Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    Coupe Arabe : Démonstration de force à l'égyptienne et 5-0 à la fin    L'ordre des médecins s'oppose à l'Innovation et aux Startups    Tunisie : Nouvelle décision de Kais Saied    REMERCIEMENTS ET FARK: Khemaies GUEBLAOUI    MEMOIRES: Béchir HAMMAMI    Gafsa | dur, dur d'être jeune…    Tunisie-coronavirus : Vers la fermeture des frontières? le ministre répond    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    Louzir : La personne infectée par « L'Omicron » va bien et n'a montré aucun symptôme    Tunisie : Hausse de 17,2% des recettes douanières durant les 11 premiers mois de l'année 2021    Coupe Arabe : Les Marocains écrasent la Jordanie et se qualifient pour les 1/4    NBA : Phoenix privé de record, le derby de LA pour les Clippers    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    La Tunisie perd son match contre la Syrie (0-2): Une grande désillusion à la Coupe arabe FIFA 2021    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    NEWS: Zerdoum passe au CA    Marathon International COMAR Tunis-Carthage: Courons pour l'environnement    Foot-Europe: le programme du jour    Monde: Un accord « historique » entre la France et les Emirats Arabes Unis    Conférence d'Oran : La contribution des 3 pays africains au Conseil de sécurité de l'ONU a été capitale (Jerandi)    Bilel Sahnoun, Directeur Général de la Bourse de Tunis: "La Tunisie n'a toujours pas saisi l'opportunité des financements verts"    Pourquoi: Vente illégale d'eau    Office National de la Famille et de la Population — Lancement des premières Journées nationales de la santé sexuelle et reproductive: Le sida, l'autre pandémie    Tahya Tounes annonce son congrès extraordinaire en mars 2022    On nous écrit: «J'ai fermé mes maisons » de Marianne Catzaras Sur ses collines, Athènes attend    «On a Blade of Grass» de Fares Thabet à Selma Feriani Gallery du 13 décembre 2021 au 5 février 2022: Un environnement rêvé    Exposition de photos: Splendeurs et couleurs de la Médina de Tunis    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Premier ministre italien : « la Tunisie doit tracer une voie politique claire »    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Tunisie-Météo: Temps nuageux sur l'ensemble du pays    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : Le piratage, une bénédiction?
Publié dans Tekiano le 10 - 06 - 2009

Selon la BSA, le piratage baisse en Tunisie. Faut-il s'en réjouir, quand on sait que même des multinationales ont aussi recours à des logiciels sans licence ? Les films DVD ? Hollywood était un nid de flibustiers !
La lutte contre les « méfaits » du piratage informatique est une nouvelle fois au devant de la scène. Des organismes comme la Business Software Alliance (BSA) diffusent ainsi régulièrement des rapports annuels mettant en avant les « pertes » en termes d'emploi causées par le piratage, ainsi que le manque à gagner « considérable » pour les entreprises du secteur. Et le dernier rapport 2008 de la BSA vient de sortir. Il nous apprend ainsi que le taux de piratage, en Tunisie, est passé à 73% en 2008 contre 76% en 2007. Selon les chiffres fournis, le piratage serait donc en baisse dans notre pays, et ce, pour la 5ème année consécutive. Mais… Faut-il pour autant s'en réjouir ? C'est que la BSA et ses rapports sont pour le moins controversés. En 2008, elle a annoncé que le piratage a occasionné une perte sèche de 250 milliards de dollars pour l'économie américaine. Le célèbre journal en ligne (américain) Ars Technica (voir ici) relèvera, en octobre de la même année, que cette somme dépasse les recettes cumulées de l'industrie du cinéma, du jeu vidéo, et de la musique pour 2005.
Chiffres fumeux
Le journaliste a recherché la source de ces nombres « magiques », en frappant même à la porte du FBI, sans pouvoir remonter à leur source. Le secrétariat d'Etat au Commerce, le Congrès, bref personne n'a souhaité les reprendre à son compte ces chiffres pour le moins fumeux (voir Zataz.com ici). Et ce n'est pas la première fois que les chasseurs de pirates sont pris en défaut. En 2006, un institut pourtant dédié à la protection des droits d'auteurs démentira carrément les chiffres concernant l'Australie (voir ici), les considérant comme « invérifiables, et épistémologiquement pas fiables » ! En somme, l'action de la BSA s'inscrit plus dans le cadre d'une action de lobbying tous azimuts que dans celui d'une étude sérieuse. Et comme son nom l'indique, il s'agit donc avant tout de défendre les intérêts du Big Business du Software.
La plupart des Etats cloués au pilori, puisque désignés comme ceux qui font le moins usage de logiciels dument licenciés, sont des pays émergents. Et pour cause : les couts des licences et donc des droits d'exploitation de ces programmes informatiques trop souvent rédhibitoires, ne sont pas de nature à inverser la tendance. Il n'empêche. Quelques voix se sont élevées, notamment au Etats-Unis, du cœur même du système, pour remettre en question ces allégations que l'on voudrait nous imposer comme des vérités premières. TechRepublic.com, un portail dédié à la technologie a même relevé en 2005 que même Microsoft utilise parfois des logiciels « sans licence » (voir ici). Faut-il alors encore jeter la pierre à nos micro-entreprises, nos jeunes diplômés, nos étudiants ?
Aux origines de Hollywood
Bien avant que nos petites boutiques de gravure CD en font leur beurre, d'autres intervenants autrement plus puissants ont déjà remporté le gros lot. Les bâtisseurs de l'industrie américaine du cinéma, les fondateurs même de Hollywood, ont sans doute été les premiers pirates audiovisuels de l'histoire. Si cette donnée est peu connue du grand public, elle n'en est pas moins avérée, et documentée. Ainsi, Thomas Edison détenait les droits exclusifs d'exploitation du cinématographe puisqu'il s'agit de son invention. Une position qu'il a renforcée en fondant la Motion Picture Patent Company basée sur ses brevets d'inventeurs. Une position dominante, et même monopolistique, à l'image de celle occupée aujourd'hui, par certaines multinationales de l'informatique. Sauf qu'Edison ne se contentait pas de diffuser des rapports. Il a même créé une filiale, la General Film Company, qui ne rechignait pas à utiliser les méthodes « frappantes » pour remettre les contrevenants dans le « droit chemin », celui qui lui rapporte des espèces sonnantes et trébuchantes. L'histoire est relatée en détails dans l'ouvrage « Free Culture » de Lawrence Lessig (disponible en téléchargement ici , lire un extrait en français ici).
Les plus rebelles des producteurs (pirates) du cinéma américain ont rejoint la Californie. Pour se tenir justement à l'abri du pouvoir d'Edison et de la… loi fédérale. Parmi eux, William Fox, père fondateur de la Fox Film plus connue aujourd'hui sous la dénomination Twentieth Century Fox. Hollywood serait ainsi à l'origine un nid de flibustiers malmenant allégrement la notion de propriété intellectuelle. Ironie du sort, la Fox se plaint au FBI quand l'un de ses films, (X-Men Origins : Wolverine) est disponible en téléchargement sur le web (et dans nos magasins) avant même sa sortie en salles aux Etats-Unis. Un remake de « L'arroseur arrosé » (un court-métrage des frères Lumière !), à retardement.
Au final, le système adopté nolens volens en Tunisie, est loin d'être mauvais. Si « on » est relativement strict quand il s'agit de protéger les œuvres tunisiennes, les autres peuvent passer sans vergogne à la moulinette de nos Galeries 7. Ces temples aussi postmodernes que tunisiens continueront donc de propager la bonne parole et les nouvelles technologies… à bon prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.