Hand : La Tunisie sacrée championne de la Coupe du président de l'IHF    GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Tunisie: Haykel Mekki: Rached Ghannouchi est un danger qui menace tous les tunisiens    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Conformément à l'Accord de Paris, la Tunisie est en plein chantier de révision de sa politique climatique    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    Chedly Ayari n'est plus    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    Change devises en dinar tunisien : Cours du 27 Janvier 2021    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Programme TV du mardi 26 janvier    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui est Hichem Mechichi, chargé de former le nouveau gouvernement ?
Publié dans Business News le 25 - 07 - 2020

Fin du suspense, après des jours de tergiversations, ce sera Hichem Mechichi qui formera le nouveau gouvernement tunisien.
Mechichi vient d'être désigné par le chef de l'Etat Kaïs Saïed pour succéder à Elyes Fakhfakh. Il devra ainsi, dans un délai d'un mois former le nouveau gouvernement pour conduire la période à venir qui s'annonce hasardeuse face à une crise économique et une instabilité politique des plus préoccupantes.

Elyes Fakhfakh a présenté sa démission le 15 juillet 2020. Un départ qui n'a surpris personne mais qui place le pays dans une situation peu enviable notamment face à la crise économique aggravée par la pandémie Covid-19. Une affaire de conflits d'intérêts a eu raison du chef du gouvernement initialement choisi par Kaïs Saïed. En l'absence d'une motion de censure le destituant, la balle a de nouveau été dans le camp de Kaïs Saïed, conformément à l'article 89 de la Constitution. Le chef de l'Etat a décidé aujourd'hui, samedi 25 juillet 2020, de choisir Hichem Mechichi pour lui succéder au poste.

Qui est Hichem Mechichi ?
Hichem Mechichi a été nommé ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d'Elyes Fakhfakh. C'est un énarque diplômé en sciences politiques en 2007. Il a occupé en 2014 le poste de chef de cabinet au ministère du Transport, puis le même poste successivement aux ministères des Affaires sociales et de la Santé.
Auparavant, il était directeur général de l'Agence Nationale du Contrôle Sanitaire et Environnemental des Produits (ANCSEP).
Il a été nommé par le chef de l'Etat Kaïs Saïed, premier conseiller à la présidence de la République en charge des affaires juridiques, le 11 février 2020.

Ainsi, d'un point de vue politique, Kaïs Saïed n'a pas fait le « choix de la raison », en décidant de nommer un candidat consensuel réunissant un large soutien politique et faisant partie des noms proposés par les partis majoritaires au Parlement. Il a plutôt préféré une personnalité indépendante et en laquelle il a confiance. Un choix qui pourra se heurter au refus des blocs parlementaires de la majorité.
En effet, Fadhel Abdelkefi et Khayem Turki étaient les deux personnalités qui ont été proposées par la majorité des blocs parlementaires. Tous les deux ont figuré sur les listes d'Ennahdha, Qalb Tounes et Al Badil.

Le président de la République, Kaïs Saïed avait envoyé une correspondance aux partis, coalitions et blocs parlementaires pour soumettre, au plus tard jeudi 23 juillet 2020, les noms des candidats qu'ils soutiennent à la Primature.
Le parti destourien libre (PDL) de Abir Moussi et Al Karama de Seif Eddine Makhlouf avaient refusé de présenter des candidats à ce poste. Le premier se disant « non concerné par le processus de désignation du chef du gouvernement » et le deuxième ripostant contre « la désignation effectuée par Kaïs Saïed qui avait déjà montré ses limites avec Elyes Fakhfakh ».

Après la situation fragile dans laquelle a été placé Elyes Fakhfakh, sans grand soutien politique, mais aussi celle de Habib Jamli, qui a été rejeté par le Parlement, le chef de l'Etat prend le risque de nommer une personnalité qui n'a pas été proposée par les partis politiques, laissant ainsi se profiler le scénario de dissolution du Parlement et d'élections législatives anticipées.

Maintenant que le nom du nouveau chef de gouvernement est fixé, reste à savoir qui nommera-t-il dans son équipe et quels noms décidera-t-il de placer dans les ministères sensibles et de souveraineté ? Un gouvernement qui devra être soumis à l'approbation du Parlement et réunir le sésame de 109 voix au minimum pour passer. Réussira-t-il ce test ?
On en saura plus dans les jours à venir. Pas de vacances pour la scène politique en 2020…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.