaniers à Rouhia    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    Au travail !    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Europa League: résultats des 16è de finale aller    Programme TV du vendredi 21 février    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Rached Ghannouchi (avec un grand sourire) : La formation gouvernementale proposée par Elyès Fakhfakh est logique et équilibrée    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Météo : brume et brouillard le matin    Sihem Belkhodja dresse à Aix-en-Provence, avec 6 danseurs tunisiens, le portrait de la jeunesse tunisienne et ses espoirs après la Révolution    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un cabinet de 30 ministres et de 2 secrétaires d'Etat : Vote de confiance mercredi pour le gouvernement Fakhfakh    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Panoro annonce un puits supplémentaire et des niveaux élevés d'activités de production en Tunisie:    Le gouvernement de Fakhfakh va passer, selon Korchid    Ministère de l'agriculture : le niveau d'eau dans les barrages n'est pas alarmant    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons de la rupture
Grève des enseignants du secondaire les 22 et 23 janvier
Publié dans Le Temps le 20 - 01 - 2013

«La porte de la négociation n'est pas fermée», affirme le ministre de l'Education
La grève annoncée par le Syndicat Général de l'Enseignement Secondaire pour les 22 et 23 janvier courant continue à alimenter les débats. Pourquoi en est-on arrivé à ce point de rupture entre le syndicat et le ministère de l'Education nationale ? Quelle est la réponse du ministère aux revendications des enseignants ?
Abdellatif Abid, ministre de l'Education nationale, a précisé que son département tient « à la bonne marche des établissements scolaires. La grève, un droit constitutionnel, cause une perte de temps pour nos élèves et notre pays. Nous faisons l'impossible pour qu'il n'y ait pas de grève, tout en protégeant les intérêts des enseignants et répondre à leurs revendications dans les limites des moyens disponibles ». Le ministère emploie 190.000 fonctionnaires dont 81.000 enseignants. L'ardoise à payer pour chaque mesure à répercussions pécuniaires est importante à prendre en compte. « Le ministère reste toujours favorable au dialogue avec tous les syndicats du département », rappelle Abdellatif Abid. Il a répondu aux différents points de la motion professionnelle du syndicat général de l'enseignement secondaire. « Nous avons donné satisfaction à bon nombre de revendications et l'effort consenti par l'Etat est grand », dit-il.
La première revendication, relative aux promotions a été satisfaite. « Le décret a été signé et sera publié dans quelques jours au Journal Officiel. Les résultats des promotions sont fin prêts et seront divulgués après la publication du décret », précise le ministre. 16.000 enseignants seront concernés par ces promotions, contre 9000 en 2011. Le coût de ces promotions s'élève à 16 millions de dinars.
Les enseignants demandent la réduction des heures de travail. En général, ils exercent 18 heures par semaine. « Nous sommes conscient que l'enseignement est un travail fatiguant. Après 20 ou 25 ans d'exercice, il est tout à fait légitime que l'enseignant demande de réduire les heures de travail. Nous avons demandé au syndicat conformément à des accords antérieurs, que la diminution se fasse de façon progressive, vu son coût budgétaire. La réduction d'une heure de travail par semaine pour les enseignants qui ont plus de 20 ans d'ancienneté revient à 20 millions de dinars. Nous sommes favorables à la baisse du nombre d'heures de travail. Au lieu de 3 heures, en un seul coup, nous avons proposé chaque année, sur trois ans », dit le ministre. Concernant la prime de rentrée scolaire, celle-ci s'élève à 180 dinars. Le syndicat demande le double. Le ministère est d'accord pour la doubler et l'échelonner sur deux ans, 90 dinars en septembre 2013 et 90 dinars en septembre 2014. Le syndicat tient au doublement de cette prime. La répercussion financière se chiffre à 9,5 millions de dinars de dépenses.
Pour la retraite anticipée, le Syndicat demande qu'elle soit accordée à l'âge de 55 ans, après 30 ans d'exercice. L'Etat devra prendre en charge les cotisations pour la retraite durant cinq ans. Le ministère est d'accord sur le principe de la retraite à 55 ans, sur la base de ce qui se fait avec les instituteurs, c'est-à-dire après 35 ans d'ancienneté et 5 ans de prise en charge des cotisations sociales. Le coût de la revendication du Syndicat s'élève à 10 millions de dinars. « La loi de 1985, sur la retraite et la prévention routière, en cours doit être respectée », dit le ministre.
Les bourses d'études supérieures accordées aux enfants des enseignants s'élèvent à 1000 par an. Le syndicat revendique une augmentation de 25% par an pour la généraliser après 4 ans. Le ministère propose 200 bourses supplémentaires pour l'année prochaine. La porte reste ouverte pour d'autres augmentations à prévoir au cours des années suivantes. Le ministère de l'Enseignement supérieur a demandé la fixation de critères objectifs pour l'octroi de ces bourses dans le cadre d'une vision globale.
D'autres revendications sont présentées dans la motion professionnelle, comme l'achèvement des négociations concernant le Conseil de l'établissement et le Conseil pédagogique et la régularisation de la situation des enseignants malvoyants. Le ministère est totalement favorable à ces demandes.
Les divergences entre Syndicat et ministère concernent deux points fondamentaux.
Le premier est le doublement de l'incidence financière des promotions professionnelles. La satisfaction de cette demande mobilise 70 millions de dinars. « C'est une revendication fort coûteuse. Nous ne sommes pas contre l'amélioration de la situation matérielle des enseignants, mais elle aura des répercussions sur les autres corps de métier, comme les instituteurs, les surveillants, le personnel de la santé ... Rien n'empêche la poursuite du dialogue sur cette question », affirme le ministre.
Le deuxième point de divergence concerne une revendication nouvelle, celle d'une prime de pénibilité de 150 dinars par mois. Les fonctionnaires, dont les enseignants, ont déjà bénéficié des 70 dinars d'augmentation de salaire. Cette prime va coûter 171 millions de dinars au budget de l'Etat. Au nom de la pénibilité, le syndicat demande la baisse des heures de travail, la retraite à 55 ans et maintenant un prime de 150 dinars.
Globalement, le ministère est favorable à plusieurs revendications dont le coût s'élève à 65 millions de dinars. Il demande le report des négociations sur d'autres points dont le coût s'élèverait à 241 millions de dinars soit, 1% du budget de l'Etat, l'équivalent du recrutement de 16.000 professeurs, ou 20.000 instituteurs. « La porte n'est pas fermée pour la négociation des revendications qu'on ne peut satisfaire actuellement », rappelle le ministre. Abdellatif Abid tient à préciser que les divergences avec le Syndicat sont de nature exclusivement matérielle. « Il ne faut pas faire de la surenchère à propos de la réforme du système éducatif. Les problèmes sont connus. Ils ne relèvent pas de l'unique responsabilité du ministère de l'Education. C'est une affaire nationale où la responsabilité est collective.
De son côté Adel Zarmdini, chef de cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, a précisé que son département tient à l'application des accords conclus et à l'amélioration des conditions de travail des enseignants de l'éducation physique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.