Du nouveau sur l'état de santé de Hammadi Jebali [Audio]    Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    Tunisie: L'UGTT annonce une nouvelle décision    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Arrêt sur image | Griaât souffre de sa pollution!    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    Météo: Températures en hausse, ce lundi    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chiens errants : Le coup de gueule du Dr Leila El Fourgi, présidente de la SPA Tunisie
QUESTIONS/REPONSES
Publié dans Le Temps le 30 - 11 - 2009

La Société Protectrice des Animaux de Tunisie (SPA Tunisie) est une association bientôt centenaire. Créée le 6 avril 1910 à l'époque coloniale par des Français. C'est en 1956, date de l'indépendance, qu'elle a été nationalisée. Elle est dirigée depuis plusieurs années par Dr Leila EL Fourgi, vétérinaire chevronnée, grande passionnée des animaux.
Pleine d'enthousiasme et mue par une volonté de fer, elle a tout sacrifié pour faire marcher son association, souvent contre vents et marées ; son seul souci est de fournir les soins et la protection nécessaires aux animaux de Tunisie, ces êtres vivants qui nous partagent notre vie et notre environnement et qui méritent notre respect.
Dr Leila EL Fourgi travaille à cheval entre la France et la Tunisie pour se procurer les moyens nécessaires à la bonne marche de son association qui souffre d'ailleurs d'un manque de moyens financiers et d'équipements. C'est à la suite de sa réaction à notre article sur les chiens errants en Tunisie paru récemment sur les colonnes de notre journal (Voir Le Temps du 13/11/2009) qu'elle nous a invités à une entrevue dans son bureau à la SPA Tunisie, sise à El Ouardia en vue d'apporter des éclaircissements sur la situation des chiens errants dans notre pays et des conditions de travail au sein de cette association. Nous avons dû attendre à peu près dix minutes avant d'être reçus par notre hôtesse occupée à soigner une chienne atteinte d'un cancer des mamelles. Mais l'accueil chaleureux qu'elle nous a réservé nous a vite fait oublier cette attente ! Tout au long de notre entretien, nous avons trouvé en elle cette femme charismatique, dynamique et très passionnée pour son métier, cette femme qui a sacrifié toute sa vie au service des animaux, notamment les chiens et les chats. La discussion a duré plus de deux heures et a porté sur tous les problèmes concernant le métier de vétérinaire, la SPA Tunisie, le phénomène des chats et des chiens errants en Tunisie et les projets d'avenir de cette association. Voici les principaux propos que nous avons tenus avec la Présidente de la SPA Tunisie.

*Le Temps : Vous avez souhaité dans votre réaction à notre article pouvoir donner de plus amples informations sur les chiens errants. Vous avez sûrement beaucoup de choses à nous livrer.
-Dr Leila EL Fourgi : Oui, en effet. J'étais en France ce jour-là quand on m'a téléphoné de Belgique pour m'informer de la publication de votre article ! Tiens ! En voilà des gens qui parlent des chiens errants dans mon pays, je l'ai donc lu tout de suite. C'est vrai, il s'agit d'un problème très épineux qui mérite d'être sérieusement traité ! Notre association aura cent ans d'existence en avril prochain, et pourtant elle n'est pas en mesure d'atteindre les objectifs escomptés. Des problèmes qui datent depuis vingt ans et qui s'aggravent chaque jour davantage, faute de subventions et de financement. Si cette association survit, c'est grâce à des sacrifices consentis personnellement et à la bonne volonté du personnel.

*Pourtant, on dit que votre association est subventionnée par la Fondation Brigitte Bardot, protectrice des animaux en France !
-C'était avant, pas maintenant ! Avant même la Fondation de Brigitte Bardot, nous étions subventionnés par des Anglais (Société Protectrice d'Animaux en Afrique du Nord) pendant trente ans et ce, jusqu'à 1995. On recevait 20.000 dinars par mois. Cette société s'occupait essentiellement des ânes et des mulets à Sidi Bouzid. Malheureusement et suite à un désaccord avec cette société, cette subvention a été dirigée vers une autre association (ATPNE) qui reçoit actuellement 50.000 dinars par mois ! Pour revenir à la Fondation de Brigitte Bardot, il faut vous dire que c'est grâce à moi que notre association a obtenu cette subvention qui d'ailleurs elle n'a duré que quatre ans seulement, d'une valeur de 2000 à 3000 euros par mois. C'est parce que je travaillais à l'époque sur un projet de stérilisation de chiennes en Europe de l'Est, surtout en Bulgarie, financé par la Fondation Brigitte Bardot, que j'ai pu recevoir ce financement. Malheureusement, du jour au lendemain, ce soutien financier a cessé. Je viens d'apprendre que ce financement a été détourné au profit d'une autre association pour protection animale qui vient d'être fondée par quelqu'un parmi ceux qui ont été formés chez moi ! Mais ce n'est pas grave, tant que cet argent est investi pour le bien des animaux de Tunisie.

*En l'absence de subventions, comment pourriez-vous donc gérer les affaires de votre association ?
-Par nos propres moyens. D'abord, nous faisons chaque jour entre 30 et 40 opérations de stérilisations dans ce centre. Et puis, moi, je travaille dans toute l'Europe, surtout en France, avec des associations de protection animale pour subvenir aux besoins de la SPA Tunisie. De même, nous avons des conventions avec des institutions du pays (hôpitaux, hôtels...) en vertu desquelles nous procédons au ramassage des chats et des chiens errants en vue de les stériliser et les retourner dans leurs milieux d'origine sans jamais les tuer. Nous sommes donc payés pour ce travail ! Mais, il y a beaucoup de charges à acquitter ! Sachez que la SPA avait 6 centres à travers la République ; trois sont déjà fermés, faute de moyens (Gabès, Gafsa et Tozeur) ; il n'en reste que 3 seulement (Tunis, Sidi Bouzid et Sousse) et qui ne fonctionnent pas comme il convient.

*Vous faites des chiens errants votre cheval de bataille. Quels sont vos programmes pour endiguer ce phénomène menaçant pour la santé de l'homme, l'environnement et le tourisme ?
-Les solutions adoptées jusque-là par les autorités ne sont pas efficaces. Tirer des coups de feu sur des animaux, des êtres vivants, est une mesure inacceptable. Nous avons présenté notre programme dans ce domaine aux autorités compétentes depuis 2003 ; malheureusement, notre requête reste jusqu'à maintenant sans réponse. Notre action vise tout simplement à mettre fin au problème des chiens errants par la stérilisation. Une seule chienne en chaleur peut entraîner une meute de 20 chiens ou plus dans nos rues, provoquant un spectacle désolant pouvant nuire à notre environnement et à l'image touristique de notre pays ! Ces chiennes en chaleur vont faire des petits au moins deux fois par an, ce qui augmente le nombre des chiens errants. Donc, c'est pour cela que nous considérons que la stérilisation est le moyen le plus efficace. Cependant, cette action se heurte à deux obstacles : la mentalité des gens et le coût de l'opération. En effet, imaginez que pas mal de gens considèrent la stérilisation comme un péché, donc interdite par la religion ! D'autres ne sont pas motivés à cause de la cherté de cette opération qui peut coûter jusqu'à 50 dinars. C'est pour cette raison que nous préconisons une action nationale assurée par l'Etat qui consiste à organiser des campagnes de stérilisation gratuite dans tout le pays. Une opération qui s'étend sur 3 ou 4 ans et qui doit être précédée par une campagne de sensibilisation auprès de la population pour pousser les gens à amener leurs bêtes pour être stérilisées ! La stérilisation s'attaque à l'origine du problème : on doit arrêter d'abord les naissances, le nombre des chiens errants diminuera progressivement ! D'ailleurs, cette action est actuellement menée dans tous les pays d'Europe et les résultats sont très positifs ! L'abattage des chiens errants sur la voie publique est une pratique barbare qui n'est plus d'usage actuellement dans le monde.

*Quel est votre programme pour les chats errants qui sont plus nombreux ?
-Notre association s'occupe également des chats errants. Nous sommes sollicités par des établissements hospitaliers ou touristiques pour capturer ces chats nuisibles à l'activité et l'image de ces établissements. Nous les stérilisons et nous les remettons dans leurs milieux d'origine. Nous avons un personnel adéquat et spécialisé dans ce genre de travail. Par contre, il y a des associations qui ne garantissent pas la même qualité de service : je connais une de ces associations qui va à Djerba capturer des chats qu'elle rejette à Zarzis ! Cette action peut gêner l'activité touristique dans cette région. J'ai d'ailleurs écrit à l'ONTT sur ce sujet, mais ma lettre est restée sans réponse ! Nous avons de grands projets et nous pouvons faire beaucoup de belles choses pour notre pays. Encore faut-il qu'on trouve le financement nécessaire pour ces projets !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.