Dégradation de la note souveraine de la Tunisie : L'UGTT et l'UTICA expriment leur préoccupation    FTDES : Augmentation du nombre de migrants irréguliers sur les côtes italiennes    Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Classement Moody's... Dans quelle poule joue la Tunisie?    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Change devises en dinar tunisien : Cours du 24 Février 2021    Tunisie : Une mal-gouvernance sanctionnée par Moody's    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    DECES : Hatem BEN RAYANA    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Biélorussie: Est-ce la Révolution muette ?
Publié dans Tunisie Numérique le 30 - 06 - 2011

Ils étaient près de 3000 à converger hier vers la place centrale de Minsk. Comme chaque mercredi depuis plusieurs semaines, des appels au rassemblement ont été lancés sur les réseaux sociaux. En cause, la très grave crise économique dont souffre cette ancienne république soviétique. Résultat, une monnaie dévaluée et une inflation record.
Mais pas question pour le président biélorusse de laisser libre cours à ces manifestations. Des centaines de personnes, dont au moins trois journalistes, ont été interpellées manu militari. Au pouvoir depuis 17 ans, Alexandre Loukachenko a intensifié la répression de l'opposition après sa réélection controversée l'année dernière.
Pour contrecarrer ce mouvement contestataire, les autorités ont installé des discothèques géantes dans les places publiques. Sans cris ni slogans, les révolutionnaires n'ont qu'applaudir pour manifester leur opposition au régime. Les agents de police habillés en civil les attrapaient dans des bus “mauves” en les tabassant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.