Foot – Coupes d'Afrique des clubs : Résultats des matches de samedi    Coronavirus : 2 décès et 100 nouvelles contaminations, Bilan du 15 octobre    Alors que Sfax baigne dans les ordures, l'ANGed fait du tourisme de conférence en France !    Tunisie – UGTT : La réforme politique est l'affaire de tout le monde et non pas d'une seule personne    Mustapha Kamel Madbouli félicite Najla Bouden pour sa nomination    Ligue des Champions : L'Etoile fait match nul 1-1 au Rwanda    Tunisie – Etude méthodologique sur l'analyse des effets de la migration sur le marché du travail national    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    Rencontre entre le ministre de l'Economie et le président de l'Utica    Secteur agricole – Investissements et avantages insignifiants en 2021    Mehdi Ben Gharbia emmené à la caserne de la Garde nationale de l'Aouina    Brahim Chaïbi : Les mosquées ne doivent pas être exploitées à des fins politiques !    Tunisie: We can    Entretien téléphonie entre Kais Saied et Josep Borell: La version de la Tunisie VS celle de l'UE!    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Le dirigeant de Hamas Khaled Mechaâl exprime sa solidarité avec Moncef Marzouki    Honda City, cinquième du nom, disponible chez JMC à partir de 64.990 dinars    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Ambassade de France en Tunisie: Conditions d'entrée sur le territoire tunisien    Mehdi Ben Gharbia dénonce l'intimidation policière qui le vise    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre l'Intérieur et la Justice    Indian Wells: Ons Jabeur perd sa demie finale contre Paula Badosa    Bilan - Covid-19 : 131 nouveaux cas et cinq décès le 14 octobre    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie-Economie: Politique de relance ou politique de rigueur ?
Publié dans WMC actualités le 02 - 01 - 2012

Croissance en berne (0%), déficit courant de 6%, balance de paiement en déséquilibre alarmant, baisse notable des réserves en devise (115 milliards DT) et régression du pouvoir d'achat (taux d'inflation avoisinant les 6%)... Aujourd'hui, il est clair que les indicateurs de l'économie tunisienne clignotent en rouge!
Sans trop s'attarder sur les raisons, de plus en plus connues par les Tunisiens, il serait plus pertinent et responsable de se pencher sur les solutions concrètes afin d'enrayer tout risque de débandade irréversible! L'enjeu est de taille et l'instant est historique puisqu'il s'agit en fait de garantir, à travers une économie saine, le vrai décollage démocratique de la Tunisie.
Tout d'abord au niveau microéconomique, il est important de signaler qu'il faut actionner l'arrêt immédiat de l'hémorragie interne par le biais de mesures urgentes et pertinentes. L'installation d'une cellule de crise au sein du gouvernement et l'arrêt total de tout mouvement de grève ou de sit-in sauvages sont indispensables pour assainir le climat social et rassurer les opérateurs quant à la volonté affichée et opérante du nouveau gouvernement à agir dans le bon sens. La cellule de crise doit s'activer pour se rapprocher du terrain, être à l'écoute des entreprises et des entrepreneurs en difficulté, d'un côté, et des forces syndicales et salariales, de l'autre, identifier les entraves et apporter les premiers remèdes sous forme d'encadrement et de plans de sauvetage à mettre en œuvre au plus vite.
Ces plans de sauvetage peuvent comporter un volet financier sous forme de subventions d'investissement et d'exploitation, de crédit d'impôt et d'aides au développement.
Un deuxième volet consisterait à mettre en œuvre des nouvelles règles de gouvernance garantissant une meilleure répartition des pouvoirs et une représentativité des parties prenantes, notamment des salariés, au sein des organes de gouvernance des entreprises, ce qui pourrait résoudre une bonne partie du problème.
Le concept de l'administrateur-salarié, les systèmes duals à l'allemande ainsi que l'actionnariat-salarié sont des mesures de gouvernance pertinentes aptes à mieux gérer les conflits d'intérêt et à fiabiliser les processus de création et de répartition de la valeur à travers la consolidation de la coalition des parties prenantes, indispensables pour la bonne marche et le développement de chaque entreprise.
Cette réforme de la gouvernance des entreprises, notamment publiques, aura certainement un impact positif à court et long termes, en contribuant à l'amélioration du climat social dans les entreprises et à leur garantir plus de performance et de pérennité.
Plus structurellement et au niveau macroéconomique, la réflexion est plus profonde et l'analyse doit prendre en compte un ensemble de paramètres qui rentrent en jeu dans l'optimisation de la décision politique à ce niveau. En effet, aujourd'hui, il peut s'avérer évident qu'une politique de rigueur ou d'austérité serait la solution unique pour «sauver les meubles» et amorcer un nouveau départ. Cette politique, qui prône la hausse de la fiscalité et la baisse des dépenses publiques dans l'objectif de réduire le déficit, se justifierait en ce moment en Tunisie, par l'enregistrement d'un déficit courant en forte hausse et qui a atteint 6%, ainsi que par l'inflation rampante qui nuit au pouvoir d'achat, notamment celui de la classe moyenne, véritable force de frappe de l'économie tunisienne.
Notons que dans le cadre de cette politique et afin de maîtriser l'inflation, le gouvernement serait amené à tenter d'encadrer les salaires et d'éviter les mouvements de hausse à ce niveau, ce qui risque de porter les salaires à un niveau trop élevé provoquant une sous-performance des entreprises et impactant in fine la création d'emploi. Les hausses de salaire peuvent également provoquer une hausse générale des prix et ainsi engendrer un cercle vicieux.
Le mérite d'une politique de rigueur se situerait essentiellement sur le moyen et long termes, à travers la restauration des comptes publics et de la balance des paiements, favorisant ainsi la confiance dans l'économie, la stabilité du taux de change, et augmentant l'investissement et les flux d'IDE (entrée de capitaux étrangers).
À terme, la compétitivité économique est améliorée et, par suite, la quantité d'emplois dans l'économie (en particulier dans le secteur privé) est plus élevée.
Mais les questions qui se posent aujourd'hui sont celles qui nous amèneraient à savoir si les Tunisiens sont prêts ou non aux sacrifices du court terme. Accepteront-ils des baisses salariales?
Par ailleurs, aujourd'hui, les attentes des opérateurs se concentrent plutôt sur la relance qui doit se faire au plus vite et la reprise des activités qui doit être perceptible dès la fin des élections et l'installation du nouveau gouvernement. Pour autant, devrons-nous adopter plutôt une politique de relance et éviter toute forme d'austérité?
En pratique, une politique de relance consiste en un ensemble de mesures de politique économique, qui s'effectue par des dépenses publiques additionnelles et des réductions de certains impôts, décidées par le gouvernement, dans le but de provoquer une «relance économique», autrement dit une augmentation de l'activité économique et une réduction du chômage lors des périodes de faible croissance (ce qui est aujourd'hui le cas en Tunisie) ou de récession.
Les politiques de relance s'opèrent par le biais d'un ensemble d'instruments relevant de la politique budgétaire et de la politique monétaire.
Ainsi, les politiques de relance sont l'essence même de la mise en pratique de la théorie keynésienne qui se base sur la capacité du gouvernement à relancer efficacement l'économie par des dépenses publiques additionnelles. Ces dépenses permettraient en effet de passer d'un équilibre sous-optimal (faible demande, faible offre, chômage et sous-exploitation du capital, absence de visibilité et manque de confiance induisant des mouvements de panique et de désillusion) à un équilibre plus satisfaisant (plein emploi, demande et offre plus forte, motivation et confiance accrues induisant la reprise des initiatives).
Ceci dit, l'efficacité des politiques de relance est à discuter de par les expériences vécues notamment dans certains pays développés qui ont vu leur déficit se creuser, les dettes publiques s'aggraver et la stagflation s'installer!
Ce constat nous amène à proposer d'autres alternatives qui pourraient convenir au mieux à la situation actuelle en Tunisie, caractérisée surtout par une croissance économique inférieure à la croissance potentielle.
Ainsi, une alternance politique de rigueur-politique de relance ou ce qu'on désigne communément par les politiques de Stop and Go serait une solution pertinente à envisager dans cette conjoncture économique mauvaise! Plus concrètement, le gouvernement actuel doit mener une politique de relance, qui passe par une politique budgétaire expansionniste, autrement dit une politique qui se traduit par une augmentation de ses dépenses publiques.
A la moindre embellie ou amélioration de la conjoncture économique, le gouvernement doit alors mener une politique budgétaire plus restrictive en baissant ses dépenses pour éviter de creuser encore plus le déficit. Des rentrées fiscales, fruits de la relance économique réduiront la dette publique et permettront même de relancer l'économie encore une fois en assurant une alternance qui doit être bien huilée et cadencée.
Afin de bien réussir cette politique de Stop and Go, encore faut-il se référer au prix Nobel, Milton Friedman, qui met en garde contre les problèmes de délais dans ce genre de politique et qui pourraient les rendre inefficaces notamment si des décalages se font ressentir entre le délai de la prise de la décision et celui de sa mise en œuvre pratique.
Le nouveau gouvernement est appelé donc à être proactif et réactif et assurer une certaine efficience dans son fonctionnement. Le manque d'homogénéité et de cohérence, caractérisant ce gouvernement, du moins dans sa composition, et les lourdeurs qui peuvent en résulter, constitue-t-il un handicap l'empêchant d'adopter une politique de Stop and Go?
--------------
*Président de l'Association tunisienne de gouvernance (ATG), universitaire et administrateur de sociétés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.