Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Slim Riahi est concerné par le référendum et les élections législatives    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    High Tech & Innovation    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Des Israéliens à la Ghriba    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Le président Kaies Saïed reçoit Farouk Bouasker    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Imed Hammami: Un remaniement ministériel est nécessaire    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    La nuit des musées tunisiens: Ouverture exceptionnelle de 15 musées la nuit le 18 mai    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Abattage des chiens en Tunisie : pourquoi autant de haine envers les animaux ?
Publié dans Tuniscope le 27 - 05 - 2016

Depuis quelques jours, des photos et des séquences vidéo montrant des chiens abattus en pleine rue circulent sur les réseaux sociaux, engendrant ainsi l'indignation des internautes. Des images parfois choquantes, qui nous amènent à la question suivante : l'abattage des chiens est-il vraiment la solution ?
Les chiens errants existent depuis la nuit des temps, dans le monde entier. Mais la manière avec laquelle ces derniers sont traités diffère d'un pays à un autre. A titre d'exemple, en Turquie, les chiens de rue sont extrêmement bien traités et cohabitent avec les citoyens, on leur consacre même une source d'eau et de nourriture. En Tunisie, depuis des années, les municipalités ont opté pour une solution radicale et pas forcément humaine : l'abattage à coups de chevrotine.
L'excuse que l'on entend le plus souvent, c'est que ces chiens représentent un réel danger pour les habitants. Mais un chien n'est-il pas avant toute chose un être vivant qui a droit à la vie, comme chacun d'entre nous ? Il faut savoir que les conditions dans lesquelles vivent ces chiens peuvent les rendre parfois agressifs, surtout quand on sait que certains d'entre eux sont souvent maltraités par les gens (jets de pierres, rejet…). Mais un chien ne naît pas agressif, il le devient. Ils sont confrontés à des conditions climatiques souvent dures, mais aussi à la faim, à l'abandon dès qu'ils tombent malades ou atteignent un certain âge… tout ça fait que le chien n'arrive plus à faire confiance à l'être humain.
Il faut savoir que des solutions existent pour mettre fin à ce phénomène, à savoir la stérilisation ou encore l'adoption des chiens errants au lieu de l'achat. Des campagnes de stérilisation pourraient être menées partout en Tunisie, avec l'aide de vétérinaires.
L'adoption reste aussi une bonne alternative, sachant qu'un chien n'a pas besoin d'être un chien de race pour recevoir tout l'amour et le respect qu'il mérite, et surtout donner toute l'affection qu'il a en lui. Peu importe sa race, un chien est un être vivant, qui jure amour et fidélité à ses maîtres, jusqu'au dernier jour de sa vie.
Aujourd'hui, face au silence total des autorités concernées, la société civile est en train de s'activer. Des sauvetages sont pratiqués d'une manière quotidienne, et plusieurs groupes ont vu le jour sur les réseaux sociaux, incitant les gens à sauver les animaux et à les adopter au lieu d'en acheter. D'ailleurs, une pétition vient d'être lancée pour mettre fin au massacre des chiens en Tunisie.
Rappelons que'n 2014, Brigitte Bardot, l'actrice française qui se bat pour la protection des animaux, a adressé via sa fondation une lettre à Mehdi Jomaa, chef du gouvernement à l'époque, pour lui dire que l'image de la Tunisie est éclaboussée par cette cruauté inhumaine gratuite et lui proposer d'autres solutions...
En attendant, l'abattage des chiens continue, tous les soirs, de façon méthodique et cruelle...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.