En visite en Italie, Kais Saïed s'entretient avec Sergio Mattarella    Décès de Mohamed Naceur Trabelsi, frère de Leïla Trabelsi    Badreddine Gammoudi : Une corruption évidente dans la vente du Palais de la Baie des Anges    Afek Tounes : Le maire de Hammamet reçoit de très sérieuses menaces terroristes !    Tunisie- Daily brief du 16 juin 2021: Tentative d'assassinat contre le président de la République, Mort suspecte du frère de Leila Trabelsi, La mère du mineur agressé à Sidi Hassine victime de harcèlement….    Météo : Températures toujours en hausse    Covid-19 : 65 décès et 2091 contaminations recensés le 15 juin 2021    Tunisie-ISSHST : La perturbation des examens continue pour la deuxième semaine consécutive    Bourse de Tunis : Le marché continue de perdre du terrain    Partenariat Next Step - Inetum : Pour des solutions Cloud pérennes et sécurisées    L'Italie accorde un prêt de 200 millions d'euros à la Tunisie    Tunisie – AUDIO – IMAGES : Le scandale du comportement exemplaire de la SONEDE en matière de rationalisation de la consommation de l'eau    Lancement du programme d'aide aux micro-entrepreneurs ''SOUTIEN TPE COVID-19''    Hand – CAN Dames : La Tunisie éliminée en demi-finale    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Rencontres d'affaires virtuelles France-Tunisie, le 24 juin 2021 : Les entrepreneurs au cœur de la relance    Conférence internationale du travail : Le plaidoyer de Majoul pour un plan international de soutien aux PME    Tunisie: Une solution à l'éternelle question du dialogue salvateur    Ons Jabeur et l'australienne Ellen Perezen en quarts de finale du tournoi de Birmingham    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Journée mondiale contre le travail des enfants: Mettre fin au travail des enfants, agir Maintenant!    Mazarine Energy toujours bloquée à cause d'un seul ex-employé    Liste des compagnies intéressées par la rachat des actifs de l'ENI en Tunisie    Covid-19 | Jendouba : 8 décès et 79 nouvelles contaminations    Programme TV du mercredi 16 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 16 Juin 2021 à 11H00    Football : Programme TV de ce mercredi 16 juin 2021    DECES : Khadija Farah    La STB et l'AICTO signent un mémorandum d'entente et de coopération    L'EST poursuit sa préparation à Tabarka pour le match d'Al Ahly : Loin des yeux, près du cœur !    Arrivée du président Kaïs Saïed à Rome    Hichem Mechichi : J'étais un élève plutôt studieux !    «Solocoreografico» et «Children Smiles» au Studio el Houma : La danse sous toutes ses formes    Exposition | Yasmine Ben Khelil au B7L9 : «Chrysanthème forever... Je ne sais plus comment»    On nous écrit | Hommage à l'artiste et galeriste feu Mohamed Ali Essaadi : «Les souvenirs du passé sont les rides de l'âme»    JSK : report des assemblées générales et électives à une date ultérieure    Euro: les matches de ce mercredi    Exposition « Le Piazze [In]visibili », quand la magie des photos rencontre la poésie des mots    Monde: Daily brief du 15 juin 2021    "Les Chrétiens de Sicca Veneria" : l'Argentin Silvio Morano explore l'archéologie des fouilles militaires sous protectorat    Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !    Festival Carthage 2021: Avant-goût des spectacles exceptionnels qui attendent le public!    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Une tornade emporte le parti d'Abderraouf Ayadi
Publié dans Business News le 26 - 05 - 2013

Ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. Abderraouf Ayadi, surnommé par Rached Ghannouchi conscience de la Révolution, échoue à son premier véritable test de conscience, relatif à son parti Wafa.
Un parti créé sur les décombres d'un CPR en déconfiture et qui devait attirer tous les déçus de Moncef Marzouki. Mais visiblement, et au train où va Wafa, il y aura beaucoup plus de déçus par Ayadi que Marzouki. Ce parti, moins de 1% dans les sondages, risque d'être rayé de la carte politique bien avant les prochaines élections.
Tout a commencé avec le journal électronique Tanit Press et un article de Shahrazade Akacha qui a décidé de batailler frontalement avec tous ces usurpateurs qui se la jouent révolutionnaires et justiciers. La journaliste a dévoilé un certificat portant les couleurs du RCD remis à Azed Badi, député du parti Wafa et frère de la ministre Sihem Badi.
Les deux Badi, dont la spécialité est de crier sur tous les toits qu'ils sont intègres, honnêtes et révolutionnaires, ont brillé tous deux par de jolies casseroles qui s'inscrivent parfaitement dans la continuité des pratiques qu'eux-mêmes dénoncent.
Si les turpitudes de Sihem n'étonnent plus personne, il n'en est pas de même pour Azed. Le scoop de Tanit Press a surpris tous les observateurs.
Comme d'habitude, la réaction première (et primaire) des hommes politiques, attrapés la main dans le sac, est de démentir et d'accuser le journaliste de diffamation, mensonge, jeu politique malsain et tout le tintouin classique. Ce fut le cas d'Azed Badi qui a commencé ses gesticulations et menaces dès la publication de l'article de Tanit Press. Ses partisans, nombreux, ont assuré le relais pour dénigrer et insulter Shahrazade Akacha et son époux Nabil Rabhi, directeur du journal. Un comportement classique chez les Wafa et CPR, mais qui n'a pas découragé le couple Rabhi de poursuivre son travail d'investigation conformément aux normes.
Aux gesticulations et démentis d'Azed Badi, ils répondent : « Nos preuves sont irréfutables, le certificat RCD est authentique et il n'est pas falsifié ». A ses menaces de poursuites judiciaires, ils répondent : « Vas y si tu en as le courage, nous allons ramener le témoin qui a remis le certificat ! » Sûrs de leur coup, Shahrazade Akacha et Nabil Rabhi rajoutent une couche et parlent de chèques qu'Azed Badi aurait remis au RCD.
Malgré l'insistance du journal, et en dépit des preuves, Azed Badi a été fortement soutenu par ses fans et ses collègues de Wafa. Tous ont insisté que le député est blanc comme neige n'ayant jamais flirté avec le RCD.
Tous sauf un : Slim Boukhdhir. Journaliste avant de devenir porte-parole et membre-fondateur d'un parti, M. Boukhdhir connaît parfaitement les arcanes de la presse et sait distinguer un journaliste sérieux d'un autre qui fait de la machination politique. Il prend ses distances de son camarade et exige des preuves de son innocence. A défaut, il lui demande d'aller jusqu'au bout de ses promesses et de déposer plainte pour diffamation. Il n'aura ni les preuves, ni la plainte, de quoi alimenter sérieusement ses suspicions. Mais il n'est pas au bout de ses surprises puisque les attaques qui ciblaient Tanit Press ont changé de direction pour le viser, lui, directement.
On annonce son limogeage, alors qu'il est membre fondateur et que les statuts ne permettent pas ce limogeage. On le dénigre et on lui sort ses casseroles. Bref, il est traité comme tout adversaire politique ordinaire, c'est-à-dire d'une vile manière comme on sait bien le faire chez Wafa. Au CPR, le « père-ennemi », on se délecte et on rajoute de l'huile sur le feu.
Slim Boukhdhir demande l'arbitrage du président Abderraouf Ayadi. Ce dernier s'inscrit totalement aux abonnés absents. Durant toute la tempête, il a été une parfaite autruche.
Mercredi 22 mai 2013, Boukhdhir jette l'éponge. Il sera soutenu par deux de ses camarades, Mondher Ben Ahmed et Kaïs Karoui.
Combien de militants et de dirigeants sont restés à Wafa après ce scandale ? Très peu de données sont connues sur ce parti, prétendant être le chantre de la transparence et de la lutte anti-corruption.
Cette affaire révélée par Tanit Press met au grand jour la fragilité du parti, mais surtout son double-discours. Au grand public, on joue l'intégrité et la bonne gouvernance. En interne, Wafa agit comme tout parti despotique qui se respecte.
Opacité totale sur les financements et on parle très peu de Nasr Ali Chakroun, célèbre financier du CPR et homme d'affaires ayant ramassé une belle fortune sous l'ancien régime grâce aux largesses de Ben Ali. C'est M. Chakroun qui serait le plus grand soutien de Wafa.
En matière de comportement, Abderraouf Ayadi, qui prône la démocratie et la libre expression, devient soudain son pire ennemi quand il fait face à des adversaires politiques capables de lui tenir tête. C'était le cas lors d'un plateau télévisé sur Ettounsia face à Karim Krifa d'El Moubadara, lorsqu'il a refusé catégoriquement d'assister à la même émission que lui. Prétexte invoqué, son parti est RCDiste et mérite, de fait, ce type de sanctions sans aucune autre forme de procès.
Chantre de la productivité, de la bonne gouvernance et du sérieux au travail, Abderraouf Ayadi a été épinglé par l'Observatoire Marsad que dirige Amira Yahyaoui sur son absentéisme à l'Assemblée nationale constituante. Son taux de présence est de 9%.
Pour intimider ses adversaires politiques, Abderraouf Ayadi (et ses camarades) ont cette phrase qu'ils répètent 10.000 fois par seconde : « Le peuple veut ! Le peuple ne veut pas ! ». Il oublie juste de dire qu'il n'a obtenu que 12.288 voix aux élections de l'ANC et que son parti est quasi-invisible dans les sondages d'opinion.
Le scandale déclenché par Tanit Press n'est pas prêt d'en finir cependant, car le grand public et la presse vont prendre le relais de Slim Boukhdhir et exiger des preuves d'Azed Badi. Le fait que ce dernier continue à être protégé par Abderraouf Ayadi ouvre la voie à toutes les interprétations et aucune de ces interprétations ne joue en faveur de Wafa.
Le parti ne s'en sort pas indemne et, pour colmater ses brèches, il se doit de limoger son député ou d'en finir définitivement avec le langage révolutionnaire. Ce qui est impossible puisque ce langage constitue l'unique fonds de commerce d'Abderraouf Ayadi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.