Tribune | Ecouter la rue, réformer sans bipolarisation ni consensus artificiel    Pôle judiciaire économique et financier: Ouverture d'une enquête judiciaire contre Ennahdha et Qalb Tounes    Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens, à La Presse : «Créer un ministère de la Ville pour s'attaquer à l'anarchie dans l'espace urbain»    Houssine Dimassi, économiste et ancien ministre : « Le Président a la légitimité de négocier avec les partenaires internationaux »    L'Organisation tunisienne pour informer le consommateur apporte son soutien absolu à Kaïs Saïed    Le FMI craint l'impact de la "fracture vaccinale" sur la reprise économique dans les pays émergents    Amical : Le PSG arrache le nul contre Séville    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Juillet 2021 à 11H00    Covid-19 : Chiffres totaux de vaccination    Noureddine Bhiri : Les célébrations du 25 juillet nous rappellent le soir du 13 janvier 2011    Naoufel Saïed fustige l'appel au soutien des puissances étrangères    Biat : Hausse du PNB de plus de 6%    Impôts : Les sociétés pourraient déposer leurs déclarations au plus tard, le 30 juillet    Quel avenir pour Ennahdha ?    Daily brief du 28 juillet 2021: Kaïs Saïed met fin aux fonctions de hauts cadres de la présidence du gouvernement    Tribune | Le peuple veut vous dire merci, Monsieur le Président    Ligue des champions : l'Espérance de Tunis sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Officiel: Varane rejoint Manchester United    Tunisie – Ennahdha s'accroche et fait des concessions    La municipalité de Tunis nie l'intervention de l'armée    JO Tokyo 2020 | Volley : la Tunisie battue par les Etats-Unis    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Landolsi éliminée en 1/16e des moins de 57kg    Tunisie: Le ministère de la Défense met en garde contre l'usurpation de son identité    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de la Belgique    Tunisie-Naoufel Saied rassure: Il ne s'agit pas d'un coup d'Etat    Bilan covid-19 : le bilan quotidien passe soudainement de 178 à 59 décès    Météo : La vague de chaleur se poursuit    Bilan Covid-19 : 3960 nouveaux cas et 59 décès    Jendouba [PHOTOS] : Plusieurs maisons décimées par des incendies à Ghardimaou    Le champion olympique Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui ne disputera pas la finale du 800 m NL    Les patrons soutiennent Kaïs Saïed    Tunisie – Coronavirus: Examen des moyens permettant d'accélérer la vaccination    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    Festival Hammamet 2021 : La pièce "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita bientôt en ligne    Le Baryton tunisien Haythem Hadhiri en concert dans la ville italienne de Bologne, les 26 et 27 juillet    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Toute la classe politique est défaillante et doit partir
Publié dans Business News le 20 - 06 - 2021

Dans un sens, peu importe lequel, nous sommes un peuple vraiment extraordinaire. Ce n'est pas tant parce que nous avons fait une révolution qui a émerveillé le monde. Il revient à celui qui croit à cette ineptie d'en apporter la preuve. Mais c'est surtout parce que nous avons réussi l'exploit de réunir sur ce petit lopin de terre millénaire, au même moment, les pires dirigeants et responsables qui puissent exister sur terre et leur donner les rennes de notre pays. Le résultat c'est que les déboires passés et futurs, les crises politiques, économiques, sociales et sanitaires ne sont pas une surprise. C'est juste une catastrophe annoncée.
Pour en avoir la conviction, il n'y a qu'à voir les trois présidences qui se disputent les prérogatives depuis presque deux ans, prêts à mettre le pays à feu et à sang, pas pour l'intérêt des Tunisiens mais pour satisfaire leurs égos surdimensionnés. Sans oublier bien entendu leurs conseillers panégyristes qui ne leur sont d'aucune aide, les ministres sans pouvoir, les députés censés représenter le peuple et les partis politiques au pouvoir comme ceux de l'opposition qui sont passés maitres dans l'art de la magouille et de la connivence. On pourrait même leur rajouter, pour compléter le tableau, un large pan d'hommes d'affaires, de journalistes, de policiers et de magistrats crapuleux. En somme toute la classe politique et la quasi-totalité de ceux qui agitent l'espace public. Les exceptions, qui existent certes, mais qui sont tellement rares, ne peuvent être prises en compte pour brosser ce tableau.

Voyons du côté du président de la République. En une année et demie, il n'a présenté aucune initiative législative, il n'a cité aucun nom parmi tous ceux qu'il ne cesse d'accuser d'agir depuis les chambres obscures. Au pire moment de la crise sanitaire, il se cramponne à ses propres priorités qui sont la révision du régime politique, une nouvelle constitution et l'organisation d'un référendum. Il a tellement mis de conditions à l'organisation du débat national qu'il a semblé accepter au départ, qu'il devient sans intérêt. En vérité, le président de la République n'a jamais été convaincu par le bien fondé du débat national mais ne voulait pas le dire franchement. Il a certes gagné quelques mois en soufflant le chaud et le froid, mais il a fait perdre des opportunités au pays. Surtout, le président de la République a démontré qu'il n'est pas une force de proposition, capable d'insuffler une dynamique positive dans le pays. il est juste une force de blocage.
Le président du parlement est pire. Depuis quarante ans, il est associé, d'une manière directe ou indirecte, à toutes les crises du pays. La veille de son retour d'exil londonien à la fin du mois de juin 2011, il avait écrit lui-même qu'il ne compte se présenter à aucune élection présidentielle ou parlementaire ni briguer aucun poste. On connait la suite. Depuis dix ans, il n'a fait que servir les siens au détriment des Tunisiens. On le soupçonne même d'avoir protégé des terroristes et d'être le chef du bras militaire de son parti. Aujourd'hui, il concentre entre ses mains tous les pouvoirs au sein de sa fratrie et au parlement. Mais comme cela ne lui suffit pas, il a mis le gouvernement sous son emprise et tente de grignoter sur les prérogatives du président de la République.
Quant au pauvre chef du gouvernement, par charité ou par lassitude, autant ne pas s'attarder sur son cas. Les Tunisiens cherchent toujours ne serait-ce qu'une seule réalisation ou une initiative orpheline à mettre à son actif.

Comme la démocratie a besoin de démocrates, les Etats ont besoin d'hommes d'Etats pour les diriger. On pourrait changer la constitution, le régime politique, la loi électorale et toutes les lois qu'on veut, cela n'y changerait rien tant qu'on n'a pas les femmes et les hommes capables de se hisser au niveau de leurs missions. Chez nous, ces femmes et ces hommes font atrocement défaut. Ceux qui se meuvent actuellement sur la scène politique ont montré leurs limites. C'est pourquoi toute la classe politique doit partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.