Tunisie – VIDEO : Pourquoi 9alb Tounes a-t-il approuvé le PLF complémentaire ?    Tunisie – VIDEO : Les protestataires d'Al Kamour haussent le ton et menacent    Tunisie – Plus de la moitié des PME vont fermer !    En photos : Le futur chef de la diplomatie américaine un joker pour la Tunisie ?    Tunisie | Covid-19 : 485 nouvelles contaminations et 41 décès recensés en 24 heures    Fitch Rating baisse la perspective de la Tunisie de "stable" à "négative"    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Tunisie : Historique ! une femme à la tête du Club olympique des Transports    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Intempéries : Interruption de la circulation sur certaines routes    Ennahdha réitère son appel à un dialogue économique et social    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    Dans l'impasse à cause d'un vrai faux problème    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    A sfax, un sit-in en taxis pour protester contre la pénurie des bouteilles de gaz    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Revues d'effectifs : Le CSS bien affûté    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hichem Mechichi fera-t-il le bon choix ?
Publié dans Business News le 28 - 07 - 2020

Hichem Mechichi est le nouveau nom dont on ne cesse de parler sur la scène politique nationale après qu'il ait été désigné par le président de la République pour former le prochain gouvernement. Aujourd'hui, pour quelle sorte de gouvernement va opter le candidat du chef de l'Etat ? Un gouvernement politique ou un gouvernement de compétences nationales apolitiques ? Chacune des options a certes ses avantages, mais aussi ses inconvénients.


L'affaire de conflits d'intérêts pesant sur Elyes Fakhfakh a fini par mettre fin à sa mission à la tête du gouvernement. Malgré sa résistance et sa politique de fuite en avant, il ne pouvait plus tenir à la tête de la Kasbah. C'était inévitable et les pressions étaient tellement grandes qu'il a fini par déposer sa démission.

C'est à ce moment que le président de la République, Kaïs Saïed a pris le relais. Conformément aux dispositions de la Constitution, il a désigné un nouveau candidat pour succéder à Elyes Fahfakh après avoir mené ses habituelles consultations écrites avec les partis représentés au Parlement. Durant la période des consultations, tout le monde parlait, tout le monde spéculait. Plusieurs noms ont circulé, mais comme à chaque fois, Kaïs Saïed a réussi à créer la surprise. Et c'est en proposant l'actuel ministre de l'Intérieur, Hichem Mechichi à la Primature que le chef de l'Etat a bouleversé toute la scène politique poussant, ainsi, tous les partis à revoir leurs calculs et leur positionnement.
Coup de maître diront certains. C'en est un dans la mesure où Kaïs Saïed a réussi à prendre à contre-pieds tous les partis politiques. Il a désigné un haut commis de l'Etat, énarque qui a une connaissance des rouages de l'Etat, mais sans appartenance partisane affichée.
Le 25 juillet, le choix de Kaïs Saïed a fait un tabac sur la scène nationale. La désignation de Mechichi a été applaudie par la majorité des observateurs de la scène nationale, sauf par les sympathisants islamistes qui ont rapidement réagi sur la toile en publiant des rumeurs et des propos dénigrant le nouveau candidat de Saïed, allant jusqu'à le qualifier d'alcoolique et d'athée.

Cependant, les jeux sont faits et le choix de Kaïs Saïed est irrévocable. Hichem Mechichi dispose dès lors de trente jours pour composer son équipe. Il vient d'annoncer qu'il tiendra deux rendez-vous hebdomadaires pour tenir au courant l'opinion publique de l'avancement de sa démarche.

Ainsi, Hichem Mechichi a la possibilité de composer un gouvernement politique, comme ses prédécesseurs. Cette option nécessite des consultations avec les différentes composantes de la scène politique et permettra au chef du gouvernement de disposer d'un soutien parlementaire nécessaire au vote de confiance et à la poursuite de sa mission à la tête du gouvernement. Toutefois, la tâche s'avère fastidieuse si on se réfère au patchwork parlementaire existant et aux différends existants entre les multiples partis. Mechichi aura à trouver un compromis quasi impossible avec les partis afin de satisfaire leurs demandes et exigences. Il risque, également, à de se confronter à des conflits au sein même de son équipe, comme fût le cas pour Elyes Fakhfakh.

Une autre alternative se présente pour Mechichi, celle d'un gouvernement apolitique de compétences. Un gouvernement restreint qu'il formera avec des profils pouvant répondre aux exigences de la période qui s'annonce difficile, notamment, après la crise économique et sociale liée à la pandémie Covid-19. Cette démarche en harmonie avec le choix initial du président de la République de nommer un chef de gouvernement indépendant n'ayant été proposé par aucun bloc parlementaire, risque d'être rejetée par les partis politiques. Théoriquement, il est possible que ce gouvernement n'obtienne pas la confiance des députés au Parlement. Toujours est-il, le rejet de la formation de Hichem Mechichi aboutira à la dissolution de l'assemblée des représentants du peuple. Une issue qui ne sera certainement pas au goût de plusieurs partis politiques, d'autant plus que les derniers sondages d'opinion indiquent que s'il y a des législatives maintenant, le PDL de Abir Moussi l'emportera haut la main, devançant même le parti islamiste. D'autre part, le président de la République aura à légiférer en l'absence du Parlement et d'une Cour Constitutionnelle. Kaïs Saïed prendra le contrôle de la législation en Tunisie au risque de faire passer sa vision du régime politique et électoral dans le pays.

En tout état de cause, le nouveau candidat de Kaïs Saïed aura du pain sur la planche. Hichem Mechichi devra relever un défi important face à un paysage politique fragmenté. Tant sa désignation a redonné l'espoir à de nombreux observateurs de la scène nationale, sa mission ne sera pas de tout repos, et quelque soit son choix, il mettra les différentes composantes de la scène politique devant leur responsabilité… à lui de faire le bon choix


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.