Rihanna est la femme la plus riche aux Etats-Unis    Sept scanners Epson récompensés par Data Master Lab pour leur grande facilité d'utilisation et leur qualité d'image supérieure    NEWS | L'EST sur Azmi Ghouma    De retour dans la cour des grands : L'Afrique, c'est l'ADN du CA !    Programme TV du mercredi 06 juillet    Météo en Tunisie: Températures maximales comprises entre 35 et 45 °C    Patricia Caillé, directrice de l'ouvrage «A l'œuvre au cinéma» (*), à La Presse : «Les techniciennes ne figurent pas dans l'histoire des cinémas»    Monia Ben Jémia: Les menaces sur les droits des tunisiennes dans le projet de Constitution du 30 juin 2022    En fait-on trop avec les politiques ?    Le 25 juillet : que faire ?    L'édito de Taoufik Habaieb: Kaïs Saïed doit changer    Rafik Abdessalem: Je ne possède que 1700 dinars dans mon compte bancaire    Voyages aériens : le chaos règne dans les aéroports !    Nouvelle constitution : Les risques d'un clivage qui fera mal à la justice    Projet de constitution - Les anciens bâtonniers dénoncent la suppression de l'article 105    Tunisie-Coronavirus: Les signes d'une 6e vague se confirment    Tunisie-coronavirus : C'est la 6ème vague    En vidéo : Des voyageurs ont attaqué un sécuritaire à l'aéroport Tunis Carthage    Ghannouchi convoqué par le Pôle antiterroriste    Conférence de presse pour la présentation de la Foire EIMA International    Challenger de Bogota : Malek Jaziri jouera les 8e en simple et en double    Météo du mercredi 6 juillet 2022    CAN féminine 2022 : la Tunisie pour confirmer contre la Zambie    Ouverture de la conférence africaine sur la sécurité et la police de proximité    Beja : un centre de secours et de soins    Référendum, gel des avoirs de Ghannouchi, ouverture des frontières avec l'Algérie… Les 5 infos de la journée    Maroc | Olympiades panafricaines des mathématiques : une gafsienne couronnée    Ons Jabeur : je suis vraiment heureuse de cette victoire !    L'Algérie ouvrira ses frontières terrestres avec la Tunisie le 15 juillet    Wimbledon : Djokovic renverse Sinner pour jouer sa 43e demi-finale majeure    Tunisie Autoroutes s'explique sur l'augmentation de ses tarifs    Monde-Daily brief du 5 juillet 2022: À Lugano, L'Ukraine et ses alliés posent les principes pour guider la reconstruction    Riadh Hajjej désigné directeur général par délégation de l'ATB    Tribune | Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Contrepoint | Du scénario Jupiter    Exposition de groupe «Passionnément... femmes» à l'Espace Art et Culture Hédi-Turki : «ELLES» lui rendent hommage    Tunisair annonce que les billets sont 100% modifiables et remboursables    Décès de Taoufik Chaibi    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Kais Saied se rend en Algérie    Ukraine : Poutine avance pendant qu'ils mangent des petits fours en Suisse    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Le compositeur Ezzedine Ayachi n'est plus    Un faible séisme frappe le gouvernorat de Sidi Bouzid    Mohamed Hédi Jouini nommé directeur général du théâtre de l'Opéra de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache
Publié dans Tunisie Numérique le 20 - 05 - 2022

Le président américain, Joe Biden, n'a pas tardé à décaisser l'enveloppe colossale de 40 milliards de dollars qu'il avait promise à l'Ukraine. Le Congrès l'a votée hier jeudi 19 mai. Et dans la foulée Biden a pris l'avion direction la Corée du Sud, pour souder le front du Pacifique – avec le Japon – et montrer à la Chine que leur bras de fer est et restera la priorité de Washington. Biden l'avait mis en veilleuse, happé par l'incursion russe en Ukraine, il a décidé de revenir en force vers Pékin. Après ça difficile de remettre en cause le statut de gendarme du monde collé aux USA, surtout au regard des déboires des Européens…
Il faut le rappeler : la Maison Blanche prend la tête du front anti-russe pour régler un problème qui se passe en Europe et que les Européens sont incapables de gérer. Certes Vladimir Poutine est un os dans le pied des Américains et du monde entier mais c'est avant tout un problème européen. Et que font-ils pour y faire face ? La première puissance européenne, l'Allemagne, n'a pu promettre qu'un "petit milliard" d'euros pour aider l'Ukraine, un engagement poussif, sous la contrainte. Quant à la France, elle a promis de hausser le niveau de l'aide militaire, là encore sous la pression, mais aucune indication sur le volume du soutien et son calendrier…
Par contre quand il s'agit de trouver des pirouettes pour bloquer la route de l'Ukraine vers l'adhésion à l'Union européenne (UE), là Paris et Berlin savent faire. C'est tout le drame de cette UE lestée par ses faiblesses congénitales et quasiment impossible à réformer, malgré le volontarisme affiché par le président français, Emmanuel Macron. Il avait dégainé un ambitieux programme avant d'accéder à la présidence du Conseil de l'UE, notamment une Europe de la Défense encore plus urgente avec la conjoncture mondiale. Macron achèvera son mandat en juin prochain – il l'a entamé en janvier 2022 – sans avoir avancé d'un pouce, au contraire…
Que reste-t-il pour assurer la sécurité des Européens ? Et bien ce qu'il y avait avant et qui n'a jamais été remis en cause : l'OTAN, avec comme principal moteur… les Américains. Encore eux, toujours eux. Cela énervait beaucoup le prédécesseur de Biden, Donald Trump, mais ce n'est pas près de changer. Devinez qui organise en ce moment même l'avenir de l'Alliance pour veiller sur la sécurité de la sécurité des Européens et du monde ? Les USA. Qui se coltine les âpres négociations avec la Turquie pour laisser la Suède et la Finlande entrer dans l'OTAN ? Les Etats-Unis.
On peut verser dans l'antiaméricanisme, et c'est normal vu la mort et la désolation que l'armée américaine a semées un peu partout dans le monde (Vietnam, Afghanistan, Irak, etc.), mais tant que les autres laisseront les USA aller au charbon et payer, en vies humaines et en financements, pour régler les problèmes du monde le statut de gendarme de la planète ne pourra leur être retiré.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.