Tunisie – VIDEO : Affaire des abricots jetés à la poubelle, ou quand l'UTAP tient le consommateur en otage    Tunisie – Accusations contre le ministère de l'intérieur : Toubal s'explique    Tunisie – Le petit oiseau rare de Ghannouchi commence à Gazouiller    Unification des sujets des épreuves écrites pour le concours de la sixième année    Tunisie – L'Ariana : Saisie de 120 Kg de viande dans une grande surface pour fraude au prix    Tunisie – Grombalia : Saisie d'un pistolet et de munitions dans une chambre froide    Le 1er Juin une Version de Layali Tunivisions sera à Hammamet au Restaurant Baia    Ligue 1 : Programme TV de la 24ème journée    Lancement du nouveau Infinix HOT 7 PRO avec 4 caméras à 549 Dt    Tunisie: Initiative de la moralisation de la vie politique, Youssef Chahed désigne deux personnalités    En cas d'égalité de points entre le CSS et l'ESS, qui sera le deuxième ?    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    Officiel : Le FC Barcelone recrute Ludovit Reis    BIGDeal lance un nouveau concept innovant: un club privilèges multi-enseignes    En Italie, un réseau de migration clandestine démantelé dévoile l'implication de policiers    Ooredoo gâte les mamans pour la fête des mères    La Tunisie présente ses opportunités d'investissement auprès des entreprises grenadiennes    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    Tunisie: Arrêt du travail dans le service des consultations externes à l'Institut Salah-Azaïz    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Deux blessés graves dans un accident de la route à Enfidha    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    Ligue des champions : La 4ème pour l'EST ou la 3ème pour le Wydad ?    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Advans Tunisie finalise avec succès son premier emprunt obligataire    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Pep Guardiola en route vers la Juventus Turin ?    Mouvement de protestation, lundi prochain, de l'association de sauvetage des tunisiens bloqués à l'étranger    20 500 nouveaux postes d'emplois dans l'industrie    Des hommes d'affaires juifs veulent investir en Tunisie, déclare René Trabelsi    CAN 2019 : 27 joueurs présélectionnés pour le Mali    Météo: Prévisions pour jeudi 23 mai 2019    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    Plusieurs centaines de manifestants pacifiques jugés par contumace à Gafsa, dénonce Amnesty International    Mobilisation d'un public marocain nombreux vendredi prochain lors du match Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis à Rabat    Ennahdha dénonce une ingérence étrangère en Tunisie    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie – Djerba : Le ministère du tourisme va aider à la réussite du festival d'Ulysse et à la restauration du théâtre de plein air    Pourquoi Siam Ben Youssef a-t-il décidé de mettre fin à sa carrière internationale ?    Nouvelle Zélande: l'auteur des attentats de Christchurch, inculpé d'acte terroriste    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Success Story - Adnen Chaouachi : Le Mojo, c'est l'avenir du journalisme citoyen !
Publié dans Business News le 02 - 07 - 2017

Pionnier du journalisme mobile en Tunisie, Adnen Chaouachi, 34 ans, est l'homme du renouveau des médias en Tunisie. Sportif de haut niveau, il est animé par le challenge continuel et l'amour de la patrie. Un véritable électron libre qui a toujours refusé de profiter de la notoriété de son père, musicien, artiste et pigiste reconnu.


Adnen Chaouchi, c'est un esprit sain dans un corps sain ! Il a des mensurations de bodybuilders et est doté d'une générosité hors norme. Durant l'entretien, il est revenu sur son parcours d'enfant de célébrité tunisienne et ses débuts ardus dans le journalisme. Un homme aux ondes positives qui s'est construit lui-même en aiguisant son intelligence au fur et à mesure de ses expériences.

Le parcours d'un meneur né
Benjamin d'une fratrie de 4 frères et sœurs, Adnen Chaouachi est né dans une famille d'artiste au milieu des livres et des instruments de musique. Il a débuté ses études à l'école de la Cité Olympique à Tunis puis au lycée de la Cité El Khadra. Il passera par la suite son baccalauréat session Mathématiques au lycée Menzah 6. Durant une période, il deviendra athlète de haut niveau en taekwondo et en haltérophilie, puis intègrera l'équipe de basketball du Club africain. En 2003, le bac en poche et parfaitement bilingue, Adnen Chaouachi décide de s'inscrire au sein d'une université américaine aux Emirats, l‘American University of Sharjah, pour mener des études de management. Après un passage éclair au sein de cette université, il décide à l'âge de 19 ans de rentrer en Tunisie et se consacre alors à l'une de ses multiples passions : l'entrainement sportif personnalisé des lycéens du Bac Sport.

Une vie professionnelle avant l'heure au grand dam de son paternel
Pour coacher les jeunes dans de bonnes conditions, Adnen Chaouachi décide d'acheter le matériel nécessaire pour dispenser ses cours en plein air à côté du stade sportif d'El Menzah. Malgré des moyens sommaires, il obtient un succès fou et les jeunes et moins jeunes ne cessent de le solliciter. « Ce n'était pas seulement du sport, ces cours étaient l'occasion de véhiculer des ondes positives dont avaient besoin les jeunes pour passer leur bac. La première année, les adhérents à mon club ne m'ont pas tous payé mais à mes yeux cela n'était pas très grave » a-t-il expliqué. La seconde année, il reçoit plus de 150 demandes et décide d'appliquer des frais fixes. Grâce au bouche à oreille, son succès est retentissant et il décide alors de louer une salle de sport. Ses adhérents exigeaient cependant d'être entrainés en plein air. Une ambiance unisexe bon enfant qui a créé des générations entières de jeunes sportifs devenus plus tard ingénieurs, avocats et même médecins. « A 20 ans, je gagnais très bien ma vie et j'ai même réussi à me marier grâce à l'argent amassé. Cela ne plaisait pas à mon père mais j'ai quand même continué » a-t-il expliqué avec le sourire.
Des clients divers et variés commencent à l'aborder pour perdre du poids, c'est là que l'un d'entre eux lui propose de travailler pour le compte d'une ONG basée à Dubaï en tant qu'interprètes traducteurs bilingue Français/Anglais. Adnen Chaouchi qui n'avait pas encore de diplômes universitaires à ce moment-là, accepte le poste et commence à exercer au sein de l'ONG de façon ponctuelle. Parallèlement à ses activités sportives et d'interprètes, Adnen Chaouachi s'inscrit en 2003 à l'Institut Bourguiba School des Langues vivantes et se spécialise en Langue et Littérature Anglaise puis, en 2005, il épouse son amie de lycée rencontrée à l'âge de 17 ans. En 2007, il obtient son master avec brio et décide de s'installer pendant deux ans aux Emirats avec sa femme et son fils Rayan pour exercer exclusivement le métier d'interprète traducteur. Rappelé par son amour de la patrie, il revient en Tunisie avec sa famille.

Les débuts dans les médias
En 2009, le journalisme l'emporte sur la littérature anglaise et Adnen Chaouchi décide de rédiger un mémoire en langue anglaise sur l'économie politique des médias aux Etats-Unis à l'Institut Bourguiba School. Son étude intitulée « Les forces anti-démocratiques et les challenges de la démocratie aux Etats-Unis» lui ouvre davantage les yeux sur ce monde qu'il côtoyait déjà, vu qu'il se déplaçait avec son père, artiste, dans les plateaux de télévision quand il était tout jeune. Il décide par la suite de s'installer aux Etats-Unis avec sa famille pour étudier à l'Université Georgetown University à Washington. Le 17 décembre 2010, à l'aune de la révolution tunisienne, Adnen Chaouachi commence à douter de sa présence aux Etats-Unis et se dit qu'il doit rentrer au pays. Il travaillait alors en freelance avec l'agence de presse de renommé, Reuters et décida de rentrer en Tunisie en février 2011. Reparti de zéro, Adnen Chaouachi, challenger, commence alors à enseigner l'anglais à Bourguiba School. Il y fera une rencontre qui constituera un tournant dans sa vie.

La rencontre avec Hayet Toukabri
Adnen Chaouchi rencontre la présentatrice des programmes en langue anglaise sur RTCI, Hayet Toukabri, alors qu'il enseignait à Bourguiba School. Elle l'invite au bureau de RTCI et le recrute pour faire de l'animation en langue anglaise. Il y instaurera un vent de renouveau en invitant des artistes tels que l'acteur Dhafer Abidine pour des interviews en langue anglaise. « Hayet Toukabri m'a fait confiance, elle m'a laissé inviter des membres de la société civile pour parler de l'actualité. C'était un vrai challenge de produire des news en anglais » a-t-il déclaré.
Déjà, en 2002, Adnen Chaouachi avait exprimé son ambition de faire un stage de journalisme à RTCI mais son père, qui baigne dans le milieu des medias et de la musique, avait refusé de l'aider. « If you want something, Go Get it ! » lui répondait le paternel, Adnène Chaouchi. Aujourd'hui Adnen Chaouchi, le fils, s'est rendu compte que son père avait raison.
A côté de son travail à RTCI, Adnen Chaouachi commence à produire des reportages-news pour d'autres médias comme Reuters. Il fallait alors acquérir du matériel couteux pour travailler. Le journaliste décide alors d'opter pour la location auprès de la société de production audiovisuelle SVP Tunisia. Adnen chaouchi cumulait des emplois de freelancer à Reuters, pigiste à RTCI et enseignait également des cours en communication à la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis.

La ténacité de Adnen Chaouachi malgré les débuts journalistiques difficiles
En 2013, Adnen Chaouchi se rend compte qu'il a besoin d'un capital pour travailler correctement mais les banques refusent de lui faire confiance et le prennent de haut. Il décide d'emprunter 54 mille dinars auprès d'un ami pour acheter le matériel dont il a besoin. « Cet ami me voyait travailler et il m'a fait confiance » a-t-il mentionné. Avec cette somme, il acheta la caméra dont il avait besoin mais, lors d'une manifestation, Adnen Chaouachi est agressé et son matériel détruit par les Ligues de protection de la révolution (LPR). « Je suis devenu fou de colère car j'ai acheté cette caméra en empruntant de l'argent » raconte Adnen Chaouachi.
Le succès hors frontière dont commence à jouir le journaliste faisait qu'il recevait de multiples commandes de reportages de la part d'agences de presse internationale. « Ces commandes allaient du reportage social, en passant par la couverture de Jazz à Carthage, au documentaire sur la consommation de lait. J'étais journaliste, producteur, traducteur… Je faisais tout car je n'avais pas encore de quoi recruter et parce que j'avais des dettes. J'étais en plus père de famille avec la naissance, en 2013, de mon second fils Youssef » a-t-il avancé. Petit à petit, il commence à gagner convenablement sa vie et paye ses dettes en un rien de temps.
En 2015, il produit le film documentaire « Rahil » relatant les combats des Tunisiens et surtout des Tunisiennes lors de la révolution. Ce documentaire contenait également une interview prophétique du martyr Mohamed Brahmi réalisée quelques semaines avant son assassinat. Avant Mohamed Brahmi, Adnen Chaouachi avait également couvert les funérailles du martyr Chokri Belaid. « Il y avait des affrontements, des agressions, des jets de pierre et des voitures brûlés, nous étions au point culminant du cimetière Djellaz et des voyous ont tenté de nous voler la caméra » a conté Adnen Chaouachi. C'est là, qu'il commence à réfléchir au format journalistique Mojo.

Le renouveau journalistique : le format Mojo ou « Mobile Journalisme »
En prenant en compte toutes ces précédentes expériences journalistiques, Adnen Chaouchi s'aperçoit que le format du journalisme mobile « Mojo » est avantageux. « Les caméras sont couteuses et leur format fait qu'elles sont repérables et peuvent faire du journaliste une cible » a-t-il expliqué. En devenant pionnier de journalisme mobile en Tunisie, Adnen Chaouchi reçoit un prix lors des premières rencontres francophones de la vidéo mobile à Paris le 2 février 2017.
Journaliste et producteur, Adnen Chaouchi est une usine à idée. C'est ainsi, qu'en 2015, il obtient le prix Thomson fondation lors de la conférence internationale de journalisme mobile en Irlande sur le reportage qu'il a réalisé via son smartphone autour du sujet d'une jeune femme diplômée qui, pour ne pas rester au chômage, a décidé de vendre du pain traditionnel. Aujourd'hui, il travaille sur un reportage à propos des ramasseurs de bouteilles en plastiques en Tunisie. « Il ne s'agit pas de tomber dans le misérabilisme ! Ce que je veux montrer c'est la dignité de ces personnes. J'aime ce genre d'exemple qui est bénéfique pour la Tunisie « a-t-il expliqué.
Passionné par la transmission de savoir, Adnen Chaouachi devient aussi formateur en journalisme mobile. En 2016, il propose de former les journalistes de la Radio nationale aux nouvelles pratiques de la vidéo mobile. S'en sont suivies des formations dispensées à plusieurs journalistes de médias tunisiens, mais aussi algériens comme ceux de la chaîne Ennahar TV et la radio Tipaza. Il a également formé les journalistes de l'agence Tunis Afrique Presse (TAP), de la Télévision nationale tunisienne, de Mosaïque FM et de la BBC Média Action. L'Union de Radiodiffusion des Etats Arabes (Arab States Broadcasting Union ou ASBU) a également fait appel à Adnen Chaouachi pour former des journalistes soudanais, égyptiens, libanais, palestiniens et du monde entier au format journalistique Mojo.

Un succès important mais une humilité à toute épreuve
Malgré les diverses offres de travail reçues des Etats-Unis, d'Europe ou des Emirats, le journaliste n'a qu'une ambition : être en Tunisie. « Je suis comme mon père, quand je voyage je n'ai qu'une seule envie c'est rentrer en terre natale » a-t-il expliqué.
Aujourd'hui, Adnen Chaouachi dispose de sa propre boite de production : Independent production et travaille avec une équipe de 5 personnes. Il est également devenu le partenaire principal du réseau de télévision China Global Television Network (CGTN). Fidèle à sa nature sportive, il occupe son temps en jouant de la boxe « pour se défouler » et en faisant de la natation « pour garder son souffle ». Il a également exprimé une pleine reconnaissance vis-à-vis vis de sa femme à qui il dit devoir sa réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.