Tunisie – Qu'attend le ministre de l'éducation pour imposer le respect du protocole sanitaire ?    France : Détection de huit cas possibles d'infection au variant Omicron du covid    Mehdi Ben Gharbia poursuit sa grève de la faim pour la quatrième semaine    La Tunisie ou la fâcheuse manie de vouloir arracher de l'argent à ceux qui n'en ont pas !    Le PDL dénonce « le retour aux nominations obéissant aux principes d'allégeance et de favoritisme »    Mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi pour viol et violation de données personnelles    Noureddine Tabboubi menacé de mort à deux reprises    Covid-19 – Variant Omicron : Le Maroc ferme ses frontières pour deux semaines    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Note – Economie bleue : La Tunisie subit un taux d'érosion côtière de 10 fois la moyenne mondiale    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Houcine Abassi: La solution à la crise politique est entre les mains de Kaïs Saïed    Inclusion des personnes porteuses de handicap: un défi majeur pour la municipalité de M'saken    Echaâb pour le dialogue avec les jeunes mais...    Secteur de l'assurance en Tunisie : Reprise du rythme de croissance    Omicron: Bien qu'inhabituels, les symptômes sont légers!    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    8ème anniversaire des événements de Siliana: Le parti des Travailleurs appelle à poursuivre ces responsables en justice    Foot-Europe: le programme du jour    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    La profession du conseiller fiscal    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    Aviron – Championnat arabe de plage : 15 médailles pour la Tunisie    Omicron: Est-il plus dangereux que les autres variants?    NEWS: Doublé de Issam Jebali    Ligue 1 : St Etienne – PSG, les compos probables    Tennis-Coupe Davis: Bel exploit des Tunisiens !    Météo de ce dimanche    Appel à la prudence face au nouveau variant de Covid-19    MEMOIRE: Docteur Hind CHOUIHI, ep. OUESLATI    Exposition « Tourments » de l'artiste Hope Mokded à Nîmes: Exposition engagée    Arts plastiques:TGM galerie ouvre ses portes    Cérémonie d'ouverture du « Focus Japon » à la Cité de la Culture: Immersion dans la culture japonaise    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    The Washington Post évoque la Tunisie    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Immobilier en Tunisie : Diagnostic d'un secteur à bout de souffle
Publié dans WMC actualités le 10 - 02 - 2020

Après cinq mois d'investigation, le département Recherches & Etudes de l'Agence de notation nationale "PBR Rating" a rendu son rapport d'évaluation sur l'état et les perspectives du secteur de la promotion immobilière en Tunisie.
A travers une revue du cadre juridique et opérationnel du secteur, une analyse de la situation financière d'un échantillon d'acteurs de la profession, un diagnostic des facteurs structurels de l'activité et un ensemble d'entretiens réalisés avec les professionnels et les institutionnels du secteur, PBR Rating livre son appréciation sur l'état de la promotion immobilière en Tunisie, avec une analyse de causes, des enjeux et des risques systémiques de l'activité.
Dans une note sectorielle publiée début février, l'Agence PBR dresse le bilan d'un secteur en difficulté, dont les perspectives sont loin d'être réjouissantes. Extrait et synthèse de l'étude intitulée «Immobilier en Tunisie : diagnostic d'un secteur à bout de souffle», consultable sur le site internet de PBR Rating ou directement sur le lien : https://www.pbrrating.com/assets/docs/ES-Promotion-Immobiliere-PBR-Rating.pdf
Un marché fortement limité par la rareté des terrains
L'une des principales problématiques face à laquelle la Promotion Immobilière Privée (PIP) doit s'organiser, est le renchérissement du foncier (dont l'indice général des prix a été multiplié par 3,2, sur les 20 dernières années) qui découle notamment d'une pénurie de terrains constructibles dans les grandes agglomérations urbaines.
La réponse à ce problème structurel est exclusivement entre les mains des pouvoirs publics qui doivent renforcer l'offre de terrains. Le devenir de l'AFH doit faire l'objet d'une réflexion stratégique et d'ajustements structurels par : le renforcement de ses moyens pour augmenter une offre qui est insuffisante, la mutation vers une fonction de «grossiste» en aménagement (le lotissement de détail pouvant être assuré par d'autres acteurs), le guichet unique pour les procédures de lotissement, etc., d'autres pistes de réflexion existent.
De même, les pouvoirs publics doivent améliorer la réactivité et la périodicité de révision des plans d'aménagement urbain (PAU), pour répondre aux besoins du marché et permettre un développement urbain viable et maîtrisé. L'offre de nouveaux terrains doit être renforcée pour permettre au secteur formel de tenir un rôle plus important sur le marché du logement.
Un marché en déstructuration
Les transactions sur les terrains à bâtir constituent l'essentiel des échanges déclarés sur le marché de l'immobilier (plus de 75%). Les professionnels PIP sont de moins en moins présents dans ce volume de transactions, comme l'attestent les réalisations récentes des PIP cotées : aucune acquisition de terrains sur les 3 dernières années. Les investisseurs professionnels, rationnels, assujettis à la fiscalité, pourvoyeur d'emplois et créateurs de valeur, désertent ce marché souvent au bénéfice d'investisseurs spéculatifs.
L'immobilier à caractère social est quasiment à l'arrêt avec 700 logements produits par an (secteur public et privé confondus), alors que l'essentiel de la demande se situe sur ce segment.
La révision des mécanismes d'aide à l'accès au logement, promus par les pouvoirs publics doit être opérée. Des dispositifs importants existent, à l'image du FOPROLOS depuis 1977 ou plus récemment du programme «Premier logement» (2017), mais leur efficacité est limitée par des contraintes inadaptées et peu réactives à l'évolution du marché. Alors que d'importants moyens financiers sont disponibles, ils sont inutilisés du fait de l'inadaptation des procédures mises en place. Un diagnostic aboutissant à une révision de ces mécanismes serait opportun, en imposant une obligation de résultat et des objectifs contraignants à ce type de dispositifs indispensables.
Le secteur formel de la promotion immobilière a également subi une pression fiscale additionnelle dans un contexte déjà difficile.
Un marché déréglé par les pressions inflationnistes
Que le secteur soit mis à contribution, à l'image de l'ensemble des opérateurs économiques ces dernières années, est justifiable ; toutefois une étude d'impact sur les deux premières années d'application de la TVA (13% en 2018, devant théoriquement passer à 19% sur les prochains exercices) permettrait d'évaluer l'efficacité de cette nouvelle fiscalité et de l'optimiser.
Les PIP sont parmi les secteurs les plus engagés auprès du secteur bancaire (11% du total des engagements bancaires tunisiens). Le taux d'impayés et de crédits en contentieux du secteur est supérieur à la moyenne (16% en 2018) et les perspectives du marché, quasiment à l'arrêt (8 000 logements construits en 2019), peuvent inquiéter quant à l'évolution du risque de contrepartie qu'ils représentent pour le secteur bancaire.
La hausse de 350 points de base du taux directeur, survenue depuis 2017 (7,75% en 2019), a fortement perturbé un marché très dépendant du levier financier aussi bien du côté des promoteurs que des acheteurs. La demande de la profession de bénéficier d'un taux «préférentiel» n'a, pour l'heure, pas trouvé d'écho favorable. Si la crise du secteur s'intensifie, le secteur bancaire sera un acteur important (et déjà impliqué) dans le «sauvetage» d'une filière d'ores et déjà mal en point.
Le coût de la construction a subi plusieurs autres facteurs inflationnistes : matériaux de construction (dont les prix ont notamment augmenté respectivement, de +84,5%, 82,9% et 34,3%, pour les "produits rouges", le ciment et le céramique, sur la période 2010-2020), coût de la main d'œuvre, droits d'enregistrement, taux de changes, entre autres, sont venus s'ajouter à la hausse des prix des terrains, à la pression fiscale accrue et à l'augmentation des taux d'intérêts ; faisant plus que doubler les coûts d'acquisition depuis 2010. Ainsi, le nombre de transactions réalisées auprès des PIP n'a cessé de se réduire au profit de l'informel.
La rentabilité des PIP n'a cessé de se détériorer sur les 5 dernières années. Les opérateurs les plus solides ont une surface financière suffisante pour continuer à produire de faibles volumes de production, pour un temps limité.
Le secteur PIP est composé d'une multitude d'acteurs inopérants : le nombre moyen de logements construits par opérateur agréé sur les 5 dernières années est inférieur à 3 logements par an et par PIP. Le cadre réglementaire qui régit ce métier doit être adapté pour s'orienter vers davantage de professionnalisme et de technicité.
Dans cette optique, la révision à la hausse des conditions d'obtention de l'agrément, à commencer par le ticket d'entrée (capital minimum de 150 000 DT) semble nécessaire, mais loin d'être suffisante ...
A propos de PBR Rating :
PBR Rating est l'agence de notation financière nationale ; l'agence a pour partenaire de référence Emerging Markets Ratings (EMR), elle est parrainée par l'Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers (APTBEF) et soutenue par l'Ordre des experts-comptables de Tunisie (OECT).
PBR rating reçoit en 2018, l'appui du Président de la République tunisienne ; l'agence est inaugurée la même année, par le Ministre des Finances.
PBR a pour vocation le déploiement d'un ensemble de solutions de notations financières, ainsi que la publication de recherches et d'analyses économiques, contribuant ainsi à l'efficience de l'information financière pour l'ensemble des intervenants et opérateurs, sur le marché tunisien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.