Tunisie: Deux timbres postaux à l'effigie de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi    Covid-19 – STAFIM Peugeot et Groupe Khechine : Don de 13 véhicules « 10 Pick Up et 3 Ambulances »    Le Qatar réfute les allégations de corruption autour de la Coupe du monde    Coronavirus: Aucun nouveau cas à Sidi Bouzid    Coronavirus : Des tests de dépistage rapide seront effectués à Djerba    Club Africain : malgré le coronavirus, la FIFA menace encore    Coronavirus | Isolement sanitaire : 800 chambres d'hôtels doivent être aménagées en urgence pour les tunisiens rapatriés    CA Bizertin : les joueurs impayés depuis 6 mois    Mekki: La salle d'haltérophilie d'El Menzah sera le premier hôpital temporaire    La famille de La Presse en deuil : M'Hamed Jaïbi, n'est plus    Le sommet de Tunis de la Francophonie sera-t-il repoussé à 2021 ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 08 Avril à 11H00 :    Siliana: Violation du couvre-feu avec la complicité d'un sécuritaire    Libye: Nouveau cas d'infection au virus corona    Tottenham avertit Mourinho et plusieurs joueurs vus s'entraîner ensemble    Tunisie-Lutte contre le Corona: La BNA lance une campagne pour le soutien du fonds 1818    La FIFA dévoile ses recommandations et directives par rapport aux contrats des joueurs    Elyès Fakhfakh désigne comme "Porte-parole du Gouvernement" la ministre de la Femme Asma Shiri    Huawei soutient les étudiants tunisiens dans l'enseignement à distance    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Météo : ciel voilé et températures stationnaires    Coronavirus : Les régions les plus touchées    Le Président de la République se penche sur les questions juridiques pour faire face aux répercussions de la pandémie du COVID-19    Covid-19 | Trump menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS    Tunisie | Covid-19 : Le Courant populaire plaide pour un projet national de transition    «La CAN est toujours fixée à janvier et février 2021»    Nagguez de retour à l'Etoile?    Allagui va rompre son contrat avec Mouscron    Repartir du bon pied    L'ONU s'abstient d'incriminer directement la Russie    Impitoyable « guerre mondiale » des masques    Le métier de Président ….    L'INS déplore l'impact du confinement sur son activité    Baisse timide sous fond de contraintes budgétaires et guerre sanitaire    Tunisie Telecom leader des connexions mobiles en Tunisie    Le Calife de Carthage met la main à la pâte !    Artistes et intellectuels, comment vivent-ils le confinement ?    La poésie, l'amour et les femmes    Hommage à l'un des plus grands écrivains africains    Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Politique - Réseaux sociaux :
Les médias sociaux entre engagement politique et dépolitisation
Publié dans WMC actualités le 17 - 10 - 2014

Les travaux du colloque international sur les réseaux sociaux dans un environnement médiatique en mutation, ont démarré jeudi 16 octobre, dans la banlieue nord de Tunis.
Au programme de cette première journée de la manifestation qui se poursuit, trois jours durant (du 16 au 18 octobre), les universitaires, chercheurs et autres experts ont planché sur le rôle des médias sociaux dans la transition démocratique et la participation politique.
Dr Mohamed Quirat de l'Université du Qatar a, de ce fait, parlé du rôle des nouveaux médias dans les pays du printemps arabe.
Définissant les nouveaux médias comme des outils de mobilisation de masse, l'expert estime «la transition avec ce qu'elle implique comme changements économiques et sociaux, a imposé de nouveaux besoins pour les sociétés ayant vécu des révolutions». Selon lui, les médias sociaux ont, certes, ouvert un nouvel espace d'expression, de partage, de communication, mais, pour changer la situation économique, politique et sociale, les potentialités des nouveaux médias s'avèrent limitées.
Il s'est dans ce sens interrogé sur le rôle des médias sociaux en période de transition. « Lorsqu'on aspire à des changements radicaux dans le système politique et socio-économique, il faudrait surtout du temps, de la rigueur et de la patience» a-t-il soutenu.
Pour Dr Noureddine Miladi, maître-assistant au département médias à l'Université du Qatar et auteur d'une recherche sur «les nouveaux médias, les jeunes et la transition démocratique en Tunisie», les nouveaux médias ont compté parmi les instruments pesants qui ont accéléré le déclenchement de la révolution, en levant les obstacles qui bloquent l'accès à l'information et entravent l'opération de communication.
Après la révolution, a-t-il encore noté, les médias sociaux ont acquis une plus grande notoriété chez les citoyens, toutes franges confondues.
Le nombre d'utilisateurs de «Facebook» et «Twitter» a alors doublé voire triplé durant la période post-révolution.
S'agissant de l'impact des médias sociaux sur la participation politique, Miladi a estimé, dans une déclaration à la TAP, que deux tendances se dégagent.
D'un côté, les médias ou réseaux sociaux ont été exploités par les acteurs politiques et même par les jeunes pour diffuser leurs idées, participer au débat public sur des questions d'ordre politique et se mobiliser au profit de certaines causes voire actions et manifestations. De l'autre, a-t-il ajouté, les médias sociaux ont servi d'espace pour la diffusion de rumeurs et d'informations erronées.
Sur le rapport médias sociaux-participation politique, l'universitaire et chercheur en médias à l'IPSI, Sadok Hammami, a, pour sa part, fait savoir que «nous ne pouvons pas parler de médias sociaux dans le contexte politique actuel, sans faire allusion à "Facebook", la plate-forme numérique la plus utilisée en Tunisie et comprendre comment ce réseau social s'intègre dans la vie politique et sociale».
Il a rappelé que durant la révolution Facebook a fait office de plate-forme de contestation et d'engagement politique. Aujourd'hui, il constitue plutôt une plate-forme de désengagement politique. «Les réseaux sociaux changent d'usage en fonction du contexte. Aujourd'hui, de moins en moins d'internautes parlent de politique, mais de plus en plus de stratégies de marketing politique se font sur les réseaux sociaux».
Les travaux du colloque se poursuivront vendredi sur le thème des nouvelles pratiques médiatiques et de communication, la violation de la déontologie de la profession et l'atteinte à la vie privée. Le programme du colloque prévoit, également, samedi, une table ronde sur l'évolution des méthodologies de recherche en médias sociaux.
La rencontre est organisée conjointement par l'Institut de presse et des sciences de l'information (IPSI) et l'Association arabo-européenne des chercheurs en médias et en communication (DAAD).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.