Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    L'industrie automobile frappée de plein fouet par le Coronavirus    Gouvernement de Fakhfakh : Ghannouchi rencontre les ministres d'Ennahdha    Un été torride annoncé en Tunisie    Selon Faycel Derbal: L'application des normes IFRS exige un nouveau texte de loi    En vidéo :Pendant une réunion secrète sur le S17, Mohamed Affes se filme et publie sur Facebook    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    BakchicheLand, le dernier roman satirique de Abdelaziz Belkhodja    Foot-Coupe de Tunisie : Programme des 16èmes de finale    Fakhfakh reçoit Karoui pour discuter des Règles du Jeu…    Le gouvernement Fakhfakh en chiffres : 15 portefeuilles pour des indépendants dont 6 femmes    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    CONDOLEANCES    Ligue 2 : programme et arbitres de la 14e journée    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    Au travail !    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Météo : brume et brouillard le matin    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Politique - Réseaux sociaux :
Les médias sociaux entre engagement politique et dépolitisation
Publié dans WMC actualités le 17 - 10 - 2014

Les travaux du colloque international sur les réseaux sociaux dans un environnement médiatique en mutation, ont démarré jeudi 16 octobre, dans la banlieue nord de Tunis.
Au programme de cette première journée de la manifestation qui se poursuit, trois jours durant (du 16 au 18 octobre), les universitaires, chercheurs et autres experts ont planché sur le rôle des médias sociaux dans la transition démocratique et la participation politique.
Dr Mohamed Quirat de l'Université du Qatar a, de ce fait, parlé du rôle des nouveaux médias dans les pays du printemps arabe.
Définissant les nouveaux médias comme des outils de mobilisation de masse, l'expert estime «la transition avec ce qu'elle implique comme changements économiques et sociaux, a imposé de nouveaux besoins pour les sociétés ayant vécu des révolutions». Selon lui, les médias sociaux ont, certes, ouvert un nouvel espace d'expression, de partage, de communication, mais, pour changer la situation économique, politique et sociale, les potentialités des nouveaux médias s'avèrent limitées.
Il s'est dans ce sens interrogé sur le rôle des médias sociaux en période de transition. « Lorsqu'on aspire à des changements radicaux dans le système politique et socio-économique, il faudrait surtout du temps, de la rigueur et de la patience» a-t-il soutenu.
Pour Dr Noureddine Miladi, maître-assistant au département médias à l'Université du Qatar et auteur d'une recherche sur «les nouveaux médias, les jeunes et la transition démocratique en Tunisie», les nouveaux médias ont compté parmi les instruments pesants qui ont accéléré le déclenchement de la révolution, en levant les obstacles qui bloquent l'accès à l'information et entravent l'opération de communication.
Après la révolution, a-t-il encore noté, les médias sociaux ont acquis une plus grande notoriété chez les citoyens, toutes franges confondues.
Le nombre d'utilisateurs de «Facebook» et «Twitter» a alors doublé voire triplé durant la période post-révolution.
S'agissant de l'impact des médias sociaux sur la participation politique, Miladi a estimé, dans une déclaration à la TAP, que deux tendances se dégagent.
D'un côté, les médias ou réseaux sociaux ont été exploités par les acteurs politiques et même par les jeunes pour diffuser leurs idées, participer au débat public sur des questions d'ordre politique et se mobiliser au profit de certaines causes voire actions et manifestations. De l'autre, a-t-il ajouté, les médias sociaux ont servi d'espace pour la diffusion de rumeurs et d'informations erronées.
Sur le rapport médias sociaux-participation politique, l'universitaire et chercheur en médias à l'IPSI, Sadok Hammami, a, pour sa part, fait savoir que «nous ne pouvons pas parler de médias sociaux dans le contexte politique actuel, sans faire allusion à "Facebook", la plate-forme numérique la plus utilisée en Tunisie et comprendre comment ce réseau social s'intègre dans la vie politique et sociale».
Il a rappelé que durant la révolution Facebook a fait office de plate-forme de contestation et d'engagement politique. Aujourd'hui, il constitue plutôt une plate-forme de désengagement politique. «Les réseaux sociaux changent d'usage en fonction du contexte. Aujourd'hui, de moins en moins d'internautes parlent de politique, mais de plus en plus de stratégies de marketing politique se font sur les réseaux sociaux».
Les travaux du colloque se poursuivront vendredi sur le thème des nouvelles pratiques médiatiques et de communication, la violation de la déontologie de la profession et l'atteinte à la vie privée. Le programme du colloque prévoit, également, samedi, une table ronde sur l'évolution des méthodologies de recherche en médias sociaux.
La rencontre est organisée conjointement par l'Institut de presse et des sciences de l'information (IPSI) et l'Association arabo-européenne des chercheurs en médias et en communication (DAAD).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.