Sihem Ben Ghachem: La construction sociale de l'identité sexuée    Covid-19 | Certaines personnes possèdent des caractères héréditaires et immunitaires qui les protègent du virus    Tunisie – Mechichi aurait-il contourné l'autorité de Kaïs Saïed?    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Attentat de Nice: la Tunisie ouvre une enquête sur la suspicion d'un crime terroriste hors des frontières du pays    Amical : Le Club Africain s'incline face à la JS El Omrane    Décès de Brahim Hajji, EX PDG DE LA BH BANK    Produits de la pêche : Un accord pour numériser la chaîne d'approvisionnement    Manouba : Bientôt réhabilitation du marché municipal    OFFICIEL – Le report du début de la saison 2020-2021 de Ligue 1    Attaque de Nice : L'assaillant serait d'origine tunisienne    France : Un député demande à Macron la suspension de tous flux migratoire    Tunisie-audio : Khaled Hayouni révèle la date de la mise en application des décisions du couvre-feu et de l'interdiction des déplacements entre les villes    L'assaillant de Nice serait tunisien, selon les médias français    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    Budget de l'Etat et financement intérieur : La réponse du ministre des finances au Gouverneur de la Banque Centrale    Au Grand Tunis : La circulation n'est pas interdite entre les gouvernorats de Manouba, Ariana, Ben Arous et Tunis, et ni soumise à autorisation    DE PARTOUT...DE PARTOUT...    El Kamour, jusqu'à quand ?    Libye: 782 nouvelles infections au coronavirus enregistrées    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    France : Nouvelle attaque armée à Avignon    CONDOLEANCES    DECES : Raouf Ben Mohamed Dhaoui    Tunisie – Des mesures, oui... Pertinentes, on ne sait pas... A partir de quand, Dieu seul le sait !    CONDOLEANCES : Rafika AYED    L'EST recrute Farouk Ben Mustapha : Le jeu de la hiérarchie et de la concurrence ...    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis : «Pour la cotation en Bourse des entreprises publiques»    Le maire de Nice : Je confirme que tout laisse supposer à un attentat terroriste    Express    Menace de dissolution du bureau fédéral : Qui a tort, qui a raison ?    Eliminatoires CAN 2021 : Vers le report du match Tunisie-Tanzanie ?    Volleyball | Calendrier de la fin de la saison : A quand le feu vert?    COVID-19 : Les nouvelles restrictions décidées en Tunisie    Wissam Ziadi et Marouen Ben Rejeb, co-fondateurs de l'association méditerranéenne ART et Nature (AMAN) à La Presse : «Boubli» cible les jeunes au cœur de la ville    Liste de 21 applications mobiles dangereuses téléchargeables sur Play Store à supprimer    Météo | Températures maximales comprises entre 20 et 25 °C    Banque Nationale Agricole : Un PNB de 457 millions de dinars (fin septembre 2020)    Duel surprise Trump-Biden dans l'Etat de Géorgie    Route cinématographique en Tunisie sur les traces des films cultes, pour la promotion du tourisme durable    Une nébuleuse et des ruches    L'origami, l'art du pliage de papier    Une bataille entre l'ancien et le moderne qui en cache d'autres    L'art urbain tunisien visible sur la clôture de l'ambassade de la Tchéquie à Tunis    Projet de loi de finances 2021 | Simplification et unification des taxes pour les entreprises    AMVPPC : appel à projets pour la valorisation du patrimoine culturel par le numérique    Espace «Préface» à Sousse : Activités maintenues    Ooredoo unit ses forces et poursuit son soutien national pour lutter contre la propagation du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PBR Rating : en 2020, le déficit budgétaire se situerait entre 7% et 8%
Publié dans L'expert le 30 - 09 - 2020

L'agence de notation nationale PBR Rating a établi ses prévisions pour un ensemble de marqueurs économiques. Il
s'agit notamment de la croissance, du déficit budgétaire et de l'endettement de l'Etat au titre de l'année 2020. Et ce,
pour conclure à une série de réformes structurelles. Celles-ci devraient soutenir un nouveau cycle de relance
économique. La présentation de ces prévisions s'inscrit dans le cadre de ses travaux d'études et d'analyse des
données macroéconomiques et des performances sectorielles de l'économie tunisienne.
La présentation officielle des travaux de PBR Rating a eu lieu le mardi 29 septembre 2020, au siège de l'Association Tunisienne des Banques et des Etablissements Financiers (APTBEF). Devant un parterre de financiers et d'économistes de premier rang, issus des institutions bancaires et financières de la place.
Difficultés macroéconomiques structurelles
Il ressort des conclusions du rapport que l'économie tunisienne souffre de difficultés macroéconomiques structurelles. Celles-ci sont aggravées par l'impact de la crise sanitaire. En effet, le rythme de croissance sur la décennie 2011-2020 n'a pas permis au pays de résoudre ses problèmes économiques et sociaux. Ces problèmes risquent de fragiliser sa stabilité.
Le rapport a mis également en exergue pour l'exercice 2020 deux scénarios de croissance. Et ce, sur la base d'un ensemble de paramètres incluant notamment les efforts de relance de l'Etat, la résilience des acteurs locaux, les hypothèses de variation des prix des matières premières et l'évolution de la demande externe.
Dans un premier scénario optimiste, le taux de croissance de l'économie tunisienne devrait se situer à -9,6%. Les besoins de financement de l'Etat s'élèveraient à 12 082 millions de dinars pour engendrer un déficit budgétaire de 7% avec un taux d'endettement de 85,4% du PIB; alors que le taux de chômage s'élèverait à 17,1%.
Dans un second scénario moins optimiste, la croissance se creuserait pour se situer à -12,36%. Le déficit budgétaire s'aggraverait pour atteindre 8%. Avec un taux d'endettement de 88,4% du PIB et enfin un taux de chômage de 19,9%.
Crise économique et sociale, aggravée par la pandémie
Selon le même rapport, depuis 2010, le mode de production s'oriente progressivement vers les services non marchands. Il s'accompagne d'une revalorisation inédite des salaires de la fonction publique. Lesquels ont totalisé 107 milliards de dinars sur la période 2011-2019. En effet, cette tendance a mis le budget de l'Etat sous pression. La marge de manœuvre des autorités s'est affaiblie en raison de la crise économique et sociale, aggravée par la pandémie.
Pour faire face à l'augmentation de ses dépenses, l'Etat a été amené à accroître les recettes fiscales. Celles-ci ont progressé dans une moyenne d'environ 10% sur la période 2011-2019. Cela s'est effectué par une pression fiscale grandissante sur les acteurs du secteur formel. Toutefois, ces ressources n'ont pas bénéficié de manière proportionnelle aux dépenses inscrites dans le Titre II du budget.
Pour combler son déficit, l'Etat a fait un appel excessif à l'endettement, notamment extérieur. La hausse du déficit courant, conjuguée à la baisse du dinar, a accentué ces recours. Le marché interne de la dette a été également sollicité, réduisant les possibilités de financement pour le secteur privé.
M.T
*


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.