Ligue 1 : déjà un problème, le stade de Radès fermé à l'occasion du premier match de la saison    Volley – Mondial U19 : programme des matchs de l'équipe nationale    La Tunisie face à la Mauritanie et la Côte d'Ivoire en amical en septembre    Basket – Mondial 2019 : avant de partir en Chine, l'équipe nationale s'envole à Tokyo    Tunisie: Le ministre du Transport annonce l'ouverture de trois tunnels pour la circulation au niveau de l'aéroport    Nabeul Book Club organise Philofest; un festival tunisien dédié à la Philosophie    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Tunisie : 40% de baisse des inscriptions dans les écoles privées par rapport à l'année 2018-2019    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Programme TV du mardi 20 août    Adnane Hajji retire son parrainage à Hatem Boulabiar et explique les raisons    Malgré de meilleurs chiffres en économie, le Tunisien reste pessimiste    Festival Carthage 2019: Grand Gala de l'Opéra Italien, invité surprise de la 55e édition, le 23 août sur scène    Zied El Heni chargé de réformer « la presse »    9 migrants bangladais bientôt privés de protection et d'hébergement en Tunisie, selon le FTDES    Quand Abir Moussi donne ses instructions aux médias    Le conseil de l'ISIE valide les résultats des élections municipales partielles à Thibar, Sers, El Ayoun    801,4 MD de déficit pour la balance commerciale alimentaire à la fin juillet    Pas d'augmentation pour les abonnements scolaires et universitaires    Décès de l'ancien Mufti de la République Cheikh Mokhtar Sellami    FC Barcelone: Dembélé, absent 5 semaines    Tunisie – Néji Jalloul présente son programme en matière de diplomatie    Tunisie – La femme décédée après avoir fait don d'un rein à son mari : Précisions du ministère de la santé    Tunisie : le taux de croissance atteint 1,1% au premier semestre de 2019    Traque de terroristes à la frontière algérienne    Ghofrane Khelifi et Nihel Cheikhrouhou (Judo) remportent chacune la Médaille d'Or des Jeux Africains au Maroc    Olivier Poivre d'Arvor à La Presse Magazine : Il faut faire prendre conscience aux entrepreneurs que la mer est une richesse en termes de revenus    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Tabarka Jazz Festival 2019: 19ème édition du 20 au 24 Août    HarmonyOS; le nouveau système d'exploitation de Huawei    Le tout nouveau Nokia 105 arrive sur le marché tunisien    SIT-IN ouvert des membres de la Fédération générale de la poste    ISIE : La Justice administrative prononcera ce lundi son verdict définitif concernant les recours liés aux élections législatives    L'ARP examinera ce lundi les propositions 59 et 60 relatives à l'amendement de la loi n°16 / 2014 concernant les élections et les référendums    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    « Béatrice un siècle » de la Tuniso-canadienne Hejer Charf à la Biennale d'art contemporain dédiée aux artistes femmes à Rabat    Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la grève toute !
Publié dans Business News le 16 - 01 - 2019

La grève du 17 janvier, ne sera pas annulée. Annoncée depuis plusieurs semaines afin de faire pression sur le gouvernement et le pousser à s'incliner face aux revendications syndicales, elle est encore maintenue. Syndicat et gouvernement, multiplient les rencontres, mais aucun accord ne sera trouvé et le syndicat campe sur ses positions jugeant les concessions gouvernementales « trop légères ».

« La grève du 17 janvier 2019 est la dernière étape, il n'y aura pas d'autre réunion ni de nouvelles négociations » a affirmé Sami Tahri ce matin lors d'une conférence de presse. Le secrétaire général adjoint de l'UGTT a ainsi appelé les grévistes à faire réussir la grève et à faire preuve de responsabilité lors de leur mouvement de demain.
Hier, pendant presque 7 heures, une réunion 5+5 a rassemblé des représentants du gouvernement et du syndicat pour trouver, enfin, une sortie à cette crise qui s'éternise et parvenir à annuler la grève. Aucune solution n'a pu être trouvée. Rien qui arrange les deux parties. Selon Sami Tahri, l'entrevue tenue aussi hier, entre Noureddine Taboubi et Youssef Chahed « n'aura duré que 3 minutes » et « ressemblait plus à une réunion de courtoisie qu'à des négociations ».
Ainsi, face au blocage, la grève générale débutera ce soir, mercredi 16 janvier, à minuit et se terminera demain jeudi 17 à minuit. Elle durera 24 heures et concernera tous les agents travaillant dans les ministères, les administrations centrales, locales, les institutions et établissements publics. Pas de transport public, pas de municipalités, d'administrations, ni d'hôpitaux. Un service minimum sera cependant assuré pour les services de première nécessité. Un rassemblement est par ailleurs prévu à Tunis à partir de 10h à la place Mohamed Ali qui abrite le siège de la centrale syndicale ainsi que devant les locaux régionaux de l'UGTT dans plusieurs villes tunisiennes.

La grève générale dans la fonction publique et le secteur public a été confirmée depuis le 24 novembre 2018 suite à l'échec des négociations avec la partie gouvernementale quant aux augmentations salariales dans la fonction publique. En effet, alors que l'UGTT demande une hausse de salaires équivalente, ou supérieure, à celle du secteur public, le gouvernement avait proposé une augmentation de 136 à 180 dt. Ce qui n'a pas réussi à amorcer la crise, celles du secteur public étant de l'ordre de 205 à 270 dt. Ceci dit, le point de discorde concerne plus aujourd'hui les modalités de versement de ces augmentations que leur montant. Le gouvernement avait proposé que cette augmentation se fasse sur deux tranches et prenne effet à partir de décembre 2018.
« Nous avons accepté que les majorations soient au titre de 2 années au lieu de 3 et qu'elles soient comptabilisées depuis le mois d'octobre et non pas du mois de mai comme pour le secteur public. Nous avons également accepté que la 2ème augmentation prenne effet à partir de mai 2019. Cependant, le gouvernement n'a pas réagi positivement à cela et a présenté des propositions d'une hausse entre 136 DT et 180 DT, des montants approuvés par l'UGTT. Le point de désaccord était les délais de l'exécution du versement des majorations et que ces augmentations ne seront pas comprises dans la masse salariale », affirme Hfaïedh Hfaïedh.

En réalité, au-delà même des négociations salariales, le désaccord avec le gouvernement s'est transformé en bras de fer, l'UGTT profitant de l'approche des élections pour se positionner sur l'échiquier politique. Hier, Sami Tahri, secrétaire général adjoint de l'UGTT, a écrit sur sa page Facebook indiquant que ceux qui sont contre la grève n'ont pas d'avenir. « Celui qui s'oppose à l'UGTT s'oppose aux travailleurs et celui qui s'oppose aux travailleurs s'oppose à la Tunisie ! Celui qui s'oppose à l'UGTT, aux travailleurs et à la Tunisie n'a pas d'avenir ! », pouvait-on lire dans le statut de Sami Tahri. La centrale syndicale accuse aussi le gouvernement de ne pas être souverain et de se plier aux directives du FMI. En effet, le syndicat qui s'oppose ouvertement au gouvernement entame ce nouveau bras de fer afin de le déstabiliser.

De son côté, le gouvernement affirme avoir « amélioré ses propositions à chaque réunion avec l'UGTT ». « Nous ne voulons pas entrer en confrontation avec l'Union qui n'est pas notre ennemi, mais un partenaire social, ou encore envenimer la situation. Même après la grève, les négociations se poursuivront car nous devons parvenir à une solution et nous sommes toujours disposés au dialogue. L'augmentation des salaires n'est pas la solution adéquate pour contrecarrer la cherté de la vie. C'est un cercle vicieux ! Ainsi, notre économie ne se rétablira pas et nous ne sortirons jamais de l'emprise du FMI », affirme Iyed Dahmani, porte-parole du gouvernement.


Demain, près de 690.000 fonctionnaires seront en arrêt de travail. Plusieurs d'entre eux sortiront dans les rues afin de crier leur colère et de critiquer le gouvernement en place. Une force de frappe qui fait toute la particularité de l'UGTT et qui constitue sa première arme de guerre pour s'imposer sur la scène politique. Pas plus tard qu'en décembre 2018, Samir Cheffi avait bien pris soin de souligner que l'UGTT sortira de sa neutralité et participera aux élections de 2019. La bataille de demain ne sera donc pas seulement sociale, elle sera politique avant tout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.