Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Zouhair Makhlouf: «Dépenses non justifiées, décisions de licenciement arbitraires et PV de réunions falsifiés»
Publié dans Le Temps le 16 - 10 - 2016

"Avec seulement 9 membres restants, l'Instance Vérité et Dignité perd sa légitimité" a déclaré samedi l'ancien vice-président de l'Instance (IVD), Zouhair Makhlouf au cours d'une conférence de presse à Tunis.
En plus, "pour pouvoir exercer, 5 des membres de l'IVD doivent être des femmes. Et avec mon licenciement, il n'en reste que 4", a expliqué Lilia Bouguira, dans une déclaration à la TAP.
Selon l'article 19 de la loi organique relative à la justice transitionnelle, "l'instance se compose de 15 membres dont le taux de représentativité de l'un des deux sexes ne peut être inférieur au tiers".
"L'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est appelée à combler les vacances", a souligné Zouheir Makhlouf, déplorant l'atermoiement du Parlement, depuis plus de deux ans, à remplacer les membres sortants de l'IVD.
Il a par ailleurs mis en avant les conflits de l'IVD avec nombre d'établissements publics, d'associations et de médias, estimant que ces conflits sont de nature à entraver le processus de justice transitionnelle.
Makhlouf a, aussi parlé de dépassements au sein de l'IVD, citant "des dépenses non justifiées, des décisions de licenciement arbitraires et des PV de réunions falsifiés".
Selon lui, "Sur un total de 62 000 dossiers déposés, aucun n'a été réglé".
Instance Vérité et Dignité: Deux membres rebelles, Bouguira et Baâzaoui, limogés !
Sihem Ben Sedrine n'a pas accepté que deux des membres de l'Instance de Vérité et Dignité fassent rébellion et se plaignent en public de ses agissements. Sihem Ben Sedrine a sévi et démis, grâce au consentement des autres membres de l'IVD, Lilia Bouguira et Mustapaha Baâzaoui.
Sihem Ben Sedrine règne désormais sans partage et surtout sans aucune voix d'opposition sur l'Instance censée garantir le bon déroulement du processus de justice transitionnelle en Tunisie. Jeu, set et manche?
Un conseil de discipline a été convoqué vendredi au sein de l'IVD. Ce n'est pas une première dans l'histoire de cette instance. En 2015, son Vvice-président Zouhair Makhlouf a également fait l'objet d'un conseil disciplinaire à l'issue duquel il a été limogé.
Un long feuilleton juridique s'en est alors suivi. Aujourd'hui, c'est le tour de Lilia Bouguira et de Mustapha Baâzaoui d'être « punis » et démis de leurs fonctions.
Le conseil de discipline devait se tenir le 7 octobre mais a été reporté au 14 sans raison particulière. Les 11 membres de l'IVD se sont réunis ce vendredi et après une longue séance, il a été décidé de limoger Bouguira et Baâzaoui, se référant à l'article 37 de la loi n°53 de 2013 publié le 24 décembre de la même année, relative à la justice transitionnelle.
Une décision pleinement attendue après la levée, il y a une semaine, de l'immunité des deux membres qui étaient depuis longtemps dans le viseur de la présidente de l'IVD. Le début des désaccords remonte à quelques mois quand Lilia Bouguira et Mustapha Baâzaoui avaient porté plainte devant le tribunal administratif concernant la légalité de la nomination d'un deuxième vice-président de l'IVD. Subissant les griefs de Sihem Ben Sedrine suite à cette initiative, ils ont adressé une lettre au président de l'ARP, Mohamed Ennaceur, dans laquelle ils se sont plaints des agissements de la présidente de l'IVD, l'accusant de leur faire subir des pressions, des agressions et du harcèlement verbal.
Interrogée au sujet de son limogeage, Lilia Bouguira déclare: « Avec Mustapha Baâzaoui nous avons subi ce conseil disciplinaire et cette sanction alors que la procédure n'est pas du tout en règle. La présidente a fait changer le règlement intérieur concernant le quorum il y a près d'un mois pour garantir le bon déroulement de son plan. Vendredi nous étions 11 réunis et les neuf membres ont voté en faveur de notre limogeage. Mais cette sanction n'est que la partie visible de l'iceberg. Il y a bien longtemps qu'elle a décidé le gel de notre activité et notre non-représentativité aussi bien sur le plan national qu'international. Nous vivions un calvaire et aujourd'hui, je pars la tête haute. Je suis fière de ma démarche et de mes décisions. Avec mon collègue, nous avons été punis pour avoir dénoncé des torts. Or que réclamions-nous concrètement? Tout simplement l'application de la loi et la transparence. Nous voulions que chaque centime dépensé et que chaque transaction effectuée soient divulgués au grand public et publiés sur le site. Or, il n'en est rien. Prenons l'exemple de Chiboub : est-il normal qu'en tant que membre, je n'ai eu vent de l'accord signé entre lui et l'IVD que le jour-même? Quels sont les dessous de ce dossier et quels ont été les véritables termes de cet accord ? Aujourd'hui, Ben Sedrine règne sans partage sur l'IVD comme si elle gouvernait son propre Etat, forte de ceux qui lui assurent un solide bouclier. Et dire qu'il s'agit là d'une Instance sensée garantir la dignité de chacun. Mais peut-on vraiment parler de dignité alors que celle des membres de l'Instance est à ce point bafouée ? »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.