Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grève du secteur privé à Sfax : l'Utica hausse le ton
Publié dans Business News le 27 - 10 - 2021

Suite à l'annonce d'une grève concernant plus de 170 entreprises à Sfax, jeudi 28 octobre 2021, pour réclamer des augmentations salariales et des avantages financiers, l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat a exprimé son "étonnement de ces agissements qui ne prennent pas en considération l'état du pays".

Dans un communiqué signé par son président Samir Majoul et daté de mercredi 27 octobre 2021, le patronat a estimé de son devoir de contrer toute menace visant les entreprises ou une intention d'atteindre leur stabilité ou pour aggraver la situation dramatique de la région, au niveau écologique et économique. Et de soutenir qu'il n'est ni raisonnable ni acceptable d'accroître la tension sociale, de perturber la production et de détruire des emplois directs et indirects.
Tout en évoquant des raisons cachées derrière l'escalade, l'organisation a affirmé que ceux, qui œuvrent à entraîner les partenaires de production dans des conflits sociaux à travers des grèves injustifiées et déraisonnables alors que le pays traverse une grave crise, sont en train de pousser tout le monde au bord du gouffre, avec de nouveaux licenciements, de nouvelles fermetures de sociétés outre les effets négatifs sur l'investissement national et sur l'attraction des investissements étrangers dont notre pays a besoin.

« Est-il raisonnable de semer la graine des grèves, d'arrêter le travail, de faire pression sur certaines entreprises, de les faire chanter et de menacer la paix sociale, alors que nous n'avons pas encore surmonté les effets négatifs de la pandémie, qui continueront certainement après sa fin ?
Ceux qui appellent à cette grève générale étaient-ils présents et témoins des multiples dossiers sur les difficultés économiques, des demandes de chômage technique et des licenciements pour raisons économiques qui ont été déposés depuis deux ans et que leur nombre ne cessent d'augmenter jusqu'à aujourd'hui… ?
Ceux qui insistent pour empêcher la liberté de travail et de circuler ne se rendent-ils pas compte qu'il s'attaquent à tout le monde en recourant à la force et à la violence, qu'ils menacent de par leurs actes réprimés par la loi, le capital confiance et la coopération qui doivent exister entre les partenaires sociaux et qu'il faut faire appel à la force de la loi, non à la loi de la force ? », lit-on dans ce même document.

L'Utica a profité pour marteler que « la situation actuelle ne peut pas être un moment propice pour parler d'augmentations de salaires et de privilèges, alourdissant de ce fait le poids financier des entreprises mais sans que ça soit profitable aux travailleurs et en enflammant les prix et en augmentant l'inflation. Que tout le monde regarde avec sérieux et réalisme le bilan des dix années des revendications exagérées et des exigences irresponsables, et qui ont abouti à la baisse de compétitivité, à l'aggravation de l'endettement, au déséquilibre des finances publiques et à la dégradation de notre note souveraine et qui nous conduit aujourd'hui à nous engager involontairement dans une compression des dépenses et aux sacrifices ».
Et de soutenir que la raison principale du dialogue social est de dépasser les crises et de parvenir à un équilibre, sur la base d'un traitement conscient de la réalité et dans un esprit de responsabilité. Pour elle, l'augmentation des salaires n'est pas un processus mécanique, mais plutôt un aboutissement naturel pour réaliser la croissance économique et créer de la valeur ajoutée, dont les fruits sont répartis sur tous les facteurs de production. En dehors de ces cas, la hausse des salaires aura inévitablement des conséquences néfastes sur les travailleurs et désastreuses pour les chômeurs, les pauvres et les catégories vulnérables.

Dans ce document, le patronat a appelé à la reprise du travail, à œuvrer au renforcement du pouvoir d'achat en maîtrisant les prix et en faisant pression sur les coûts dans les cycles de production, de stockage et de distribution, ainsi qu'en réhabilitant les systèmes, en renforçant nos capacités industrielles et en les protégeant de la contrebande, des aléas l'approvisionnement aléatoire et du commerce parallèle.

Le patronat a assuré qu'il respecte le droit syndical et de recourir à grève, autant qu'il est attaché au droit à la liberté de travail. Il est aussi appelé à inscrire dans la constitution le droit de travail.
Et de souligner qu'il défend les intérêts des entreprises, les postes d'emploi par tous les moyens légaux et légitimes, autant qu'il espère que les choses seront gérées dans une logique de dialogue sérieux et responsable tenant compte de la situation générale du pays loin de l'escalade et des pratiques non pacifiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.