En vidéo : Mohamed Ammar : Ennahdha, Qalb Tounes et Al Karama reçoivent 500.000 dt mensuellement par un lobby    Mohamed Ammar : ''La Tunisie a besoin de plusieurs Mohamed Abbou''    En Vidéo : Mohamed Ammar: ''La justice qatarie est meilleure que la justice tunisienne''    Samsung, leader mondial du secteur de la TV depuis 15 ans !    Interdiction du voile intégral en Suisse    Le gouverneur de Kasserine lance un appel au personnel éducatif et aux élèves    Eaux usées, déchets et cadavres d'animaux au barrage Sidi Salem : La santé des Tunisiens de nouveau mise en jeu    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM HEBDOMADAIRE AU VENDREDI 06 MARS 2021    Tunisie – coronavirus: retour de la double séance et horaires administratifs dès le 8 mars 2021    Covid-19 | Sfax : 4 décès et 40 nouvelles contaminations    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Souad Ben Abderrahim, maire de la Ville de Tunis, à La Presse : « 2.500 immeubles menaçant ruine représentent un réel danger ! »    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Ambassadeur Sahbi Basly : Un diplomate atypique, célébré (Album photo)    Les indiscrétions d'Elyssa    Najd Khalfaoui : Nadia Akacha fait usage de fuites !    Tunisie- 8 Mars: Une Journée internationale des droits des femmes sous le signe du coronavirus    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Tunisie – Météo: Pluies éparses sur la plupart des régions    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    « Du pain et des roses » à l'origine de la journée internationale de la Femme    L'aéroport Djerba-Zarzis pourra bientôt accueillir les des gros avions    Tunisie: Daily brief du 8 Mars 2021    Un droit fondamental, un devoir citoyen    Egalité des chances : le ministère de la Femme mise sur la sensibilisation des enfants    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    Un annuaire des associations oeuvrant dans le secteur de l'artisanat    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    Le nouveau cheval de bataille de l'Union pour la Méditerranée    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Othman Babba dans la ville    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'une allitération à l'autre
Publié dans Le Temps le 20 - 06 - 2015

Un grand spécialiste français de la littérature arabe, Vincent Monteil, a publié une traduction de plusieurs poèmes du grand poète "Abu Nuwâs" ( VIIIe-IXe siècle) qu'il a regroupés dans un recueil dont le titre français, apparemment anodin, constitue en fait une trouvaille stylistique intéressante pour transposer l'allitération figurant dans le titre arabe: ar-râh " la boisson alcoolique", ar-rîh "l'air", ar-rûh "l'âme, principe vital".
La poésie préislamique et les parlers des bédouins, serviront ultérieurement de base à la constitution d'un art poétique et d'une grammaire de la langue arabe.
Le grand théoricien de la métrique arabe est sans aucun doute Al-khâlil (718-v.786) qui sera le premier théoricien de la structure rythmique du vers arabe.
L'un de ses disciples les plus brillants, Sîbawayh (765-797), sera le premier à faire une description précise des sons de l'arabe, mais c'est surtout grâce à son al-kitâb " le livre", traité de grammaire et de syntaxe, qu'il deviendra célèbre.
Expansion de l'islam et de la langue arabe
Adoptée par les tribus sédentarisées autour de la Mecque, la langue arabe était utilisée à l'époque préislamique dans un territoire qui ne dépassait guère la péninsule arabique mais, en l'espace de deux siècles (VIIe-IXe), elle allait devenir la langue officielle d'un empire s'étendant de la Chine à l'Atlantique, une langue utilisée par les plus grands savants et les plus éminents philosophes de l'époque.
L'expansion de la langue arabe s'est faite par étapes successives, marquées par des changements démographiques et politiques, au rythme des conquêtes et de la diffusion de la religion musulmane.
L'expansion musulmane s'est faite, pour l'essentiel, en moins de deux siècles. L'Arabie était presque complètement islamisée à la mort de Mahomet. La 2ème vague (634-661) répand la parole du Prophète dans les régions voisines. La 3ème vague, qui correspond à la période des Abbassides, s'étend très loin à l'Ouest (Afrique du Nord et Espagne) et atteint, à l'Est, Samarcande et la vallée de l'Indus.
La première incursion musulmane importante vers des pays situés hors de la péninsule arabique a commencé immédiatement après la mort du Prophète Mahomet par la conquête de la Mésopotamie, de la Palestine, de la Syrie et de l'Egypte (634-661).
C'est seulement avec la deuxième vague d'expansion (661-750), sous le règne des Omeyyades, que l'on peut parler d'un "empire arabe". La capitale passe alors de Médine à Damas. Ayant fixé, dans tout l'empire, une monnaie unique, le dinar, la dynastie des Omeyyades contrôle en outre toutes les routes terrestres et maritimes vers l'Asie centrale et l'Inde ainsi que vers le Maghreb et jusqu'en Egypte, où s'établira le califat de Cordoue, Al-Andalus.
Al-Andalus
C'est en 711 qu'a lieu en Espagne le débarquement des troupes musulmanes, essentiellement berbères, sous la direction de leur chef Târiq Ibn Ziyâd sur un promontoire rocheux, que l'on nommera Jabal Târiq "la montagne de Târiq", aujourd'hui Gibraltar dans les langues occidentales.
En cinq ans, la quasi-totalité de la péninsule Ibérique est occupée, et dès 756 elle se trouve sous l'autorité d'un émir omeyyade, Abd al Rahman Ier, réfugié d'Orient. Il fait de Cordoue la capitale de "Al –Andalus", qui donnera son nom à l'Andalousie. Cordoue connaîtra pendant trois siècles un essor considérable, en devenant non seulement un carrefour commercial, économique et politique de grande importance mais aussi un centre intellectuel et artistique de renom pour l'ensemble de l'islam.
On estime que la bibliothèque de la ville contenait 400 000 volumes, parmi lesquels de très nombreux manuscrits scientifiques grecs, qui seront pour la plupart traduits en arabe.
La troisième vague est marquée par l'avènement des Abbassides (750-1258) qui consacrent Bagdad comme la nouvelle capitale à la place de Damas.
De Bagdad à Baldaquin
Avant la conquête islamique, Bagdad n'était qu'une petite bourgade appartenant à l'immense empire perse. Le nom de cette localité signifiait en persan "donné par Dieu", de bagh "Dieu" et dâd "donné". En devenant en 762 la nouvelle capitale des Abbassides, elle change de nom pour prendre celui de Madinât al-salâm "ville de la paix", mais c'est l'ancien nom Bagdad qui finira par l'emporter.
Au Moyen Age, les commerçants italiens importeront de cette ville, qu'ils nommaient Baldacco, une riche étoffe de soie appelée baldachinno. C'est de cette forme italienne que vient le mot français baldaquin, "tissu de soie suspendu au-dessus d'un trône ou d'un lit".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.