Rapatriement de 113 Tunisiens via Ras Jedir    Tunisie – Sousse : Enregistrement de deux nouveaux cas de importés de covid19    Mohamed Ouertatani nommé Directeur général du Fonds tunisien de l'investissement    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Ce que l'on sait de la rencontre entre Noureddine Erray et Patrice Bergamini    Land'Or décide de distribuer un dividende de 0,180 dinars par action    Mercato : Achraf Hakimi (Real Madrid) signe à l'Inter Milan (Officiel)    Tout le monde contre le projet    Houssem Habbassi avec le groupe    Les médecins privés reviennent à de meilleurs sentiments    La passion amoureuse loin du qu'en dira-t-on    Hausse des températures : Les recommandations du ministère de la Santé    3 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Istanbul : basilique Sainte-Sophie peut redevenir une mosquée d'ici 15 juillet    Tennis : Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    2,7 milliards de dinars de déficit budgétaire    Suspicion d'abus et de corruption : 7 anciens et actuels cadres de Tunisair en garde à vue    Lancée prochainement par le collectif Soumoud : Consultation sur la révision du système électoral    Municipalité de Tunis : Parachèvement des procédures relatives à la réalisation de deux projets importants    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Le ministère des Finances invite les contribuables à utiliser le système de télédéclaration et de télépaiement    Lutte contre la Covid-19 : Alwaleed Philanthropies au secours de 10 pays africains    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    FARK : Néziha ZAOUALI    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    Le ministère de la santé veille sur l'actualisation permanente de la classification des pays selon le niveau de risque épidémique    Météo : persistance du temps chaud    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    Noureddine Erray se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU du projet tuniso-français sur la lutte contre la Covid-19    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine beylical mis en vente, Nour EL Houda Bey réagit
Publié dans Tuniscope le 02 - 06 - 2020

Un Mushaf qui était à la disposition de Moncef Bey, des manuscrits du Cheikh Abdelaiz Djait, une décoration datant du Pacte fondamental de 1857 et pleins d'autres pièces historiques de la Tunisie seront mises en vente aux enchères à Paris.
Cette vente aux enchères a créé une vive polémique, surtout en absence d'une réaction officielle.
Dans le même fil d'idée, Nour El Houda Bey, juriste et descendante de Moncef Bey a réagi :

Je m'exprime rarement en tant que « bey » mais vu la vente aux enchères qui se profile, un petit point s'impose.
A titre personnel, j'ai très (trop) souvent subi des jugements de valeur ou des préjugés mal placés du fait de l'histoire de ma famille ou de mon nom de famille. On m'a souvent dit que je devrais en avoir honte ou que je devais m'estimer heureuse de ne pas subir ce qu'ont subi les Romanov en Russie. J'ai parfois eu l'impression que je devais me justifier ou monter à qui voulait le voir que Bey n'est pas synonyme de mauvaises choses. A l'école primaire, certains enfants se moquaient de moi en me disant que « ma famille » avait « vendu le pays à la France ».
Plus tard, lorsque les cours d'histoire se sont faits plus longs et plus riche en propagande bourguibiste, on m'a souvent demandé si mes grands-parents avaient des palais ou des bijoux royaux, de l'argenterie et j'en passe… Et on m'a souvent prise de haut car je n'avais pas honte d'assumer un nom probablement difficile à porter pour de longues raisons. Alors oui, j'en suis fière. Moncef Bey n'est pas epsilon dans l'histoire. :)
Qu'aujourd'hui certains de ses biens soient mis à la vente aux enchères ne devrait pas être anecdotique, certes. Je m'étonne d'ailleurs de voir que certains en soient outrés. Si, toujours à titre personnel, je n'en suis pas du tout étonnée, je n'en suis pas moins dépitée. Admettons, il ne sert à rien de donner de l'importance à des peintures d'époque qui sont dispersées ça et là entre les familles et les maisons, il ne sert à rien de savoir qu'en est-il des Joyaux du Royaume de Tunisie. Très bien, les mémoires manuscrites de je ne sais quel Bey ou je ne sais quel ministre n'ont pas de valeur aux yeux de tout le monde. Le palais de Hammam Lif peut devenir une « kherba », le palais de Marsa plage pourrait être détruit. On pourrait ne plus enseigner ce qui s'est passé de 1705 à 1957, on pourrait n'en retenir que la folie des grandeurs de certains souverains ou la passion coloniale d'autres. Et après ? Le pays se sentira-t-il mieux ? Viverons nous dans la paix et la prospérité? Dans ce cas allons effacer 252 ans (et dix jours :)) de l'histoire de la Tunisie.
Je n'ai jamais compris pourquoi préserver tout ce patrimoine était considéré comme une manière de « redorer le blason » d'une famille critiquée à tort et à travers par des gens qui ne la connaissent pas, qui ne la fréquentent pas. Car comme dans TOUTES les familles de ce bas monde elle est composée de bonnes et de moins bonnes personnes. Et ça se permet de s'ériger en donneurs de leçons d'humilité, de bienséance, de culture et j'en passe. On pourrait encore dire que ce ne sont que de petites babioles et que de toute façon nous n'avons pas de tradition muséale en Tunisie pour les conserver que cela est surcoté par rapport à ce que c'est mais je crois que nous faisons preuve de petitesse à l'égard des 3000 ans de civilisation.
Ce ne sont pas 252 ans d'histoire personnelle ou de mémoires familiales mi-ottomanes mi-coloniales. 252 ans de Monarchie, c'est un sacré morceau des 3000 sné hadhara qu'on adore, je crois.
Et c'est l'histoire d'une nation qu'on est en train de détruire, pour le malin plaisir de détruire (et assez souvent de régler des comptes avec untel ou unetelle dont on n'apprécie pas les propos, la posture ou la tenue etc.) au nom de politiques dépassées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.