Tunisie – Gafsa : Décès d'une femme âgée par le coronavirus    Tunisie – Suspicion de l'atteinte d'une étudiante en pharmacie par le coronavirus    Le Président de la République s'entretient séparément avec le Chef du gouvernement et le Ministre de la Défense    Danielle David-Setbon, Paris-Tunis-Kairouan: Un retour aux sources, Paris, Editions Hémisphères, 2017    Hausse légère mais continue des prix du baril de Brent    Imed Khemiri: « La plénière de l'ARP ne sera aucunement une séance de questions à Rached Ghannouchi «    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghannouchi doit s'excuser lors de la séance plénière, selon Hsouna Nasfi    WEBINAIRE: Kickoff meeting Projet PRACTICE-JAWDA, PAQ-DGSU de l'Université de Carthage    Le Sheraton Tunis rouvre ses portes    Le pouvoir tente « d'acheter » la paix sociale    Heurts près de la Maison Blanche, couvre-feu dans les grandes villes    La police interdit une veillée sur la place Tiananmen    La souveraineté nationale, avant tout !    HONDA Tunisie annonce une révision tarifaire de toute sa gamme    La Tunisie a alloué 1,8% de son PIB, à la lutte contre le coronavirus    Une plénière mouvementée en perspective    Des milliers de réfugiés menacés d'expulsion    Le nouvel OPPO Reno 3 disponible en pré-commande au prix de 1099 DT    «Yasmina» et «Khadra» quand Yasmina Khadra porte les prénoms de son épouse    26 documentaires pour la Méditerranée    Une belle fresque humaine et historique    Le label ‘Meilleur Service Client de l'année 2020' remporté par Ennakl Automobiles    7 cas de fièvre typhoïde à Ghannouch    Désinfection de la Grande Mosquée de Sousse    Covid-19: 17 800 Tunisiens ont regagné le pays, à la faveur de 280 vols assurés notamment par Tunisair    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 2 juin à 11H00    Mercato : Yassine Chamakhi donne sa priorité au Club Africain    ARP : Ghannouchi appelle à un surcroit de solidarité et à l'apaisement    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Italie : La Serie A reprendra le 20 juin    Hausse du taux de chômage : Faut-il craindre le pire ?    Report des festivals de Carthage et de Hammamet : Le 100% tunisien, ce n'est pas pour aujourd'hui    Liga : les clubs espagnols ont repris l'entraînement collectif    EST | Mercato : Mbarki, restera, restera pas ?    Dernière minute: Pas de nouveau décès et deux nouvelles infections au Coronavirus en Tunisie    Météo : Temps calme et mer peu agitée    Ligue 1 | Casser les codes établis : La course à l'échalote    Ne pas s'enliser dans le bourbier libyen    Patrimoine beylical mis en vente, Nour EL Houda Bey réagit    CONDOLEANCES : Abderraouf MEZZI    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    Sarah Hannachi à La Presse : «Je fais partie de cette nouvelle vague d'artistes qui a envie que les choses changent…»    Club Africain : La commission de sauvetage crée un "front de salut" et pousse le comité directeur vers la sortie    FIFA : "J'ai démissionné sous la pression américaine" (Blatter)    Des objets précieux censés faire partie de notre Patrimoine historique feront l'objet d'une vente aux enchères à Paris    Tunisie [Audio]: Officiel, report des festivals de Carthage et Hammamet    Historique, SpaceX 1ère société privée à lancer des astronautes dans l'espace (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Coronavirus : Le gouvernement pris au piège de ses propres choix
Publié dans Tunisie Numérique le 07 - 04 - 2020

En temps de guerre, un « général » qui connait son ennemi, d'autant plus que l'ennemi vient de l'intérieur, qui connait les projets de son ennemi, et qui ne tente pas de le contrer avec tous les moyens dont il dispose, est passible de… cour martiale !
En temps de guerre, un « général » se doit d'être rude, sévère et intraitable quand il s'agit, pour lui, de défendre le peuple qui l'a choisi. Ce peuple attend de lui des actions, et non pas des mots, et encore moins des larmes, qu'elles soient spontanées ou non.
Mais, surtout, et avant tout, un « général » qui se respecte et qui est en guerre, se doit d'avoir une stratégie. Une stratégie dans laquelle il aura, depuis le début, tout prévu, dans les moindres détails, et selon les différends scénarios. Un général qui n'a pas de stratégie, et qui évolue à vue, en changeant de tactique au jour le jour, est sûr de perdre sa bataille, et il sera, de ce fait… passible de cour martiale !
Les autorités tunisiennes sont tombées, à cause des stratégies tronquées et incomplètes, dans le piège de leurs propres décisions. Des décisions qu'ils changent à tout bout de champ et qui sont contradictoires entre elles, sans, même, avoir pris la peine de les mettre à exécution.
Le dernier piège dans lequel vont tomber ces autorités, et auquel elles ne semblent pas avoir, encore pensé, sera celui de pouvoir convaincre les gens malades de se déclarer et se rendre aux centres de traitement et de confinement, après qu'elles aient annoncé qu'elles allaient obliger, par la force de la loi, s'il le faut, les malades à se faire interner dans des centres de traitement et d'hébergement.
En accusant, probablement, à raison, les citoyens de faire foirer leurs plans, notamment en ce qui concerne le respect des mesures de confinement, les autorités vont devoir faire face à un autre problème bien plus grave, puisque les gens qui vont se sentir malades vont se cantonner chez eux, et refuser de se déclarer aux autorités, ou de subir les tests virologiques, de peur de se faire « interner » dans des centres pour malades. Et çà va être la conséquence des choix pris au début, quand les autorités ont décidé de laisser les malades chez eux, et de les « surveiller » par téléphone, ce qui était un choix qui se discutait.
C'est ce qui arrive immanquablement, quand les citoyens ont affaire à des décisions contradictoires qui se succèdent, et qui ne sont pas appliquées avec la rigueur qu'il faut. Et c'est ce qui est, notamment, arrivé quand les autorités ont lâché du lest, au départ quand il était question de mettre en quarantaine les gens venant de l'étranger, avant qu'elles ne se rétractent et consentent leur drôle d'idée de l'auto-confinement, qui n'a jamais fonctionné. Et par la suite, il a été impossible de revenir à la première stratégie.
Pour résumer, et à force de menacer de recourir à la force et à la loi, pour faire interner les malades dans des centres de quarantaine, les autorités vont pousser les gens qui se sentent malades, à cacher leur état et se cantonner chez eux, avec, bien évidemment, l'énorme risque de contaminer un nombre impensable de contacts, alors, même, que les services de santé ne sont au courant de rien. Et c'est là, qu'elles vont se retrouver avec des morts un peu partout…
Il serait, peut-être, le moment de penser à un couvre feu de 24 heures, sur une semaine ou dix jours, pour pouvoir espérer renverser la vapeur, et récupérer les dégâts occasionnés par tous ces ratages !
Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.