Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand l'endettement appelle l'endettement !
L'encours de l'endettement dépasse les 33 milliards de dinars en 2012 :
Publié dans Le Temps le 22 - 01 - 2013

En 2012, la Tunisie a emprunté 3,8999 milliards de dinars
Le montant des dons s'élève à 1101,4 millions de dinars pour l'année écoulée
Avec un déficit commercial dépassant les 11 milliards de dinars, un déficit budgétaire qui devrait atteindre 7,3 en 2013, la Tunisie se trouve de plus en plus contrainte à mobiliser de nouvelles ressources financières.
L'endettement (ce mal nécessaire ?) séduit, astucieusement, encore nos décideurs politiques. Récemment, le gouvernement négocie avec le Fonds Monétaire International (FMI) un accord relatif à un nouvel emprunt.
Quelle que soit l'origine de ses créanciers, la Tunisie se trouve obligée à s'endetter de nouveau. Pour l'année écoulée, le montant global des dettes s'élèvent à 3,8999 milliards de dinars, dont 340 millions de dinars proviennent de l'Union Européenne. Dans le cadre de la coopération bilatérale, la Tunisie a bénéficié des emprunts d'une valeur 1043,6 millions de dinars, alors que 800,2 millions de dinars proviennent de la coopération multilatérales. Et ce n'est pas tout. La Tunisie a pu mobiliser environ 1716,1 millions de dinars dans le cadre de la coopération régionale. S'y ajoute une enveloppe d'environ un milliard de dinars sous forme de dons dont la principale contribution reste européenne avec un don équivalent à 210 millions d'euros, soit l'équivalent de 420 millions de dinars. 629,4 millions de dinars ont renfloué la caisse de l'Etat dans le cadre de la coopération multilatérale alors que les dons inscrits dans le cadre de la coopération multilatérale et régionale atteignent respectivement 34,2 et 17,8 millions de dinars. On rappelle, à cet égard, que la Tunisie a émis l'année dernière un emprunt obligataire de 485 millions de dollars garantis par les Etats-Unis d'Amérique, agissant par l'intermédiaire de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

Endettement en hausse !
La dette extérieure totale de la Tunisie a progressé de 7,4%, soit une augmentation de 2, 277 milliard de dinars, pour atteindre 33,007 milliards de dinars, au terme de 2011. Cette évolution s'explique à hauteur de 77,6% par l'accroissement de la dette extérieure à moyen et long terme. Durant la même année, le service de la dette extérieure à moyen et long terme a progressé de 14,3% en 2011 pour s'élever à 3.737 millions de dinars dont près de 1,200 milliards de dinars correspondant au remboursement du principal des deux emprunts obligataires émis, respectivement, en 2004 (450 MEUR) et en 1996 (15 Mds JPY). A cet égard, il convient de rappeler qu'à la fin de l'année 2010, l'encours de la dette extérieure du pays se chiffre environ à quelque 21,9 milliards de dinars fin 2010, soit 34,5 % du PIB, sur un endettement total de 72, 8 milliards de dinars soit 114, 8 % du produit intérieur brut (PIB). Selon les statistiques de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), le taux d'endettement total de l'Etat s'est, ainsi, inscrit en hausse de 3,9 points de pourcentage pour se situer à 44%. Selon un document relatif à l'endettement de la Tunisie (document publié en décembre de l'année 2012), l'encours de la dette extérieure à moyen et long terme (MLT) s'est élevé à 25.348 millions de dinars, en hausse de 7,5% ou 1.766 MDT par rapport à celui enregistré à la fin de 2010, au terme de l'année 2011. Cet accroissement s'explique, selon la BCT, à concurrence de 45,2% par l'effet-change, faisant suite à la dépréciation du dinar tunisien par rapport aux différentes monnaies d'endettement, et par l'intensification des tirages sur les capitaux d'emprunt à MLT réalisés au cours de cette année. Le taux d'endettement calculé par rapport au RNDB a, par conséquent, augmenté de 1,9 point de pourcentage pour se situer à 38,8% contre 36,9% à la fin de 2010. Pour l'année 2012, la situation s'est compliquée davantage.

Structure de la dette par devises
Selon les analyses de la BCT, la structure de la dette extérieure par devise montre un changement au terme de 2011 avec le recul de la part de l'euro, principale monnaie d'endettement, et de la part du yen japonais en faveur de celle du dollar américain.Ainsi, la part de l'euro a reculé de 4,5 points de pourcentage pour se situer à 56,8% du total suite à l'accélération des sorties nettes de capitaux libellés en cette monnaie. Quant à la part du yen japonais, elle a baissé de 0,8 point de pourcentage suite, principalement, au remboursement de l'emprunt obligataire Samurai V. En revanche, la part du dollar américain a fortement progressé pour atteindre 20% du total, notamment, à cause de l'accélération des tirages, auprès d'organismes multilatéraux, libellés en cette monnaie.

A noter
Pour l'année écoulée, le déficit de la balance commerciale avait atteint les 10 milliards de dinars, soit 12,7% du PIB. Même constat pour le déficit du budget de l'Etat prévu à 6,6%, mais qui a en réalité atteint 7,5%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.