CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    Tunisair lance une nouvelle solution de paiment pour les passagers au départ de la France    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    CAN 2022 – Quarts de finale : Programme des quarts de finale, où regarder les matchs du samedi et dimanche    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Kasserine Mandat de dépôt à l'encontre d'un ancien gouverneur accusé de corruption    Tataouine: Saisie 42 500 paquets de cigarettes de marque étrangère    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    L'attaquant nigérian Kingsley Eduwo officiellement "sang et or"    [Tribunes] L'application du DAPS en Algérie sera FATALE pour l'exportation des produits tunisiens, craint Nafaa Ennaifer    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Tunisie : Du nouveau concernant Imed Trabelsi    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les corrompus sont les bienvenus à condition qu'ils soient à notre service
Publié dans Business News le 01 - 02 - 2021

Une nouvelle fois, tous les projecteurs sont braqués sur Carthage. En dépit de ses prérogatives dites limitées, Kaïs Saïed réussit à se positionner dans le rôle du personnage le plus important de l'Etat. Celui dont tout le monde attend la décision. Cette fois-ci, Kaïs Saïed est attendu pour organiser la cérémonie de prestation de serment des nouveaux ministres qui ont obtenu le vote de confiance au parlement mardi dernier. Constitutionnellement, les ministres ne peuvent occuper leurs postes qu'après cette cérémonie. Sauf que Kaïs Saïed refuse, jusqu'à l'écriture de ces lignes, de l'organiser.
Les raisons ? Il a juré de respecter la constitution et les lois. D'après les renseignements qu'il détient, quatre parmi les onze ministres seraient corrompus et se trouvent dans une position de conflit d'intérêt. Une raison suffisante à ses yeux de ne pas nommer ces ministres.
Le chef du gouvernement et les 150 parlementaires qui ont voté pour (en majorité les islamistes et leurs inféodés), voient les choses autrement. Pour eux, il n'y a que la justice qui peut se prononcer là-dessus et dire si untel est corrompu ou pas, si untel est dans une position de conflit d'intérêt ou pas.
Face à l'entêtement du président de la République, Rached Ghannouchi est monté hier au créneau. Pour le président d'Ennahdha et président du parlement, « Kaïs Saïed croit avoir le droit d'accepter certains ministres et d'en refuser d'autres. Ceci revient à une confusion entre le régime parlementaire et celui présidentiel. Le régime parlementaire suppose un rôle symbolique du président de la République, et non un rôle constitutif. De ce fait, la composition ministérielle revient au parti au pouvoir et au chef du gouvernement ».

Il y a quelques mois, l'ancien chef du gouvernement Elyes Fakhfakh était accusé d'être en position de conflit d'intérêt. Les mêmes qui critiquent aujourd'hui le président de la République et qui ont validé le gouvernement Mechichi II étaient hier aux premiers rangs pour pousser Elyes Fakhfakh à la démission. Ennahdha, Qalb Tounes et Karama, notamment, s'étaient réunis pour déposer une motion de censure contre lui juste pour cette histoire de conflit d'intérêt ! Comment expliquer ce retournement de 180° de ces partis, Ghannouchi à leur tête, qui autorisent aujourd'hui à Mechichi ce qu'ils interdisaient hier à Fakhfakh ?
Le même Fakhfakh appartient à une troïka qui a longuement pratiqué la chasse aux sorcières dans les années 2011-2014 lorsqu'il s'agissait des figures de l'ancien régime. Cette troïka traitait de corrompue toute figure de l'ancien régime. Pourquoi ces mêmes figures de la troïka, à qui se sont ajoutés Qalb Tounes et Karama, traitent-elles de corrompus certaines figures de l'ancien régime (Abir Moussi par exemple), mais acceptent dans leurs rangs des personnes sur lesquelles pèsent de lourdes suspicions (Mohamed Ghariani par exemple) ? Cela s'appelle de l'hypocrisie !

Il faut choisir, soit vous êtes pour la justice pure, dure et intransigeante et dans ce cas nul n'est corrompu tant qu'il n'a pas été condamné par une cour de justice en bonne et due forme.
Soit vous cherchez à moraliser le paysage politique et à en exclure toute personne sur laquelle pèsent de lourds soupçons de corruption.
Kaïs Saïed fait partie de la deuxième mouvance. Il veut moraliser la vie publique et il a raison de le faire. On ne peut pas nommer un ministre alors que ce dernier est suspecté de corruption. Naturellement, le suspect demeure innocent jusqu'à son procès, mais ce suspect ne peut pas briguer un portefeuille ministériel entre-temps. Dans les pays démocratiques qui veulent un paysage politique moralisé, les suspects n'ont pas leur place dans la vie publique. Un simple article journalistique est suffisant pour pousser dehors un ministre, voire un président. On ne compte plus les ministres démissionnaires à cause d'articles parus dans le Canard enchaîné ou Mediapart. S'il n'y avait pas eu de Watergate et si les Etats-Unis ne tenaient pas à avoir un paysage politique moralisé, Richard Nixon n'aurait jamais démissionné de son poste.

Attention, cela ne veut pas dire que l'on doit traiter de corrompue toute personne suspectée de corruption. La présomption d'innocence prévaut sur tout. Toute personne est réputée innocente tant que sa culpabilité n'a pas été légalement démontrée. Sauf que cette même personne ne peut prétendre à un portefeuille ministériel ou un siège au parlement. C'est impératif pour moraliser la vie publique. Les ministres (et les politiques en général) se doivent d'être un modèle d'exemplarité et ne peuvent, en aucun cas, être suspects.
C'est ce que veut Kaïs Saïed. En refusant d'organiser la cérémonie de prestation de serment, Kaïs Saïed reste fidèle à lui-même. Il a été élu pour son intégrité et il tient à la garder.
Le chef du gouvernement et les députés qui ont voté pour le gouvernement Mechichi II ne veulent pas, en revanche, d'un paysage politique propre et au dessus de tout soupçon. Ils fonctionnent à la tête du client. Quand c'est Abir Moussi qui est en face, ils deviennent les champions de la lutte contre la corruption, alors que cette dernière n'a aucun procès en cours. Quand c'est Mohamed Ghariani ou Nabil Karoui qui sont en face, ils deviennent, du coup, champions de la présomption d'innocence.

Cette hypocrisie est insupportable, il faut choisir sur quel pied danser.
La question aujourd'hui n'est pas de savoir si le président de la République doit ou non organiser une cérémonie de prestation de serment. La question aujourd'hui est de savoir ce qu'on veut, pour notre démocratie naissante, un paysage politique moral ou non.
Kaïs Saïed a choisi son camp : il est intègre et il veut un paysage politique intègre, conformément à ses promesses électorales.
Hichem Mechichi, Rached Ghannouchi et les dizaines d'autres députés ont choisi le leur. L'intégrité se mesure en fonction du degré de loyauté et de service que peut vous rendre la personne en face. Pour eux, l'intégrité n'est pas une question de moralité, c'est une question d'intérêt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.