Kaïs Saïed s'adressera aux Tunisiens ce soir depuis Sidi Bouzid    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    SNTRI : 10 % de réduction sur toutes les dessertes à cette date    Infos Bourse – Forte progression de la rentabilité d'Ennakl Automobiles    Othman Jerandi participe à la commémoration des vingt ans des attaques du 11-Septembre    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Bilan Covid-19 : 407 nouveaux cas et 14 décès    Dépassement du délai légal pour statuer sur les recours contre les assignations à résidence : Les explications de Imed Ghabri    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    Forum Mondial de la Mer: quatrième édition les 24 et 25 septembre 2021 à Bizerte    La société Ellouhoum décide de baisser les prix pendant 3 jours    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    Béja: Les enseignants vacataires organisent un mouvement de protestation [Vidéo]    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    L'ATB sélectionnée par le projet SAWI pour renforcer sa diversité genre    La Libye annonce la reprise de ses vols vers la Tunisie    UTAP: Des oliviers meurent de soif    Comment le Tunisie a su se hisser au 3e rang des pays innovants dans le secteur industriel en Afrique    Opération blanche des forces de sécurité dans l'un des hôtels de Gammarth    Tunisie-Daily brief du 20 septembre 2021: Les mesures du 25 juillet à l'origine de 2 manifestations à Tunis    I Watch appelle à la protection des lanceurs d'alerte    Lotfi Zitoun répond à Nouresddine Bhiri- La liberté ne peut coexister avec le besoin    Forte augmentation du nombre des nuitées en août 2021 dans la zone touristique Tabarka-Aïn Draham    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    "Les cours particuliers sont le responsable de la baisse du niveau du système éducatif", dénoncent les parents d'élèves    Les délégués du gouvernorat de Tunis se penchent sur la saison des pluies    Le syndicat de l'enseignement secondaire s'oppose à une circulaire de l'Education    Ben Ouda : L'Etat prévoit une réduction de 40 MD au niveau du budget consacré à l'investissement !    Ons Jabeur 17ème mondiale    Moncef Marzouki : Etant novice, les Egyptiens se sont moqués de Saïed, faisant perdre des milliers d'emplois à la Tunisie !    Le Collectif Soumoud monte au créneau pour réclamer la réforme politique    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Tunisie – Les pays du sud de l'UE appellent à préserver la démocratie et à accélérer la mise en place d'un gouvernement compétent    PSG vs OL : Liens streaming pour regarder le match    Juventus vs AC Milan en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Le musée de Bardo fermé depuis le 25 juillet 2021    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    Tunisie : Un séisme d'une magnitude de 3,7 degrés enregistré à Ouled Haffouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Vipère au poing»!
Publié dans Le Temps le 28 - 01 - 2021

Lors de la plénière de mardi dernier, consacrée au vote de confiance devant l'Assemblée des représentants du peuple( ARP), à la nouvelle équipe gouvernementale, Hichem Mechichi était tout à fait déterminé à défendre les nouveaux ministres qu'il a choisis en étant sûr de leur compétence et surtout de leur intégrité . Cependant, il a été objecté la veille , par le président de la République Kaïs Saïed, lors de la réunion du conseil de sécurité, qu'il y a encore une fois des suspicions de corruption et de conflits d'intérêts, à l'encontre de certains nouveaux ministres et que sur cette base, la cérémonie de prestation de serment devant lui n'aura pas lieu. Eh bien malgré ces suspicions, L'ARP a approuvé le remaniement en accordant sa confiance à tous les ministres, et ce, grâce à des partis coussins de Méchichi, dont notamment Qalb Tounès, Ennahdha et Al Karama.
En fait, dans son discours devant le conseil de sécurité, lundi dernier, Kaïs Saïed a procédé à une vraie admonestation de Méchichi en présence entre autres, de Rached Ghannouchi, président de l'ARP. Déplorant le manque de communication de Méchichi qui, dit-il, ne l'avait pas informé auparavant du remaniement auquel il allait procéder, il a surtout mis en exergue l'importance de collaboration et de concertation entre les deux têtes de l'exécutif afin de mieux répondre aux doléances des citoyens et de résoudre les problèmes qui les tracassent. L'Etat en tant qu'entité est responsable de toutes les catastrophes qui ont surgi par la faute, la négligence, la passivité, le manque de vigilance, l'insouciance, ou l'indolence de ses représentants.
Or nous assistons depuis l'avènement du nouveau gouvernement intervenu après la chute de celui de Fakhfakh, à un conflit permanent entre les deux têtes de l'exécutif. Pourtant c'est le président de la République qui a proposé Méchichi et qui lui a demandé de composer le nouveau gouvernement.
Celui-ci a commencé à courtiser les partis majoritaires à l'ARP, bien avant le vote de confiance de l'assemblée législative. En fait, et à quelques différences près, nous assistons aux mêmes conflits que ceux intervenu auparavant, entre feu Béji Caïd Essebsi, premier président de la deuxième République et le chef du gouvernement Youssef Chahed, qu'il a également lui-même choisi.
Cela est dû essentiellement aux jeux pervers des partis politiques, dont notamment le mouvement Ennahdha, qui interviennent à chaque fois afin de préserver leurs intérêts propres au détriment de l'intérêt du pays.
Ambiguïté de l'article 89
de la Constitution
Certes la constitution de 2014, comporte beaucoup de carences concernant les prérogatives dévolues aux organes de l'Etat, et les mécanismes permettant une collaboration entre eux afin de travailler de concert, dans l'intérêt général.
Parmi ces carences, l'absence de texte concernant le vote de confiance suite à un remaniement. Par contre, la prestation de serment pour les ministres est obligatoire en vertu de la Constitution.
Cependant et comme l'a évoqué le président Kaïs Saïed, comment un futur ministre, objet de suspicion de corruption ou de conflits d'intérêts, peut-il prêter serment ? Ce qu'il réfute a priori et cela semble fondé, étant le garant de la bonne application de la Constitution. En vertu de celle-ci, il y a trois étapes à respecter : le vote de confiance par le parlement, la nomination par le président de la République et enfin la prestation de serment.
Toutefois on est dans le cadre d'un remaniement ministériel et non dans celui de l'avènement d'un nouveau gouvernement. Fallait-il alors passer par toutes ces formalités consistant notamment à obtenir la confiance du parlement ? L'article 89 de la Constitution n'est pas clair sur ce point, car il est question dans cet article seulement de la formation d'un nouveau gouvernement.
Le président garant
de la continuité de l'Etat
Par ailleurs le président de la République a toute la latitude d'agir afin d'obliger de nouveau le chef du gouvernement à revoir sa liste, s'il refuse de les nommer en s'opposant également à ce que les ministres objet de suspicion de corruption, de prêter serment.
C'est lui en effet qui d'après l'article 72 de la Constitution, est le symbole de l'unité de l'Etat et qui «garantit son indépendance et sa continuité». Il peut de ce fait, en cas de blocage pareil, agir par les moyens qui lui sont dévolus par la Constitution et au respect de laquelle il est tenu de veiller, en vertu du même article 72 précité.
D'autant plus que ceux qui continuent à semer les divisions et les adversités politiques pour des intérêts partisans, sont ceux-là mêmes qui ont tout fait pour que la cour constitutionnelle ne soit pas installée, tant qu'il ne comportera pas la composition qui soit à leurs avantages. Sachant que le tribunal administratif, ou encore l'instance provisoire du contrôle de la constitutionnalité des lois est encore en mesure de se prononcer sur ces points tant que la Cour n'a pas été définitivement installée.
Adversité
et renvoi d'ascenseur
D'ailleurs, dès que le nouveau gouvernement a obtenu la confiance du parlement, un communiqué est paru à une heure tardive, pour « condamner fermement la violence verbale du bloc démocratique à l'encontre du mouvement Al Karama, en mettant en garde afin que cela ne se reproduise plus »...
No comment !
Mais au fond pourquoi nourrir les animosités entre les organes de l'Etat et jusqu'où elles vont aller ? Au dépérissement de l'Etat et de ses organes ? à la déliquescence des institutions censées œuvrer pour l'essor économique et social du pays ? N'est-il pas tant de dépasser les brouilles, la hargne et la grogne, dans lesquelles le citoyen n'y est pour rien ?
Le problème a toujours été malheureusement celui des personnes qui une fois au pouvoir, oublient leur devoir et ce qu'ils ont promis la veille aux citoyens. C'est la soif du pouvoir qui les rend obnubilés par la défense par tous les moyens des avantages et des intérêts privés. Ils comptent toujours sur la crédulité des citoyens qui leur ont fait confiance, oubliant qu'en agissant de la sorte ils courent infailliblement à leur propre perte.
Au final, on ne sait ce qu'il va advenir de cette situation dans laquelle le président Kaïs Saïed peut refuser comme il l'a affirmé d'ailleurs la veille, que les nouveaux ministres prêtent serment devant Auquel cas, et en vertu de la Constitution, il n'entérinera pas leur nomination. Dans le cas contraire il aura une fois de plus, prêché dans le désert.
A.N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.