Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Kamel Letaïef saison 2 : on efface tout et on recommence !
Publié dans Business News le 23 - 12 - 2013

L'affaire Kamel Letaïef prend une nouvelle tournure. Un nouveau juge a été chargé du dossier et l'instruction sera menée dans un autre tribunal. L'affaire cite plusieurs hauts dirigeants de l'Etat et relève de nombreuses irrégularités. Pour démêler ce capharnaüm, le juge s'apprête visiblement à convoquer tout le monde. Et si son instruction est menée conformément aux règles ordinaires régissant la justice et aux lois en vigueur, la conclusion de son instruction va faire le bonheur de plusieurs…
L'affaire dite Kamel Letaïef a commencé en avril 2011 par un recours déposé par l'avocat Chérif Jebali. Il aurait dévoilé, à travers un SMS crypté, un kidnapping visant Slah Caïd Essebsi, frère de Béji Caïd Essebsi, à l'époque Premier ministre, pour l'échanger contre Imed Trabelsi. Le recours cite notamment l'ancien ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon. Le procureur ouvre une instruction en juin, interroge le plaignant, puis charge la brigade criminelle de l'affaire.
L'affaire est oubliée jusqu'en avril 2012, soit un an plus tard. Entretemps, un nouveau gouvernement est arrivé et la Troïka est au pouvoir. Chérif Jebali, qui essayait à l'époque de s'approcher de l'équipe de Caïd Essebsi, est maintenant réputé proche des CPR, LPR et Abderraouf Ayadi. Il est auditionné en ce 4 avril 2012 et il donne de nouveaux éléments à sa plainte d'il y a un an. Maintenant, il évoque Kamel Morjane, Mohamed Jegham, Néji Mhiri et Kamel Letaïef. Mieux, il évoque un putsch.
Il présentera par la suite le journal d'appels téléphoniques de Kamel Letaïef qui montre des communications avec plusieurs hauts responsables de l'Etat, des médias et du monde des affaires. Par ce listing téléphonique, l'avocat cherche à prouver que Kamel Letaïef est derrière un complot contre l'Etat. Malgré l'absence totale de preuves, et bien que le listing téléphonique soit d'origine totalement inconnue et obtenu d'une manière frauduleuse (seule la justice a droit de commander ce listing), l'instruction est poursuivie par le juge d'instruction du 5ème bureau et Kamel Letaïef est interdit de voyage.
En parallèle de tout cela, une autre affaire suit son cours. Celle menée contre l'avocat Cherif Jebali. Il a été interdit en 2011 d'exercer les fonctions d'avocat à vie. Interjetant appel, il a fini par obtenir une interdiction d'exercer de deux ans. Objectivement, il a besoin d'un soutien politique pour dépasser cette grave crise professionnelle (et matérielle) par laquelle il passe. Et ce soutien, il l'obtiendra auprès de deux de ses pairs, Samia Abbou et Abderraouf Ayadi.
Le juge d'instruction du 5ème bureau avance dans son enquête et fait le tri dans les convocations. Kamel Letaïef est interrogé à plusieurs reprises, sans qu'il ne soit accusé d'une manière claire, preuves à l'appui. Kamel Morjane, Béji Caïd Essebsi ou Rachid Ammar ne seront jamais convoqués.
Certains interrogatoires tournent carrément au ridicule, comme celui de Lazhar Akremi en juillet dernier. L'ironie de ce dernier restera dans les annales. S'agissant de trois communications téléphoniques, il a déclaré devant le juge que la première concernait la cession par Kamel Letaïef d'un conteneur de tongs en provenance du Pakistan. Lazhar Akremi aurait refusé la transaction voulant ainsi favoriser les « chleyeks » locales.
Quant à la deuxième conversation, elle s'est déroulée en plein Ramadan et a porté sur la fourniture d'une palette de « Zlebya » par Kamel Letaïef, cette transaction aurait été refusée par l'ancien secrétaire d'Etat car les Tunisiens préfèrent les « Mkhareks».
Comble de l'ironie, la troisième conversation téléphonique aurait eu pour objet l'étude d'un projet de ravalement et de peinture du ciel en bleu. Lazhar Akremi aurait refusé de participer à cette transaction car il estime que le ciel ne sera de nouveau bleu que lorsque la succursale tunisienne recevra le même traitement que celui réservé à la maison mère égyptienne.
Le comble du ridicule sera atteint samedi 2 novembre 2013. Trois jours plus tôt, le juge d'instruction convoque Kamel Letaïef pour le lendemain. Ses avocats demandent et obtiennent un report d'audience pour le lundi afin de bien se préparer. Seulement voilà, le juge émet un mandat d'amener et les forces de l'ordre sont chargées de l'exécuter en ce jour férié de samedi.
Les LPR sont là, devant la maison de Kamel Letaïef à Sidi Bousaïd. Tout comme la chaîne Al Jazeera. L'annonce de ce mandat d'amener a été déjà faite la veille sur les pages des LPR un peu trop bien informées de l'état d'avancement de l'enquête du juge. Ils veulent assister en direct à cette arrestation. Ils ne verront rien, l'homme s'est cloitré chez lui et a refusé de se rendre à la police. Des pages LPR et des chaînes proches du CPR déclarent que Kamel Letaïef a heurté un policier avec sa voiture. De l'intox pure et simple et aucun policier n'a pu confirmer cette agression. D'ailleurs, il n'y a pas eu de plainte.
Surprise en milieu d'après-midi, le juge d'instruction se présente en personne au domicile de Kamel Letaïef lui demandant de se rendre et pour constater les circonstances de l'arrestation. Il en sortira bredouille. Une polémique est déclenchée dans le milieu judiciaire et médiatique. Il y a trop de vices de procédures. Comment un juge émet un mandat d'amener, alors qu'il a autorisé un report d'audience et comment se fait-il qu'il se déplace en personne au domicile du prévenu, sans en informer le procureur.
La polémique prend une autre envergure avec une première dans les annales. Le même juge donne une interview à la chaîne Al Moutawasset, réputée proche des LPR et du CPR. Il donne des détails de l'instruction en cours et cherche à justifier pourquoi Kamel Letaïef n'a pas été arrêté. Ahmed Rahmouni, président de l'observatoire de l'indépendance de la magistrature crie au scandale. Les observateurs continuent à demander des preuves irréfutables de l'implication de Kamel Letaïef dans un quelconque complot et l'origine de ces listings téléphoniques confidentiels de hauts dirigeants de l'Etat qui n'ont fait l'objet d'aucune instruction quant à leur fuite.
Le 8 novembre, le juge d'instruction du 5ème bureau est déchargé de l'affaire. Il y a trop de violations de la loi, il y a trop d'interférences et de zones noires. Cette fois, c'est Abderraouf Ayadi qui crie au scandale. A l'entendre, on croirait qu'il a oublié son militantisme et est devenu adepte des « arrêtons Letaïef d'abord, on lui trouvera les preuves ensuite ! ».
Quelques semaines plus tard, Chérif Jebali sort un nouveau listing téléphonique. Des dizaines de noms sont cités, parmi les hommes d'affaires, les hommes de médias et les hommes politiques qui ont eu des entretiens téléphoniques avec Kamel Letaïef. Personne ne l'inquiètera et personne ne l'interrogera sur l'origine de ces documents confidentiels.
Le 21 décembre, de source judiciaire, on apprend que le nouveau juge d'instruction près du tribunal de Tunis II, chargé de l'affaire, va convoquer (ou a convoqué) Béji Caïd Essebsi, Kamel Morjane, Rachid Ammar et Foued Mebazzaâ. Le nouveau juge reprend tout depuis le début, c'est-à-dire depuis le dépôt de la plainte en 2011. Il va entendre les témoignages de ces personnes citées pêle-mêle et devrait se rendre compte, de lui-même, qu'il n'y a jamais eu de contact (par exemple) entre Rachid Ammar ou Foued Mebazzaâ avec Kamel Letaïef. Il devrait, en toute logique, s'interroger sur les origines des listings téléphoniques, si ces listings ne sont pas falsifiés et quelles sont les motivations réelles du plaignant.
S'il y a des preuves accablant Kamel Letaïef, le nouveau juge ne manquera pas de les rendre publiques et d'émettre un mandat de dépôt à son encontre. Autrement, il lèvera l'interdiction de voyage et se penchera sur les plaintes de Chérif Jebali et ses multiples violations flagrantes de la loi. Bref, dans un sens ou dans l'autre, les observateurs du milieu politico-judiciaire vont s'amuser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.