Grèce | Championnat méditerranéen de Handball d'Athènes 2020: l'équipe de Tunisie U17 bat la Turquie (18-16)    Suite à un incendie sans grands dégâts, Tarak Ben Ammar : les studios Carthago sont opérationnels    Un camion arrêté à Sfax avec 34 subsahariens qui tentaient de passer les frontières    Total Tunisie « Elu Service Client de l'Année 2020 »    Composition du gouvernement avant le retrait d'Ennahdha : 29 ministres et deux secrétaires d'Etat    Youssef Chahed rencontre le Président du Parlement Rached Khériji Ghannouchi    Alloués au PNUD et à l'UNICEF : Fonds japonais pour des projets en Tunisie    L'hommage rendu par Elie Trabelsi à son frère René !    Avec la participation de 42 entreprises : La Tunisie au salon Gulfood de Dubaï    Retour au centre-ville    La Basketball Africa League annonce les 12 équipes qui s'affronteront lors de la Saison Inaugurale, dont l'US Monastir    TOPNET soutient les entrepreneurs au salon Riyeda    Huawei Y 6 s plus est grand, plus est meilleur    Salon Expo Finances 2020 : L'APTBEF relève le défi, les banques se réinventent par le digital    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    L'Union du Maghreb arabe soutient le projet d'une chaîne maghrébine d'info basée à Tunis : Maghreb News TV    Santé : 9 Libyens revenant de Chine resteront en isolement pendant 14j en Tunisie avant de retourner à leur pays    Ennahdha change la donne… Explication de l'article 89 sur lequel elle se base    Mustapha Kamel Nabli: Abdelwaheb Mahjoub, mon ami de toujours (Album Photos)    Elyes Fakhfakh rencontre Youssef Chahed    La Société de Promotion du Lac de Tunis lance un appel d'offres : La Perle du Lac    Les impasses constitutionnelles en Tunisie post 2019 : Colloque ce jeudi 20 février à la Faculté des Sciences juridiques    Boxe avec les Etoiles – Galaoui … honore la Tunisie    Mohamed Hamdi proposé comme ministre de l'Education, qu'en pense le syndicat ?    Démantèlement d'un réseau de fraude de visas    Virée cauchemardesque à Djerba à cause d'un chauffeur de bus en état d'ébriété    Oussama Ben Salem (Ennahdha) dévoile le surprenant scénario à mettre en oeuvre dès ce lundi    La 2 ème édition de SMART Industrie sous le thème «Industrie 4.0 en Tunisie…Une transition en route »    Leaders El Arabya fête son 50e numéro    Météo : temps stable    Tebboune : les visites officielles se feront désormais en bus    Tunisie-ligue 1 (J15): les matches de ce dimanche et programme TV    Grands-parents: les papis et les mamies chantent et dansent    Avant-première de «Mamou & Chehyma» avec Kamel Touati, Slah Msadek et Lassaâd Ben Abdallah: un trio de choc !    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Plongez dans la biographie de l'inégalable artiste-peintre-caricaturiste tunisien si Abdelhamid Hanafi    Tunisie-Ligue 1: le classement général avant les matches de la 15è journée    Pas de mariage pour tous en Russie tant que Poutine est président    Exposition Silhouettes du 15 au 29 février à la Galerie d'Art Alexandre Roubtzoff    RENCONTRE-DEDICACE : « Hend, le prince de Djerdjer » par l'auteur IZA LOU, Librairie Al Kitab Tunis    Supercoupe d'Afrique | EST-Ezzamalek ( 1-3) : La malédiction se poursuit…    « La TUNISIENNE GAZELLE RUN » : Course pédestre 100% féminine organisée à TUNIS pour la première fois – Au bonheur des dames !    Programme TV du samedi 15 février    L'alpiniste tunisien Anis Trimeche au sommet de l'Aconcagua    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    Le festival international des échecs du 15 au 24 février 2020 à Djerba    Les extrémistes terrorisaient les habitants : Opération de ratissage près de Ghardimaou    Libye: Le Conseil de sécurité adopte une résolution sur un cessez-le feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hafedh Caïd Essebsi crée une nouvelle polémique
Publié dans Le Temps le 13 - 08 - 2015

Hafedh Caïd Essebsi, fils de Béji Caïd Essebsi, s'est toujours montré rebelle et capricieux. L'histoire de Caïd Essebsi Junior a débuté avec son entrée au mouvement de Nidaa Tounes et plus précisément, à la veille des élections législatives. Alors que le mouvement était en pleine crise, à cause des préparations des listes électorales législatives, Hafedh a été désigné, en l'espace de quelques heures, tête de liste de la région de Tunis 1. La nouvelle a été très mal perçue par l'opinion publique et surtout, par les sympathisants de Nidaa Tounes. Face à la révolte générale, les dirigeants du mouvement ont dû revoir la désignation et le nom de HCE a été rayé. Le lendemain, quelques militants du mouvement se sont rendus devant le siège du Nidaa aux Berges du Lac et y ont protesté réclamant le retour de Caïd Essebsi Junior sur les listes législatives.
Cet incident, survenu à un moment critique de l'ascension de Nidaa Tounes, a passé sans grands dégâts. Il aura fallu attendre la période post-électorale pour que les événements prennent une tournure tragique. En effet, et une fois que le mouvement a été confortablement installé à la tête de l'Etat, Hafedh Caïd Essesbi, profitant du vide laissé par les dirigeants qui ont occupé par d'autres fonctions – à l'instar de Taïeb Baccouhce et de Mohsen Marzouk – a décidé de récupérer le mouvement bâti par son père. Après avoir créé une cellule de soutien à sa propre personne – une cellule comprenant, entre autres, les députés Khaled Chaouket, Khmaïes Ksila et Abdelaziz El Kotti – HCE a lancé une campagne médiatique annoçant la création d'un courant réformiste au sein de Nidaa Tounes. Se rebellant contre le comité constitutif, le fils du chef de l'Etat a provoqué une crise sans précédent au sein du mouvement.
Quelques mois après la tempête qui a enflammée tous les médias et les réseaux sociaux, et au lendemain de la prise de fonctions de Mohsen Marzouk en tant que secrétaire-général du Nidaa et de l'élection d'un bureau politique, le parti majoritaire aux élections a réussi à remettre de l'ordre au sein de ses rangs sans pour autant garantir ne serait-ce que l'espoir de voir Hafedh Caïd Essesbi se tenir à la discipline partisane.
Après une courte éclipse, HCE est revenu avec une nouvelle polémique le mois dernier. Changeant de thématique, le vice-président de Nidaa Tounes a fait parler de lui après une visite effectuée en Espagne le 7 juillet. Une visite qui a résulté d'une rencontre avec le secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères espagnol, Ignacio Ibanez Rubio, avec la porte-parole du groupe Socialiste au Parlement et l'ancienne ministre des Affaires étrangères Mme Trinidad JImenez ainsi que l'ancien secrétaire d'Etat Lopez Garrido. En publiant les photos desdites rencontres sur sa page officielle Facebook, Caïd Essebsi Junior avait provoqué une révolte des internautes. Face à cette réaction, le chef de l'Etat a expliqué que son fils s'y était rendu avec sa famille – dans le cadre d'une visite ‘privée' – et que personne n'avait la possibilité de s'exprimer au nom de l'Etat à part son chef. Seulement voilà, et à peine un mois de l'incident de l'Espagne, HCE est revenu avec une nouvelle bavure : en visite à Ankara, le fils de Béji Caïd Essebsi a été officiellement reçu par le président Turc, Recep Tayyip Erdogan. Les photos, publiées sur la page Facebook, ont fait le tour des réseaux sociaux et des journaux électroniques. Inspirant révolte, interrogation et amertume, la rencontre entre le fils de BCE et Erdogan a poussé certains à évoquer des liens entre ces pratiques et celles exercées par la famille du président déchu, Ben Ali. L'une des chaînes privées tunisiennes a même pris la peine de réserver une partie de son journal télévisé à la couverture de cette visite sans pour autant en citer le cadre et les circonstances.
A l'heure où nous écrivions ces lignes, aucune explication officielle n'a été publiée mais une source proche du cabinet présidentiel nous a assuré que HCE était, encore une fois, en visite privée en Turquie, toujours accompagné par sa famille. Si cela se confirmait, la gravité en serait double : de quel droit le fils du président de la République rencontre-t-il les responsables des pays qu'il visite dans un cadre familial privé ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.