Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaires religieuses: Incorrigibles imams radicaux
Publié dans Le Temps le 25 - 10 - 2015

Depuis sa nomination à la tête du ministère des Affaires religieuses, Othman Battikh s'emploie à appliquer une stratégie permettant la récupération, sur le moyen-terme, d'une partie des mosquées dont le contrôle est entre les mains des extrémistes.
Les premières récupérations des mosquées – la méthode consiste à remplacer les imams considérés comme radicaux par d'autres qui répondent aux critères exigés par le ministère – ont connu quelques difficultés. Mais, et avec l'aide des forces de l'ordre, les choses commencent à s'améliorer. A part quelques manifestations, les imams ont ontempéré aux décisions du ministère des Affaires religieuses.
Les événements ont connu une nouvelle tournure quand Othman Battikh a décidé de limoger le tristement célèbre Ridha Jaouadi. Connu pour ses prêches extrémistes, Ridha Jaouadi est accusé d'être un fervent défenseur du djihad. Certains assurent que lors des prêches du vendredi, l'imam tenait des discours incitant les jeunes à partir en Libye et en Syrie combattre « l'ennemi ».
Après une pétition signée par quelques députés en août, le ministère a limogé, officiellement, Ridha Jaouadi de la mosquée Sidi Lakhmi de Sfax le 15 septembre dernier.
Ayant provoqué une tension, le limogeage de Jaouadi a été remis à une date ultérieure comme l'avait expliqué Dhafer Néji, chargé de la communication au sein de la présidence du gouvernement.
Quelques jours plus tard, le mouvement islamiste Ennahdha, et plus précisément son chef, Rached Ghannouchi, a dénoncé la nouvelle politique du ministère des Affaires religieuses en accusant le ministère de vouloir imposer une atmosphère de haine et de rancune dans les lieux de culte comme on le faisait du temps de Ben Ali. L'affaire des limogeages des imams radicaux est même devenue l'axe principal des déclarations médiatiques des dirigeants d'Ennahdha.
Vendredi dernier, la mosquée Sidi Lakhmi a connu des incidents provoqués des fidèles ayant refusé de voir Jaouadi remplacé par un autre imam.
Face à cette violence, le ministère a publié un communiqué dans lequel il explique que toute personne qui s'opposera aux décisions officielles d'une manière violente sera poursuivi en justice.
Ce communiqué n'a pas réussi à convaincre les fidèles de Ridha Jaouadi qui se sont rassemblés, le jour de la prière du vendredi, à la mosquée provoquant des confrontations avec les forces de l'ordre, ce qui a obligé le nouvel imam, nommé par le ministère, à quitter les lieux.
Commentant ces graves dépassements, Rached Ghannouchi a expliqué que le désaccord existant entre les imams et les autorités ne peut être résolu qu'à travers des négociations qui éviteront l'application de la pensée unique.
Si l'on considère que la liberté d'expression et les libertés individuelles sont les principaux acquis de la Révolution, elles ne doivent pas par conséquent être un prétexte pour des dépassements touchant à la civilité de l'Etat dont et au modèle de société choisi par les Tunisiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.