Quand Abdelkefi rappelle à Saied qu'il aurait dû le mettre à la Kasbah    Imed Hammami: Un remaniement ministériel est nécessaire    Hausse du taux directeur: L'approche de la BCT est fausse selon Ridha Chkoundali [Audio]    Moez Belhassine dévoile son plan de relance de l'activité touristique    match Eintracht Francfort vs Glasgow Rangers: Regarder la finale de l'Europa League 2022    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme de la 7e journée    Anouar Bechahed abandonne les poursuites judiciaires contre les députés d'Al Karama    Forte affluence au pèlerinage juif de la Ghriba [Vidéo+Photo]    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Le PDL sollicite la Commission de Venise contre Kaïs Saïed    Culture du Colza: Le DG de l'INGC souligne l'importance de coopérer avec les pays du Maghreb [Vidéo+Photo]    Basket Pro A : Programme de la J08 du play-out    USAID - Les Etats-Unis comptent réviser à la baisse leurs aides à la Tunisie    Dialogue national : Sur fond de tiraillements et de déclarations incendiaires    Ligue 1 | play-off – 5e journée (CA-ESS) – CA : Souffrir pour gagner    Bilel Sahnoun : les entreprises tunisiennes continuent à résister    OVNI : Des aveux inédits depuis 50 ans et ça se passe au Congrès américain    Radhia Jerbi élue membre du Conseil international des Femmes    Officiel-Tunisie: Des délégués démissionnent    CONDOLEANCES : Nissaf GHORBEL    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    Industrie du textile-habillement | Rachid Zarrad, membre du bureau exécutif de la Fédération tunisienne du textile et de l'Habillement (FTTH) à la Presse : «Le produit tunisien demeure compétitif malgré les secousses socioéconomiques»    Natation | Tunisian Open Masters : Un grand succès et de grandes promesses    Ligue 1 | play-off – 5e journée (CA-ESS) – ESS : Sortir la tête de l'eau !    Industrie du textile-habillement | La résilience à toute épreuve    La nuit des musées tunisiens: Ouverture exceptionnelle de 15 musées la nuit le 18 mai    Europa League : Eintracht Francfort - Glasgow Rangers : les compos probables de la finale    Prix au marché municipal de Kairouan [Vidéo]    Précisions concernant la pénurie des médicaments traitant les maladies chroniques    Tabagisme en Tunisie: Des chiffres alarmants    L'entreprise autrement | A quand la fin de tous ces conflits ?(*)    Mouvement d'ampleur dans le corps des délégués    Play-offs NBA : Les Celtics de Boston renversés par Miami Heat en conférence Est    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Mabrouk Tlig: Entre l'Ukraine et la Tunisie pour l'import-export des produits alimentaires    Météo : Poursuite du termps estival    A l'occasion de son 50ème anniversaire, l'APTBEF dévoile sa future dénomination    Poutine exulte : Le front européen se fissure, l'Italie paye son gaz en roubles    Circuit 404 HERITAGE NOT FOUND : Visitez la médina de Tunis autrement avec Africvs    Libye : 3ème assaut contre la capitale, les USA et l'UE craignent le pire    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Sheikh Zayed Book Award 2022 : L'auteur tunisien Mohamed Al-Maztouri, primé    On nous écrit | À propos du cinéma de Ghassen Salhab : Entre réalité et illusion    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    "Nuit des musées tunisiens": 15 musées ouvrent leurs portes gratuitement pour des visites nocturnes    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Polémique autour de la prestation de serment des nouveaux ministres : Tous les yeux rivés sur Kaïs Saïed !
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 01 - 2021

Une crise profonde sur fond politique pourrait avoir lieu si le Chef de l'Etat Kaïs Saïed concrétisait ses menaces adressées au Chef du gouvernement Hichem Mechichi en privant les ministres soupçonnés de conflits d'intérêts de prêter serment, une procédure protocolaire mais constitutionnelle et nécessaire. Les avis des constitutionnalistes divergent.
Ce cas de figure n'a jamais eu lieu en Tunisie. Autrement, il s'agira d'un précédent et en l'absence de la Cour constitutionnelle, tout reste sujet à diverses interprétations et lectures parfois contradictoires. En présidant, la veille du vote de confiance aux nouveaux ministres à l'Assemblée des représentants du peuple, un Conseil de sécurité nationale, le Chef de l'Etat Kaïs Saïed s'est montré contre ce remaniement opéré il y a quelques jours par le locataire de La Kasbah. Pour lui, il s'agit même d'un remaniement qui a enfreint les dispositions de la Constitution, affirmant que les ministres concernés par des soupçons de corruption et des conflits d'intérêts «ne peuvent pas prêter serment», dans un message clair adressé à Hichem Mechichi et l'appelant à revoir sa copie. Sauf que ce dernier a opté pour un passage en force et a sollicité la confiance du Parlement aux nouveaux ministres proposés. D'ailleurs, ils ont tous obtenu l'aval des députés. Une manœuvre qui a, certes, assuré le passage de cette nouvelle composition gouvernementale, mais qui a mis tout le paysage politique et parlementaire au cœur d'une situation extrêmement compliquée, délicate et ouverte à tous les scénarios.
Au fait, tout le blocage réside dans l'interprétation de l'article 89 de la Constitution portant sur la prestation de serment des membres du gouvernement. En effet, conformément audit article, «le chef et les membres du gouvernement prêtent devant le Président de la République le serment qui suit : "Je jure par Dieu Tout-puissant de travailler fidèlement pour le bien de la Tunisie, de respecter sa Constitution et sa législation, de veiller scrupuleusement sur ses intérêts et de lui devoir allégeance"».
Saïed pourrait s'abstenir de convoquer certains ministres qui seraient liés à des soupçons de conflit d'intérêts pour prêter serment ? Ou s'agit-il simplement d'un coup de poker pour pousser Hichem Mechichi à revoir certains noms proposés ?
Contactée par La Presse, la constitutionnaliste et chargée de l'information au sein de l'Association tunisienne de droit constitutionnel Faten Mbarki pense que deux lectures constitutionnelles résument cette situation. Elle explique que la première porte sur la compétence liée dont dispose le Chef de l'Etat, c'est-à-dire un pouvoir que son détenteur est obligé d'utiliser, qu'il le veuille ou non. Donc dans ce cas, en refusant de convoquer certains ministres à la prestation de la Constitution, le Chef de l'Etat enfreint la Constitution.
La deuxième lecture dit, en revanche, que le président de la République jouit d'un pouvoir d'appréciation et pourrait ne pas convoquer ces ministres à cette cérémonie protocolaire et dans ce cas, personne ne pourrait l'obliger à le faire. «Ces deux lectures résument actuellement la situation, mais il faut dire qu'il n'existe aucune crise constitutionnelle, mais l'absence de la Cour constitutionnelle a fait que le paysage politique se trouve dans ce blocage», ajoute-t-elle. Notre interlocutrice insiste sur le fait qu'il s'agit plutôt d'une crise politique et que les avis des constitutionnalistes ne peuvent rien apporter et ne peuvent rien changer. Faten Mbarki évoque également un autre cas de figure portant sur le décret présidentiel par lequel seront nommés officiellement ces nouveaux ministres, ce qui pourrait créer un autre blocage politique si le président s'abstient de le promulguer.
Une décision anticonstitutionnelle ?
Pour la constitutionnaliste Mouna Kraïem Dridi, «en matière de prestation de serment, le président de la République n'est qu'un simple témoin puisqu'il s'agit d'une compétence liée», et par conséquent il ne pourra pas refuser la prestation de serment de certains ministres, sinon «il enfreindrait la Constitution dont il est le garant». La professeure en droit constitutionnel Salsabil Klibi est du même avis. Pour elle, il serait anticonstitutionnel pour le Président de la République d'empêcher l'un des ministres de prêter serment. Mais, selon elle, le Chef de l'Etat pourrait en revanche retarder cette procédure infiniment, car aucun délai n'est mentionné dans la Constitution pour délimiter dans le temps la cérémonie de prestation de serment après le vote de confiance à l'ARP.
En tout cas, le secrétariat général de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adressé, hier, une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats de la séance plénière après le vote en faveur des ministres proposés dans le remaniement opéré par Hichem Mechichi. Cette correspondance s'inscrit dans le cadre de la procédure législative ordinaire et le respect des dispositions de la Constitution et le règlement intérieur du Parlement, a indiqué l'assesseur du président de l'ARP, chargé de la communication et de l'information, Maher Madhioub.
Ce blocage intervient en effet sur fond d'une crise politique entre le Président de la République et le Chef du gouvernement qui remonte même au jour du vote de confiance au gouvernement Mechichi en septembre dernier. Si ce dernier affirmait que la relation qu'il entretient avec le locataire de Carthage est plutôt bonne, la divergence de points de vue entre les deux hommes est devenue palpable. Certains observateurs évoquent même une guerre de prérogatives opposant les deux présidences. Lors d'un dernier Conseil de sécurité nationale, le Président de la République avait même accusé Hichem Mechichi d'avoir enfreint la loi en procédant à un remaniement sans passer par un Conseil des ministres. En quête de soutien politique au Bardo, Mechichi a rappelé, à son tour, à Kaïs Saïed que ses prérogatives constitutionnelles lui permettaient de composer son gouvernement.
Ce blocage officialise-t-il la rupture entre les deux hommes ? Nul ne sait, en tout cas, tous les yeux seront tournés vers le palais de Carthage. Kaïs Saïed s'abstiendra-t-il de convoquer certains ministres pour prêter serment ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.