Tunisie – Gafsa : Décès d'une femme âgée par le coronavirus    Tunisie – Suspicion de l'atteinte d'une étudiante en pharmacie par le coronavirus    Le Président de la République s'entretient séparément avec le Chef du gouvernement et le Ministre de la Défense    Danielle David-Setbon, Paris-Tunis-Kairouan: Un retour aux sources, Paris, Editions Hémisphères, 2017    Hausse légère mais continue des prix du baril de Brent    Imed Khemiri: « La plénière de l'ARP ne sera aucunement une séance de questions à Rached Ghannouchi «    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghannouchi doit s'excuser lors de la séance plénière, selon Hsouna Nasfi    WEBINAIRE: Kickoff meeting Projet PRACTICE-JAWDA, PAQ-DGSU de l'Université de Carthage    Le Sheraton Tunis rouvre ses portes    Le pouvoir tente « d'acheter » la paix sociale    Heurts près de la Maison Blanche, couvre-feu dans les grandes villes    La police interdit une veillée sur la place Tiananmen    La souveraineté nationale, avant tout !    HONDA Tunisie annonce une révision tarifaire de toute sa gamme    La Tunisie a alloué 1,8% de son PIB, à la lutte contre le coronavirus    Une plénière mouvementée en perspective    Des milliers de réfugiés menacés d'expulsion    Le nouvel OPPO Reno 3 disponible en pré-commande au prix de 1099 DT    «Yasmina» et «Khadra» quand Yasmina Khadra porte les prénoms de son épouse    26 documentaires pour la Méditerranée    Une belle fresque humaine et historique    Le label ‘Meilleur Service Client de l'année 2020' remporté par Ennakl Automobiles    7 cas de fièvre typhoïde à Ghannouch    Désinfection de la Grande Mosquée de Sousse    Covid-19: 17 800 Tunisiens ont regagné le pays, à la faveur de 280 vols assurés notamment par Tunisair    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 2 juin à 11H00    Mercato : Yassine Chamakhi donne sa priorité au Club Africain    ARP : Ghannouchi appelle à un surcroit de solidarité et à l'apaisement    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Italie : La Serie A reprendra le 20 juin    Hausse du taux de chômage : Faut-il craindre le pire ?    Report des festivals de Carthage et de Hammamet : Le 100% tunisien, ce n'est pas pour aujourd'hui    Liga : les clubs espagnols ont repris l'entraînement collectif    EST | Mercato : Mbarki, restera, restera pas ?    Dernière minute: Pas de nouveau décès et deux nouvelles infections au Coronavirus en Tunisie    Météo : Temps calme et mer peu agitée    Ligue 1 | Casser les codes établis : La course à l'échalote    Ne pas s'enliser dans le bourbier libyen    Patrimoine beylical mis en vente, Nour EL Houda Bey réagit    CONDOLEANCES : Abderraouf MEZZI    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    Sarah Hannachi à La Presse : «Je fais partie de cette nouvelle vague d'artistes qui a envie que les choses changent…»    Club Africain : La commission de sauvetage crée un "front de salut" et pousse le comité directeur vers la sortie    FIFA : "J'ai démissionné sous la pression américaine" (Blatter)    Des objets précieux censés faire partie de notre Patrimoine historique feront l'objet d'une vente aux enchères à Paris    Tunisie [Audio]: Officiel, report des festivals de Carthage et Hammamet    Historique, SpaceX 1ère société privée à lancer des astronautes dans l'espace (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Epidémie du coronavirus : Les aspects psychologiques
Publié dans Tunisie Numérique le 27 - 03 - 2020

4ème PARTIE: CONFINEMENT: MINIMISER LES RETOMBEES PSYCHOLOGIQUES ET SAVOIR REGARDER LE BON CÔTE DES CHOSES
Auteure : Donia Remili : Docteure et chercheure en psychologie à Université de Tunis et à inetop- cnam. Paris. Enseignante à l'ISSIT et membre actif de la société civile (psychologues du monde, Tunisie)
On ne peut s'empêcher, quand une personne est réduite au confinement, de penser au stress, à la frustration, à l'isolement social, à l'anxiété et la dépression… Tous ces troubles psychologiques vont s'ajouter aux autres éléments déstabilisants, comme la perte de son rythme de travail, la condamnation à vivre dans un espace restreint, se trouver dans l'obligation de supporter ou de communiquer avec un partenaire avec lequel on est déjà en conflit, le sentiment de manque de liberté de se déplacer, de vivre pleinement des activités sportives, artistiques, scientifiques… Et on en passe dans cette liste des faits qui font perdre les repères habituels.
Cette consigne de confinement sanitaire qui a été imposée par l'Etat, comme moyen de prévention contre la propagation de l'épidémie, est souvent perçue et ressentie comme « un mal nécessaire », que l'on doit respecter contre sa volonté.
Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier le sentiment de frustration, de stress et de peur qui envahit les personnes en confinement, devant l'impuissance devant l'épidémie et le sentiment de ne pas pouvoir contrôler et maîtriser la situation qu'on vit.
Mais tout le monde sait que « tout ce qui est interdit devient fortement désiré ! », comme, par exemple, quand le médecin lui interdit de consommer du sucre, ou de fumer, le patient ressent tout de suite, l'envie irrésistible d'en consommer davantage…
Et si on regardait la moitié remplie du verre?
Il est, dans ces conditions, primordial de sortir de cette spirale noire des émotions négatives, nuisibles, et faire en sorte de découvrir le côté positif de cette situation, et surtout de mettre en œuvre la force et l'énergie intérieures que l'on a en soi, pour les exploiter comme source de bien-être et moyen de se ressourcer pour se retrouver en pleine forme pour un nouveau départ après l'épidémie.
Nous allons dresser une liste non exhaustive des moyens et actions à entreprendre pour s'aider à sortir des la zone sombre, et tendre vers cette petite lueur de pensées positives.
Dans de tels cas, la psychologie positive peut apporter beaucoup d'éléments de réponse dans ce sens, pour aider à avoir une vision positive à plusieurs niveaux:
Tout le monde a tendance à se focaliser, plus, sur ce qui est négatif dans cette situation d'épidémie où les autorités ont la maladresse de ne communiquer que sur les côtés négatifs, comme, par exemple, énumérer les malades et les morts, alors que rarement, quelqu'un a abordé le nombre de ceux qui sont guéris de cette maladie.
Sinon, et pour regarder le bon côté des choses, il ne faut pas perdre de vue que :
* Cette période de confinement, est une occasion pour renouer des liens d'amitié ou familiaux, voire les renforcer. Il ne faut pas oublier que, depuis quelques décennies, on a, de plus en plus, un semblant de famille, plutôt qu'une vraie famille. Tout le monde se plaignant de travailler d'arrache pied, et d'essayer de gagner de l'argent pour survivre, d'être à court de temps pour communiquer avec ses enfants, ses parents… Et, cerise sur le gâteau, on reproche, souvent, au partenaire, le manque de compréhension, l'indifférence… ce qui aboutit, souvent, à des disputes gratuites…
* Jadis, nos aïeux, étaient plus heureux et plus solidaires, parce qu'il y avait plus de chaleur humaine, plus de dialogue avec les enfants, plus de respect et de joie malgré, parfois, la pauvreté, … On pourrait, donc, profiter de ce confinement, pour revivre ces valeurs, et ces émotions positives, pour renouer, un tant soit peu, avec ces moments agréables au sein de nos familles !
* Pendant cette période supposée de contrainte, on peut se faire plaisir, et entreprendre des activités et des passions qu'on ne pouvait plus faire en temps normal, comme lire des livres, écouter ou jouer de la musique, ou encore s'adonner à des activités manuelles, du genre bricolage, jardinage, tricotage, voire redécouvrir ses talents de cuisinier… On pourrait, même, visiter virtuellement des musées du monde entier en accès libre, ou, revivre les bons souvenirs avec la famille ou des amis à travers des photos ou des vidéos).
* En temps normal, les fonctionnaires, cherchent à avoir un congé pour se reposer, pour se vider un peu l'esprit des problèmes et du stress du travail, ainsi que du rythme infernal vécu, tous les jours, pour ramener les enfants à l'école, être à l'heure au travail, subir les bouchons dans les rues… Voilà, donc, une bonne occasion d'être épargné de ce stress continu !
* Pour les entreprises et les institutions publiques, cette période peut, aussi, être une occasion pour repenser les bienfaits du télétravail, et mettre en place de futures stratégies innovantes, et ce, dans plusieurs domaines (services publics, enseignement, ou formation à distance…)
* Certains sont allés jusqu'à dire que cette épidémie va changer le comportement des gens, dans le bon sens. Comme pour l'intérêt porté à l'hygiène, et à l'hygiène de vie, d'une façon générale sous toutes ses formes ; physiques, alimentaires… Mais, attentions, dans ce registre, de ne pas basculer dans des comportements obsessionnels et compulsifs (maladifs).
* Cette période a, par ailleurs, été une occasion pour certains de faire l'étalage de leur savoir et leur science, comme çà a été le cas de ces ingénieurs tunisiens qui ont donné libre cours à leur créativité pour fabriquer tout ce qu'il faut pour gérer cette crise, comme les équipements de protection pour les soignants et les appareils de ventilation pour les patients.
* Cette période aurait pu, aussi, être un moment de trêve politique. Mais, malheureusement la gravité de la situation n'est pas arrivée à venir à bout des comportements agressifs et conflictuels de certains politiciens tunisiens.
* On pourrait, par ailleurs, tirer un peu de plaisir et de sentiments positifs en se remémorant les gestes nobles de solidarité vécus avec beaucoup d'émotions entre les citoyens et envers le ministère de la santé.
* Il ne faudrait, pas, non plus, perdre de vue les effets positifs pour l'environnement, de cette épidémie. Puisque le monde est en train de connaître les taux les plus bas de pollution de l'environnement.
C'était, là, quelques messages positifs, qui « reboostent » un peu le moral, et recentrent l'attention vers une vision optimiste, même si l'enthousiasme ne pourrait être à son comble. Il est donc recommandé de prendre de la distance par rapport à toute information ou situation négative, reconsidérer positivement la situation de confinement et d'épidémie, diffuser des messages d'amour… On pourrait, pour ceux qui le veulent, chercher le réconfort dans la spiritualité, et se dire tout le temps qu' « Après la pluie, vient le beau temps ! »

Partagez6
Tweetez
+1
Partagez
6 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.