Le nouveau OPPO Reno5 débarque chez Ooredoo    Tunisie – Mechichi promet d'étudier la possibilité d'annuler la mesure du confinement obligatoire    La femme et le frère de Karoui font le tour des banques pour rassembler l'argent, selon Khlifi    IACE : La route sera longue pour remonter la note souveraine de la Tunisie    Et si les banques allouaient 50% de leurs bénéfices aux fonds d'investissement ?    Des quantités de riz contaminées par l'aflatoxine, encore stockées dans les entrepôts de l'OCT    Un attentat terroriste déjoué à Alger    Nadia Akacha attaquée par le parti Al Chaab Yourid    Dans quelles régions la nouvelle souche du Coronavirus a été découverte?    2 jours de grève dans les écoles primaires    Pourquoi les agents et cadres de la Présidence du gouvernement sont-ils en grève ?    Le très beau texte de Tahar Fazaa à l'occasion de son anniversaire    Mais d'où vient ‘' EL klem Ezyed'' qu'utilisent souvent les Tunisiens ?    Tunisie: Appel téléphonique entre Hichem Mechichi et le ministre russe des affaires étrangère    Kaïs Saïed : Des corrompus ouvrent la voie à la cession des richesses du peuple    Nomination de Hazem Yahiaoui au poste de Directeur Général de la Société Italo-Tunisienne d'Exploitation Pétrolière SITEP    Levée du sit-in des jeunes médecins après la signature d'un accord    Ligue 1 : Le Club Africain et l'Etoile du Sahel accrochés, la JS Kairouan encore enfoncée    Trois employées de télévision tuées par balles en Afghanistan    La poésie : antidote et vaccin !    La BH Bank signe une convention avec la CNRPS    STS : Un résultat 2017 déficitaire de 517 711,231 TND    Barça vs Séville : où regarder le match de demi-finale de la Coupe du Roi du 03 mars?    Deux films autrichiens en ouverture    Un chanteur singulier    La justice Française a refusé d'expulser Belhassen Trabelsi à cause de Sihem Ben Sedrine, selon Jeune Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 03 Mars 2021 à 11H00    Gammoudi : Une plainte a été déposée dans le cadre de la falsification de l'IVD du rapport sur la BFT    Kaïs Saïed Rached Ghannouchi : la guerre par Facebook interposé    Tunisie: La Haica suspend pour une semaine l'émission d'Amine Gara    MEMOIRE : Abdelhafidh SADDAM    Ons Jabeur – Karolina Pliskova : sur quelle chaîne voir le match ?    Transition de l'économie digitale | Menace et opportunité    Exposition 3en1 "Hommage aux légendes" de Zenjebil au Café Culturel Liber'Thé    La BAD veut ériger l'industrie pharmaceutique tunisienne en pôle régional dans ce domaine    Judo | En prévision des J.O. de Tokyo : Nihel Cheikhrouhou au Grand Slam de Tachkent    JSK : Faux pas interdit    Tunisie-Oussama Khlifi : L'équipe gouvernementale n'était pas homogène    Coronavirus : 25 décès et 562 nouvelles contaminations enregistrés le 1er mars 2021    Un décret gouvernemental inédit pour le cas Olfa Hamdi    Et la fin de la vie sur Terre c'est pour quand ?    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Contrepoint | Inégalités...    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parlement : Le vote de confiance dépendra du programme et de la composition du futur gouvernement
Publié dans WMC actualités le 21 - 01 - 2020

Des dirigeants de partis politiques représentés au parlement ont déclaré, mardi, ne pas s'opposer au choix du président de la République de charger Elyès Fakhfakh de former le prochain gouvernement.
Accorder ou refuser la confiance au gouvernement de Elyes Fakhfakh dépendra de la composition du gouvernement, ont-ils précisé.
Dans des déclarations accordées à l'agence TAP, ils affirment que le vote de confiance dépendra, également, du "plan d'action et de la stratégie du prochain gouvernement ainsi que des parties qui y seront représentées".
Ils relèvent, toutefois, que la décision finale revient à leurs structures et bases partisanes.
Pour Qalb Tounes (38 sièges) et le Parti destourien libre (PDL, 17 sièges), "le président de la République assume la responsabilité de son choix".
Le PDL estime que ce choix est une manœuvre politique avec le mouvement Ennahdha.
De son côté, Qalb Tounes déclare avoir proposé des candidats à la primature bénéficiant d'un large soutien parlementaire ; le président Saïed a choisi une personnalité qui ne peut bénéficier d'un large consensus au sein de l'Assemblée des représentants du peuple.
Pour Imed Khemiri, porte-parole d'Ennahdha, Elyes Fakhfakh n'a pas été le candidat d'Ennahdha, mais celle-ci ne rejette pas sa désignation. C'est un ancien ami puisqu'il a participé au gouvernement de la Troïka en 2012-2013.
Certains membres du groupe parlementaire d'Ennahdha ont même parrainé sa candidature lors de la présidentielle de 2019, a-t-il ajouté.
Interrogé sur le soutien d'Ennahdha (54 sièges) au prochain gouvernement, Imed Khemiri a souligné qu'il est un peu tôt d'évoquer cette question qui, d'après lui, dépendra des consultations menées par Elyes Fakhfakh, de son programme économique et social et de la composition de son gouvernement.
Il a affirmé que le mouvement Ennahdha se concertera avec les parties politiques et consultera ses structures avant de présenter sa position définitive à propos de son soutien au gouvernement de Elyes Fakhfakh.
Zouheir Maghzaoui, secrétaire général du mouvement Echaab, a rappelé que son parti a été le premier à appeler à l'option du processus de désignation du chef du gouvernement par le président de la République. Il a ajouté qu'au lendemain de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle, le mouvement s'était prononcé en faveur d'un "gouvernement du président".
Il a affirmé que le mouvement Echaab accepte le choix du président de la République, et ce, malgré certaines réserves "objectives", rappelant, en particulier, les faibles scores obtenus par le chef du gouvernement désigné et son parti (Ettakatol) lors des dernières élections législatives et présidentielle.
Concernant le soutien du gouvernement Fakhfakh, il a précisé que le mouvement Echaab se décidera à la lumière des concertations et des discussions qui auront lieu avec lui et en tenant compte des choix du conseil national du parti.
Le dirigeant du Courant démocrate, Ghazi Chaouachi, s'est félicité du choix d'Elyes Fakhfakh, un des candidats proposé par son parti, a-t-il rappelé.
Sa mission sera certes "difficile mais pas impossible", a-t-il estimé, affirmant que son parti interagira positivement avec le nouveau chef du gouvernement désigné.
Le Courant démocrate, a-t-il ajouté, participera aux concertations sur la formation du gouvernement et la mise en place d'un programme clair, réaliste et ambitieux, à même de résoudre la crise économique et sociale que connait le pays.
Quant au vote de confiance par le parti au gouvernement Fakhfakh, Chaouachi a indiqué qu'il dépendra du programme d'action proposé et des parties qui composeront le nouveau cabinet.
Le dirigeant du Courant démocrate a appelé les différents acteurs à faire preuve d'humilité et à contribuer positivement à la formation du gouvernement dans les plus proches délais.
Pour sa part, Selim Azzabi, secrétaire général de Tahya Tounes, a déclaré dans la matinée sur les ondes de radio Shems FM que le chef du gouvernement désigné pourrait assurer les conditions de réussite s'il démissionne de son parti.
Et d'ajouter que "Tahya Tounès" a pris acte, avec satisfaction, de la décision du président de la République de charger Elyes Fakhfakh, soulignant que son parti est favorable à un gouvernement réduit.
Iyadh Elloumi, dirigeant de Qalb Tounès, considère, de son côté, que la désignation par le président de la République d'Elyès Fakhfakh consacre la notion de "gouvernement du président".
Il a ajouté que le président de la République assume les responsabilités de son choix, rappelant que "Qalb Tounès" avait proposé des personnalités ayant bénéficié d'un consensus parlementaire à l'instar de Fadhel Abdelkefi, Ridha Ben Mosbah ou encore Hakim Ben Hammouda.
"Qalb Tounès" décidera s'il accordera ou non sa confiance au gouvernement après la consultation du programme proposé et l'annonce de sa composition.
Pour sa part le député du bloc de "la Réforme Nationale", Hatem Mensi, a souligné que la candidature de Ilyes Fakhfakh ne bénéficie pas d'un large consensus au sein des groupes parlementaires.
"La personnalité la plus apte, conformément à la Constitution, veut dire celle qui suscite le plus de consensus possible au sein du parlement", a expliqué le député Mensi. Il a indiqué, dans ce sens, que son bloc n'a pas émis de réserve sur les noms des candidats proposés.
Le bloc parlementaire de la Réforme Nationale estime pour l'instant que la désignation de Fakhfakh est un signe positif surtout que ce dernier avait annoncé son intention de former un gouvernement de compétence restreint, en attendant de trancher les questions relatives à la composition du gouvernement lors de la réunion du bloc à cet effet.
Mensi a fait savoir que la position de principe du bloc concernant la participation aux concertations sur la formation du gouvernement ou encore sur la question d'accorder la confiance ou non au futur gouvernement, est déterminée par des considérations objectives liées à la composition du gouvernement, à son plan d'action, ainsi que sa capacité à mener les grandes réformes nécessaires aux niveaux politique, économique et social.
De son côté, la présidente du PDL, Abir Moussi, a indiqué dans plusieurs déclarations aux médias que sa formation politique ne votera pas en faveur du gouvernement Fakhfakh, qualifiant la désignation de ce dernier comme étant une "manœuvre politique du mouvement Ennahdha".
La présidence de la République avait annoncé, lundi soir, que le président de la République Kaïs Saïed a décidé de charger Ilyes Fakhfakh de former un gouvernement dans les plus brefs délais.
Le chef du gouvernement désigné, Elyes Fakhfakh, avait annoncé à l'issue de sa rencontre avec le président de la République, qu'il allait œuvrer pour la formation d'un gouvernement en phase avec la volonté politique exprimée par les Tunisiens lors des dernières élections.
"Mon gouvernement sera composé par les membres d'une équipe restreinte, harmonieuse et sérieuse, où prévaut la compétence et la volonté politique", a-t-il déclaré.
Rappelons que la candidature de Elyes Fakhfakh a été proposée par le Mouvement Tahya Tounes. Le Courant démocrate avait annoncé qu'il n'avait pas de réserve sur sa candidature.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.