Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pertes de la CPG ont atteint 480 MD en 2019
Publié dans Tuniscope le 04 - 07 - 2020

La Compagnie de Phosphate Gafsa (CPG), dont les pertes financières se sont élèvées à 480 MD à la fin de l'année 2019, souffre d'une situation financière difficile, au point de ne pas pouvoir tenir ses principaux engagements notamment, le paiement des cotisations sociales (34 MD) et de ses impôts (36 MD).
Au niveau de la production, la société a enregistré une baisse à 3,6 millions de tonnes par an, contre un volume oscillant entre 8,1 et 8,3 millions de tonnes en 2010. Ainsi, la compagnie, qui était classée cinquième à l'échelle mondiale au niveau de la production, a perdu la plupart de ses marchés traditionnels.
Le directeur général adjoint de la CPG, Rafâa Nassib a souligné à l'agence TAP, que la société est aujourd'hui, incapable de répondre aux besoins du Groupe chimique de Tunisie et de la société « Tifert » en phosphates, et ce sous l'effet de la baisse de 60% de la production par rapport à 2010, contre une hausse des coûts de production de manière vertigineuse à la fin 2019, à 197,6 dinars la tonne contre 48 dinars en 2010.
Le responsable a souligné l'importance de trouver une solution au problème du transport du phosphate par voie ferrée, notant « qu'il faut œuvrer rapidement, pour mettre à niveau le système du transport de phosphate, qui constitue un facteur essentiel, pour le retour de la production, de manière à permettre à la Tunisie de retrouver- sa position à l'échelle internationale dans le domaine de la production de phosphate et des engrais.
De son coté, le PDG de la compagnie a précisé lors d'une séance d'audition tenue vendredi, au siège de l'ARP par la commission de l'industrie, de l'énergie, des ressources naturelles, de l'infrastructure de base et de l'environnement, que le secteur du phosphate en Tunisie souffre des problèmes structurels surtout au niveau du transport.
Il a souligné que la régression structurelle du système du transport ferroviaire des phosphates commerciaux destinés aux usines de transformation a atteint 70% par rapport à l'année 201, ce qui a entrainé une régression significative du volume global des ventes.
Parmi les causes principales de la détérioration de la situation figurent, les rectrutements non productifs dans la société succursale ( 7000), la hausse de la masse salariale des agents de CPG et de la société Tunisienne du transport des produits miniers et des sociétés de l'environnement, à pas moins de 70% du chiffre d'affaires de la société, ce qui représente un risque pour la pérennité de la société.
Il a évoqué la charge croissant que représente la création 4 sociétés d'environnement, dans les délégations de Metlaoui, Mdhila, Redaif et Om Araies) ainsi que trois sociétés à Gabès, Sfax et Gafsa, lesquelles emploient 12200 agents avec une masse salariale de l'ordre de 170 millions de dinars en 2019 attirant l'attention sur l'impact négatif de la non activation des sociétés d'environnement et de plantation.
L'entreprise n'a pas pu en outre recouvrir ses dues qui ont atteint en 2019 près de 850 MD, dont 392 MD auprès de GCT et 458 MD auprès de la Société Tifert.
Le responsable a évoqué l'incapacité de la Société tunisienne du transport des produits miniers à suivre le même rythme de l'extraction et de la production, ainsi qu'au niveau du transport des quantités nécessaires de phosphates à l'intérieur du bassin minier (déficit annuel de 14 millions de tonnes), outre les raisons liées à la diminution de la productivité des ouvriers suite à lopération de recrutement à caractère social de 2013, laquelle a entrainé une baisse du niveau de la réparation et de l'exploitation.
Khemiri a évoqué le retard important dans la réalisation des grands projets notamment ceux visant à augmenter la capacité de production de la société précisant que parmi les causes de ce retard figurent les problèmes fonciers.
Le responsable a noté que parmi les mesures prioritaires pour surmonter les difficultés de la CPG, figure la sécurisation des sites de production, et la garantie de la sécurité des agents et de la préparation des unités de production, en assurant leur maintenance et leur mise à niveau au niveau technique, soulignant l'impératif de lutter contre les protestations sociales "non justifiées".
Khemiri a donné un aperçu sur la situation de la compagnie, ou les revendications échappent au cadre de négociation avec les parties syndicales et le recours à l'arrêt anarchique de la production par les ouvriers.
Les protestations relatives à la revendication de l'emploi dégènèrent au point d'interdir aux travailleurs l'accès aux centres de production pour les plus simples raisons (coupure d'eau ou d'électricité) ainsi que le blocage et parfois l'arrêt total du transport par les agents des sociétés de l'environnement et de jardinage pour des raisons inacceptables (retard de versement des salaires, revendication d'un statut…)
De leur coté, les députés ont critiqué l'absence de l'Etat et son incapacité à appliquer la loi face à tous ces problèmes et difficultés que vit la CPG.
La Présidente de la commission de l'Energie Abir Moussi a affirmé que la commission œuvre à résoudre ce problème et compte auditionner la partie sociale.
A cet égard, la commission prévoit l'organisation de plusieurs séances pour débattre de cette question en présence des responsables gouvernementaux (ministère de l'Energie, de Finance, des Affaires sociales, de l'Environnement, ainsi que du Développement, de l'investissement et de la coopération internationale) et programmera une visite au bassin minier de Gafsa, selon Moussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.