Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bureau International du Travail (Genève) : Le COVID-19 entraîne des pertes dévastatrices en termes d'heures travaillées et d'emplois
Publié dans Tunivisions le 08 - 04 - 2020

La pandémie COVID-19 a un effet catastrophique sur le temps de travail et les revenus, à l'échelle mondiale. Un nouveau rapport de l'OIT met en lumière certains des secteurs et des régions les plus touchés, et définit des politiques visant à atténuer la crise.
La crise du COVID-19 devrait faire disparaître 6,7 pour cent des heures de travail dans le monde au cours du deuxième trimestre de 2020 – soit 195 millions d'équivalents temps plein.
De fortes réductions sont prévues dans les Etats arabes (8,1 pour cent, soit 5 millions d'équivalents temps plein), en Europe (7,8 pour cent, soit 12 millions d'équivalents temps plein) et en Asie et Pacifique (7,2 pour cent, soit 125 millions d'équivalents temps plein). De lourdes pertes sont attendues dans les pays appartenant à divers groupes de revenus mais surtout dans les pays à revenu intermédiaire supérieur (7,0 pour cent, soit 100 millions d'équivalents temps plein). Cela va bien au-delà des effets de la crise financière de 2008-09.
Les secteurs les plus à risque sont les services d'hôtellerie et de restauration, l'industrie manufacturière, le commerce de détail et les activités commerciales et administratives. La hausse finale du chômage mondial pour l'année 2020 dépendra pour beaucoup de l'évolution de la situation et des mesures adoptées. Il est fort probable que les chiffres de fin d'année soient nettement plus élevés que la projection initiale de l'OIT qui était de 25 millions.
Dans la population active mondiale de 3,3 milliards de personnes, plus de quatre personnes sur cinq (81 pour cent) sont actuellement affectées par la fermeture totale ou partielle des lieux de travail.
«Les travailleurs et les entreprises traversent une catastrophe, aussi bien dans les économies développées que dans les économies en développement», a déclaré le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder. «Nous devons agir vite, ensemble et avec détermination. De bonnes mesures d'urgence peuvent faire la différence entre survie et effondrement.»
La deuxième édition de l'Observatoire de l'OIT: Le COVID-19 et le monde du travail, qui décrit le COVID-19 comme «la pire crise mondiale depuis la Deuxième Guerre mondiale», met à jour une note d'information de l'OIT publiée le 18 mars. La version actualisée intègre des informations sectorielles et régionales sur les effets de la pandémie.
Selon la nouvelle étude, 1,25 milliard de travailleurs sont employés dans les secteurs identifiés comme courant un risque élevé de hausse «drastique et dévastatrice» de licenciements et de réduction des salaires et des heures travaillées. Pour beaucoup de ces travailleurs qui occupent des emplois peu qualifiés, mal rémunérés, une perte soudaine de revenu est catastrophique.
Sous l'angle régional, la proportion de travailleurs présents dans ces secteurs «à risque» varie de 43 pour cent dans les Amériques à 26 pour cent en Afrique. Certaines régions, notamment l'Afrique, ont des niveaux d'informalité supérieurs, conjuguant manque de protection sociale, forte densité de population et faibles capacités, qui posent de graves problèmes sanitaires et économiques aux gouvernements, avertit le rapport.
A l'échelle mondiale, deux milliards de personnes travaillent dans l'économie informelle (la plupart dans les économies émergentes et en développement) et sont particulièrement menacées.
Selon le rapport, nous avons besoin de mesures intégrées, à grande échelle, s'articulant autour de quatre piliers: soutien aux entreprises, à l'emploi et aux revenus; relance de l'économie et de l'emploi; protection des travailleurs sur leur lieu de travail; et recours au dialogue social entre gouvernement, travailleurs et employeurs pour trouver des solutions. «C'est la plus grande épreuve pour la coopération internationale en plus de 75 ans», a déclaré M. Ryder. «Si un pays s'écroule, alors nous nous écroulerons tous. Nous devons trouver des solutions qui aident tous les segments de notre société globale, en particulier ceux qui sont les plus vulnérables ou les moins à même de se prendre en charge.»
«Les choix que nous opérons aujourd'hui auront une influence directe sur le déroulement de cette crise et la vie de milliards de personnes», a-t-il ajouté. «En prenant les bonnes mesures, nous pouvons limiter son impact et les séquelles qu'elle laissera. Nous devons avoir pour ambition de reconstruire en mieux afin que nos nouveaux systèmes soient plus sûrs, plus équitables et plus durables que ceux qui ont permis à cette crise de se produire.»
GENÈVE (OIT Infos)
Document à télécharger


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.