Coronavirus : 21 nouvelles contaminations dont 18 locales    La Tunisie a adopté une stratégie de coexistence avec le Coronavirus    Nouvelle alerte : 18 cas locaux عدوى محلية et 3 cas importés + 1 nouveau décès enregistrés dans 7 gouvernorats    La Tunisie, à l'ère de la culture 0.0 !    Les voyants économiques au rouge    Drame sans précédent pour une ONG française    Le chef du gouvernement annonce la démission de son gouvernement    La Loya Jirga autorise la libération de 400 taliban    Boussaïdi et Maâla à la barre !    Déplacement de tous les périls !    Victoire à l'arrachée des Clubistes, face à l'ESM    Veto contre un gouvernement de technocrates !    Avec ou sans les partis, Méchichi joue et peut gagner    Tests RT PCR même pour les personnes provenant de la zone verte !    ''La Covid 19 a révélé une forte présence des femmes dans les professions vitales''    Non à un ''gouvernement de la peur''    Une école d'été pour la culture    BRUITS ET CHUCHOTEMENTS    Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand    Tunisie: Adnen Mansar: Kais Said a parié sur la volonté des partis d'éviter des élections anticipées    BCT : Les réserves en devises couvrent 142 jours d'importation, un record depuis 2011    Mise en place d'une commission nationale chargée du transport et du stockage des produits chimiques dangereux    2ème édition « balades solidaires » le 12 et 13 août au Palais de l'artisan à l'occasion de la fête nationale de la femme    Real Madrid : Alphonse Areola retourne au PSG (officiel)    Sidi Bouzid : Réouverture de la ligne ferroviaire n°13 et reprise d'activité de la mine de phosphates de Meknassi    Tunisie: Augmentation de 3,8 milliards de dinars du déficit budgétaire de l'Etat au cours du 1er semestre 2020    Des étudiants libanais accueillis à Tunis : Pourquoi 200 seulement ?    Tunisie : Annulation d'une desserte du car-ferry CARTHAGE à destination de Marseille    Hichem Mechichi tranche : «Un gouvernement de compétences indépendantes de tous les partis»    Tunisair : Chute de 97% du nombre de passagers transportés durant le deuxième trimestre 2020    Tunisie : Les nouveaux prix de l'essence et du Gasoil dès le 11 août 2020    Migration irrégulière : La chasse aux passeurs est lancée    BCT : Le solde budgétaire se creuse à -3.847 MDT à fin juin 2020    CONDOLEANCES : Halima ROUISSI    Espace "El makhzen" ferme ses portes: Un agitateur culturel de la médina de Tunis capitule…    Théâtre | Jamel Madani traite du statut de l'artiste    Programme TV du mardi 11 août    Handball | Championnat féminin de beach hand : Menzel Temime haut la main    Abdelkader Maalej: Les cendres d'Hannibal    Une première en Tunisie: un hôtel réservé aux animaux    Météo : Températures légèrement en hausse    Poutine : La Russie a développé le 1er vaccin contre le Covid-19    Le nombre de cas confirmés dans le monde dépasse les 20 millions    Ligue 1 – L'US Monastir veut reprendre la 2e place    Formation du gouvernement, programme des rencontres de Mechichi    Tunisie – Jeunesse et sports : L'appel solennel de Haythem Kilani au chef du gouvernement    Liban | Le premier ministre annonce la démission du gouvernement    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Carthage dance n'aura pas lieu: Manifeste de « Carthage dance »
Publié dans Tekiano le 06 - 07 - 2020

"Carthage dance 2020", le festival de danse de Tunisie n'aura pas lieu cette année. Le rendez-est reporté pour 2021, pour continuer la danse. Nous publions ci dessous la lettre manifeste de Mariem Guellouz directrice des journées chorégraphiques de Carthage:
« Carthage dance » n'aura pas lieu.
Et si, sans la nommer, l'on parlait d'elle ?
Elle, c'est la beauté du quotidien. Elle, c'est le geste absolu. Elle, c'est la joie du partage. Elle, c'est le rêve incessant. Elle, c'est l'infinitude des corps, la plénitude des espaces et des temps. Elle, c'est le sens de nos mouvements. Elle, c'est la poétique du politique.
Et si, sans la nommer, l'on parlait d'elle pour ne pas oublier nos histoires et nos mémoires ?
Elle, c'est ceux et celles qui y ont cru. Elle existe grâce à des générations qui ont fait le choix
de prendre son chemin difficile pour la vivre à l'absolu. Elle, c'est vous quand elle remplit votre regard de beauté et de force. Elle, c'est nous, quand on vous l'offre. Sa mémoire est bafouée, oubliée. Ses plaques cassées, ses centres fermées, son histoire inconnue. Elle arrache sa place et veut exister. A côté de ses voisins, elle peine à être reconnue, connue. Elle, c'est la mémoire des corps maltraités, instrumentalisés, torturés. Elle, c'est aussi la mémoire des corps jouissants, joyeux et puissants. Elle n'oublie pas. Elle, c'est notre raison de vivre. Nous la défendrons, nous la chérirons, et pour elle, nous souffrons, et nous ne l'abandonnerons jamais.
Main dans la main, pour elle, nous nous unirons. Main dans la main, pour elle, nous survivrons.
Elle, c'est le foyer. Elle, c'est le sens. Elle, c'est le désir, jusqu'au bout, jusqu'au bout…comme dit la chanson (sans la nommer de Georges Moustaki).
Elle, c'est la danse.
« Carthage dance » n'aura pas lieu.
Les rues ne danseront pas. Les salles n'accueilleront pas. Les artistes n'exposeront pas. La
danse n'aura pas lieu. Les corps dansants n'envoleront pas nos rêves en suspension. Nous ne danserons pas. Techniciens, artistes, danseurs, acteurs culturels, programmateurs, spectateurs ne partageront pas, cette année, les espaces de joie et de création. Nous ne rêverons pas ensemble de danses, d'engagement et d'un monde où les logiques du sensible priment sur le commercial et le compétitif.
« Carthage dance » n'aura pas lieu.
A tous les danseurs arabes et africains, Carthage dance s'est toujours engagé à être une
plateforme de rencontres et de partages. Nous ne nous retrouvons pas cette année mais gardons en tête notre devise : il n'y a pas de danse sans dignité des corps.
La dignité des corps dansants, est la reconnaissance du métier de danseur par nos Etats et le respect des conditions de vie des corps dansants.
La dignité des corps, c'est d'en finir avec la survie pour faire le choix de la vie.
La dignité, c'est leur responsabilité de respecter nos libertés.
La dignité, c'est de danser toujours, encore, inconditionnellement.
La dignité, c'est de se permettre une lenteur créatrice.
La dignité, c'est de ne pas répondre aux injonctions néolibérales et les logiques du marché.
La dignité, c'est imposer ses pratiques face aux exigences des institutions locales ou
internationales.
La dignité, c'est de se libérer de toute forme de domination qu'elle soit coloniale, patriarcale ou sociale.
La dignité, c'est le respect de la liberté absolue de nos corps au-delà des normes imposées.
La dignité, c'est une danse qui refuse l'assujettissement.
« Carthage dance » n'aura pas lieu. La danse survivra.
Nous danseurs, corps dansants, amateurs, professionnels, spectateurs, nous la ferons exister au-delà des barrières imposées par les Nords sur les Suds, au-delà des visas et des titres de séjours, au-delà des règles du marché, au-delà de tout.
Nous offrons cette édition à ceux et celles qui ont cru à la dignité, aux blessés de la révolution, aux victimes des violences policières dans le monde entier et à tous ceux qui ont vu l'intégrité de leur corps, un jour, bafouée.
La danse est un lieu de mémoire, qui choisit de ne pas se plier, se lève, se relève et se soulève.
« Carthage dance » n'aura pas lieu. La dignité restera notre combat.
Retrouvons nous en 2021 et ensemble, continuons à danser…
Mariem Guellouz pour l'équipe de Carthage dance 2020


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.