Thalassothérapie : La Tunisie, deuxième destination mondiale après la France    Fitch Ratings maintient la notation souveraine de la Tunisie à «B+» avec perspectives «négatives»    Tunisie : L'Etat a payé 1609 Millions de Dinars d'intérêts aux banques, en 2019…    Zamalek – Espérance de Tunis : Découvrez la formation de l'EST    Nouveau Livre de Mansour Moalla: Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ?    Libye: 60 missiles Grad tirés par l'armée de Haftar sur différents quartiers à Tripoli    Carthage Cement : reprise du processus de cession des participations détenues par l'Etat tunisien dans le capital de la société    Zamalek d'Egypte vs Espérance de Tunis: où regarder le match des 1/4 de finale de la ligue des champions d'Afrique du 28 février?    Natation – Dopage : Huit ans du suspension pour le nageur chinois Sun Yang    Mourad Chaaba à Sidi Bou Saïd : l'exposition à ne pas rater, dès ce samedi (Photos)    En vidéo : Huawei présente son AppGallery et annonce le lancement du Y7p    Cérémonie de passation de pouvoir à Dar Dhiafa à Carthage    TGM : Des travaux de rénovation de la station « Kheireddine » du 29 février au 6 juin 2020    CONDOLEANCES    Ligue des champions | Ezzamalek-Espérance – Quarts de finale aller au Caire (17h00) : Tout dépendra de ce match !    A la Maison de l'Image: une démarche de qualité    Bady Chouchane à l'espace Aïn: variations sur un thème    Chemins de l'herméneutique: le tournant heideggérien II    Tir | Championnat arabe en Egypte : De l'or et du bronze pour Olfa Cherni    Tennis | Open de Doha : Ons Jabeur n'aura pas démérité !    « Luxury Wedding Days » L'endroit idéal pour planifier un mariage de rêve ! Les 22 & 23 Février À l'Hôtel Le Palace Gammarth    Fakhfakh: J'ai pensé à Youssef Chahed depuis 2011 pour travailler ensemble    Risque d'infiltration du Coronavirus en Tunisie: Inquiétude aux frontières terrestres !    Riposte turque : Ankara ne stoppera plus les migrants en route vers l'Europe    Mécontentement des surveillants et surveillants généraux : Boycott des tâches administratives et pédagogiques    Omra et Coronavirus : Annulation de 42 charters Tunis/Djeddah et Tunis-Medina    Orange et SES ouvrent une nouvelle ère d'innovation en matière de connectivité par satellite avec le système de communication O3b mPOWER    Remonter la pente    Associations de microfinance Délai supplémentaire pour régulariser la situation    Coronavirus : Analyses négatives pour la citoyenne de retour de Milan    Une commission de la Fifa s'oppose à la délocalisation de matches    Foot-Europe: le programme du jour    Maghzaoui: Il faut revaloriser la formation professionnelle    Les neuf remerciements de Abdoo Saadaoui    Photo du jour : la Tunisie au rendez-vous avec la démocratie    Elyès Fakhfakh et son équipe déclarent leurs biens et intérêts à l'INLUCC    Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte    Tunisie : Les nouveaux ministres déclarent leur patrimoine    Le groupe Harkan sort son nouveau clip : « Farha » !    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, vendredi 28 février 2020    (Idioracy) quand tu nous tiens    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hafedh Caïd Essebsi : La légitimité c'est moi…ou pas !
Publié dans Business News le 13 - 07 - 2018

Le tumultueux directeur exécutif de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, est plus que jamais au cœur de la tourmente aujourd'hui. Critiqué par des membres de son propre parti qui l'avaient auparavant soutenu, il se retrouve aujourd'hui de plus en plus isolé. S'il ne se laisse pas faire et essaye de faire croire que les voix qui se lèvent contre lui ne sont qu'une tempête dans un verre d'eau, la fin est-elle pour autant proche ?

Réunie le mercredi 11 juillet 2018, l'instance politique de Nidaa Tounes a affirmé être « le seul organe exécutif du parti, capable de prendre des décisions impliquant Nidaa et de diriger le parti de façon collégiale », et ce, en attendant la tenue du deuxième congrès décidée pour les 29 et 30 septembre prochain. Les membres réunis sont Sofiene Toubel, Ons Hattab, Taher Battikh, Zohra Driss, Moncef Sellami, Raouf Khammassi, El Khansa Ben Harrath, Ahmed Zaklaoui, Mohamed Ben Souf et Mohamed Ramzi Khamis. Selon le règlement intérieur du parti, Ons Habbab a été désignée comme nouvelle porte-parole de Nidaa à la place de Mongi Harbaoui.
Dans sa réunion, l'instance politique a appelé les forces progressistes à « se rapprocher », en vue de « privilégier l'intérêt du pays ». Un intérêt que les membres de l'instance réunis voient en dehors du directeur exécutif de leur parti, Hafedh Caïd Essebsi.

Mais cette rébellion n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Conscient du danger d'une telle manœuvre, émanant de plus des structures « légitimes » du parti, le principal intéressé est sorti de ses gonds clamant à qui veut l'entendre que « la légitimé c'est lui et personne d'autre ! ».
Selon Hafedh Caïd Essebsi, l'avis exprimé par les 11 membres de l'instance politique de Nidaa, réunis le 11 juillet, ne serait que celui d'une « minorité d'une dizaine de membres sur un total de 32 ». Leurs propos n'engageraient nullement le parti donc, selon lui, et ne représenteraient, de ce fait, aucune menace réelle. « Cette minorité a choisi la voie de l'insurrection pour des intérêts personnels, dans le but de disperser Nidaa Tounes et de l'affaiblir … », a précisé Hafedh Caïd Essebsi, ajoutant que le parti est sur la voie d'engager les « mesures disciplinaires adéquates à l'encontre de ceux qui jouent un rôle de destruction ».
Une réunion que dénonce également Mongi Harbaoui, porte-parole de Nidaa Tounes, évincé par l'instance politique qui veut le remplacer par Ons Hattab. « Une réunion de déception politique et de trahison. Rencontre hâtive 16 mois après la mort réelle. Une rencontre à l'heure où la Tunisie traverse une des périodes les plus sombres de son histoire dans le non-respect des sentiments des martyrs et des personnes endeuillées. Réunion rapide pour sauver le consensus et sauver Ennahdha du classement du Congress. Une rencontre pour sauver Youssef Chahed de la chute… Vous n'avez aucune légitimité, ni pouvoir décisionnel, ni vous ni ceux qui vous soutiennent dans l'ombre », a écrit Harbaoui, dans un post partagé sur les réseaux sociaux au sujet de cette rencontre.
Sauf que voilà, les 11 membres de l'instance politique représentent bien plus que la moitié étant donné que, parmi les 28 membres initiaux, 9 ont fini par quitter le parti, explique le militant Nidaa Karim Baklouti Barketallah.

Dans les faits, ceux qui soutiennent HCE semblent de moins en moins nombreux. L'actuel directeur exécutif se trouve de plus en plus isolé. Le dernier revirement en date est celui du proche de HCE, Sofiene Toubel, chef du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, qui s'est retrouvé ces derniers jours dans l'autre camp. Après avoir été longtemps du côté de Hafedh Caïd Essebsi, Sofiene Toubel le désavoue en public en déclarant que « l'instance politique est l'unique structure légitime du parti ». Le même Sofiene Toubel qui s'est entretenu avec Youssef Chahed en juin dernier et a déclaré à l'issue de cette réunion que « Nidaa Tounes a admis, après avoir analysé les résultats des municipales, la nécessité d'une restructuration locale et régionale et celle de préparer son second congrès ».

« Il n'y a pas de camp de Hafedh Caïd Essebsi, et un autre de Youssef Chahed. Il y a juste un camp soucieux du parti et de l'intérêt de la Tunisie, et dont je fais partie. Je me suis inscrite dans tous les mouvements visant à rectifier la trajectoire de Nidaa » avait déclaré la députée Zohra Driss aujourd'hui au micro de Jawhara Fm. En effet au-delà de la guerre de leadership qui secoue Nidaa Tounes depuis plusieurs mois déjà, le parti se fragilise de plus en plus à cause de ses positions quant au maintien ou limogeage du chef du gouvernement Youssef Chahed et les arguments présentés par HCE contre son adversaire et enfant prodigue de son parti ont participé à fragiliser sa position et à le rendre vulnérable tant ils sont basés sur des considérations purement personnelles.

Dans leur communiqué, les membres de l'instance politiques réunis mercredi ont appelé à la « sagesse » du président de la République et fondateur du parti pour « garantir les principes de la constitution en sa qualité de garant de la stabilité politique ». De leur côté, Mongi Harbaoui, Ridha Charfeddine, Lamia Mlayeh, Chaker Ayadi et Lotfi Nébli, de l'autre camp, ont été reçus par le président de la République pour exposer la crise qui secoue le parti et l'appeler, cela va sans dire, à intervenir.
Aujourd'hui, Béji Caïd Essebsi semble être la seule personne capable de remettre le turbulent Caïd Essebsi junior sur les rails ou carrément bénir sa cruelle (et définitive) mise à l'écart. A l'heure actuelle, le silence même du président de la République, qui n'a pas souhaité intervenir, est en soi une réponse. En 2014, Béji Caïd Essebsi avait déclaré que son fils n'héritera que de son nom de famille et ne lui succédera pas à la tête du parti. Tout porte à croire, qu'il semble aujourd'hui vouloir le remettre à sa place…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.