Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    Hichem Ajbouni dénonce la nomination de Lazhar Loungou    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Tunisie-Nabeul : Ouverture d'un troisième centre de vaccination anti Covid-19    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Levée du sit-in des employés de Shems FM    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – Coronavirus: 93 décès en 24H dans tous le pays et propagation du variant britannique à Sousse    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Le virus en terrain favorable !    News | Retour en octobre pour Dahmen    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Note explicative sur la réunion du conseil d'administration
Publié dans Tuniscope le 01 - 10 - 2020

La pandémie COVID-19 continue à être une préoccupation majeure à l'échelle mondiale. Le principal défi des autorités en charge des politiques monétaires est de répondre aux répercussions économiques et financières engendrées par la crise sanitaire.
Dans ce cadre, j'aimerais vous rappeler que la Banque centrale est fortement attachée à son mandat de préserver la stabilité des prix et de contribuer au maintien de la stabilité financière de manière à soutenir la réalisation des objectifs de la politique économique de l'Etat.
Avant de passer aux décisions du Conseil d'Administration prises lors de sa réunion du 30 septembre 2020, permettez-moi de vous donner un aperçu sur la conjoncture internationale et nationale.
Du côté de la conjoncture internationale, et comme prévu précédemment, l'activité a enregistré, au deuxième trimestre 2020, une forte contraction dans la plupart des grandes économies, en particulier la Zone Euro, notre principal partenaire commercial, dont la croissance a enregistré une baisse sans précédent, de -11,8% (par rapport au trimestre précédent) et de -14,7% (en glissement annuel). Les Etats-Unis ont enregistré la plus forte baisse, de -9,1% (par rapport au trimestre précédent). Cette chute brutale du PIB, ici et là, devrait avoirdes répercussions néfastes sur le tissu productif de l'économie mondiale et les facteurs de production (capital et emploi) à court et à moyen terme.
En dépit de ce tableau morose, on relève un certain nombre de signes positifs. En effet, les récentes informations conjoncturelles disponibles indiquent une reprise naissante chez les principales économies, soutenue par les efforts déployés par les autorités monétaires et budgétaires. Les indices de confiance des entreprises et des ménages, établies par l'OCDE, ont atteint, en août 2020, leurs plus hauts niveaux observés depuis le mois de mars 2020, tout en restant en-deçà des réalisations de l'année précédente. Egalement, la BCE a dernièrement revu à la hausse ses prévisions du taux croissance du PIB pour cette année, à -8% au lieu de -8,7% estimé en juin dernier.
Au niveau des prix internationaux des produits de base et des matières premières, les récentes informations font état d'une reprise quasi-généralisée des prix des principaux produits importés par la Tunisie. Les derniers contrats à terme laissent entrevoir une poursuite, quoique graduelle, de cette tendance haussière des prix en relation avec la forte incertitude entourant la durée de la crise sanitaire et ses répercussions sur la demande mondiale.
Sur le plan national, le PIB a enregistré au deuxième trimestre 2020, une chute sans précédent, de -20,4% par rapport au trimestre précédent, tirée, notamment, par la forte baisse de sa principale composante, à savoir les services marchands, de -28,8% (par rapport au trimestre précédent). Les derniers indicateurs conjoncturels disponibles indiquent un redressent progressif de la production industrielle et des échanges extérieurs. Toutefois, le redressement de l'activité dans le secteur touristique et les services connexes, demeure freiné par la persistance de la crise sanitaire Par ailleurs, l'industrie non-manufacturière, dont une forte composante est orientée vers l'export et donc source d'ajustement de la balance des paiements et des réserves de change, continue d'être fortement fragilisée par la récurrence des troubles sociaux.
Le package de mesures prises en matière de politique monétaire depuis mars 2020 a permis non seulement d'apporter la liquidité nécessaire aux banques comme en témoigne l'absence de tensions sur le taux du marché monétaire (TMM), mais aussi de faire face aux perturbations générées par les retombées économiques de la crise de la COVID-19 sur la transmission de la politique monétaire aux taux débiteurs bancaires. Ceci a contribué à soutenir l'activité économique et à mitiger les répercussions financières de la crise sanitaire. Les derniers chiffres disponibles indiquent que la dernière baisse du taux directeur, de 100 pbs (mars 2020), a été répercutée, dans une grande mesure, sur les taux d'intérêt des nouveaux contrats de crédits accordés aussi bien aux entreprises privées qu'aux ménages. L'encours des crédits à moyen et long terme accordés aux entreprises (hors Administration centrale) s'est maintenu sur une tendance haussière graduelle quasi-généralisée (3,4%, en glissement annuel, en juillet 2020, soit le plus haut niveau atteint depuis avril 2019). Egalement, l'on relève une reprise généralisée des crédits aux particuliers (3,4%, en glissement annuel, soit le plus haut niveau atteint depuis février 2019).
Quant à l'inflation, elle s'est maintenue sur une tendance baissière graduelle, en s'établissant à 5,4%(en glissement annuel), enaoût 2020, après5,7%le mois précédent et6,7%en août 2019. Cette trajectoire désinflationniste a été favorisée par la décélération de l'inflation sous-jacente, laquelle s'est établie à 5,3% en août 2020, soit le niveau le plus bas enregistré depuis fin 2016.
Les récentes prévisions indiquent un redressement graduel de la croissance économique, durant la deuxième moitié de l'année 2020, quoiqu'à un rythme encore faible sous l'effet de la poursuite de la crise sanitaire. Ce redressement ne permettrait de compenser que partiellement la baisse historique de l'activité enregistrée au premier semestre 2020, de -11,9% par rapport au premier semestre 2019.
L'inflationdevrait évoluer proche de son niveau actuel dans la période à venir, soutenue par la compensation des effets haussiers (du côté de l'offre) et des effets baissiers (du côté de la demande).
C'est dans ce contexte que le Conseil de l'Administration de la Banque centrale a jugé nécessaire de continuer à renforcer le soutien monétaire à la reprise économique naissante, en décidant de réduire ses taux directeurs de 50 pbs pour les ramener à 6,25% pour les opérations principales de refinancement, à 5,25% pour la facilité de dépôt à 24 heures et à 7,25% pour la facilité de prêt marginal. Cette décision devrait conforter l'assouplissement de la politique monétaire, adopté depuis l'avènement de la crise sanitaire. Cette baisse du taux directeur devrait alléger les charges financières des crédits octroyés aux entreprises et aux ménages, leur permettant de préserver leur solvabilité et de contribuer ainsi à la stabilité financière.
Egalement, la baisse du taux directeur devrait soutenir la demande intérieure avec des perspectives d'une reprise de la demande de consommation. En revanche, le redressement de l'investissement demeure entouré de fortes incertitudes, nécessitant une multiplication des efforts de la part de toutes les parties prenantes pour assurer la stabilité socio-politique et la mise en place des réformes structurelles nécessaires à l'amélioration du climat des affaires, condition sine qua non pour une vraie relance de l'investissement.
Les risques haussiers entourant les perspectives de l'inflationseraient relativement faibles à court terme quoiqu'ils restent actifs à moyen terme. La Banque centrale, tout en demeurant vigilante quant à l'évolution de l'inflation dans la période à venir, n'hésiterait pas à activer tous les moyens à sa disposition pour soutenir l'activité économique et subvenir à ses besoins en matière de liquidité, tout en se conformant à son mandat de préservation de la stabilité des prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.