Arrestation de Nabil Karoui : L'Association des Magistrats Tunisiens réagit et appelle à clarifier la situation à l'opinion publique    La Télévision tunisienne transmettra les matchs de la première journée de la Ligue 1 Pro    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Tunisie: L'arrestation de Nabil Karoui s'est déroulée en toute légalité, selon le Parquet    Plusieurs arrestations à Kairouan    Extrémisme Violent, Ouverture de l'Appel à propositions pour le financement de projets de recherche    ISIE : Nabil Karoui demeurera candidat à la Présidentielle « jusqu'à son incrimination à travers un procès équitable »    En photos : Découvrez les trois nouvelles gammes Love Nature d'Oriflame    Par Chokri Azzouz : Empêchement provisoire ou abandon volontaire ? Propos sur le la délégation de ses pouvoirs par le Président du Gouvernement    En photos: les jeunes de Ras Jebel honorent l'histoire de la ville    Ondes électromagnétiques : Le magazine 60 millions de consommateurs épingle trois fabricants de téléphones portables    Hatem Boulabiar – candidat à la présidentielle – réagit à l'arrestation de Nabil Karoui : Cette journée est une journée triste dans l'histoire de la Tunisie    Météo du Weekend : Des chutes de grêle par endroits, aujourd'hui    Tunisie: Abdelfattah Mourou s'engage à abandonner la djebba traditionnelle une fois élu président    Tunisie – Ghazi Karoui aurait fui en Algérie    Volley-Mondial U19 : Première victoire pour la Tunisie aux dépens de la Biélorussie    En vidéo : Safi Saïd réagit à la polémique autour des candidats binationaux    Huawei Y9 Prime 2019 : Une expérience unique de caméra selfie rétractable    Tunisie-Ligue 1 (1ere journée) : Un objectif commun pour tous    Journées de la Céramique d'Art de Carthage: 1ère édition du 31 août au 08 septembre 2019    Journées de la coopération Tunisie- européenne de la Recherche et de l'Innovation, les 9 et 10 Septembre    OPPO Signe des accords sur des brevets avec Intel et Ericsson pour augmenter ses    Lancement d'appels à candidature à des programmes dédiés aux startups Tunisiennes    Programme TV du vendredi 23 août    LG et LUMI s'associent pour offrir une solution d'IoT plus complète pour chaque maison    Basket-ball : la sélection tunisienne perd en amical avant le Mondial    Boga lance une campagne marquée par le renouvellement de son image    Un CAB dominant confirme en Coupe arabe des clubs    Nouvelle composition de l'ARP    Ligue 1 : Liste des joueurs Clubistes convoqués contre le Stade Tunisien    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    PANDA TOUR    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La facture de l'entêtement de l'UGTT
Publié dans Business News le 17 - 01 - 2019

Chacun ses chiffres, chacun sa méthode et chacun sa vérité mais un seul point commun, la grève générale aura un coût non négligeable, qui va de quelques dizaines de millions de dinars pour les plus optimistes à quelques centaines de millions de dinars pour les plus pessimistes. Le point.

Avec cette grève, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) a voulu opérer une démonstration de force. Preuve à l'appui, la participation du secteur public, initialement non concerné par la grève. Son objectif était d'exposer l'étendue de son pouvoir. Ce sont des milliers de personnes qui se sont rassemblées à la Place Mohamed Ali en réponse à l'appel du syndicat, mais aussi dans les bureaux régionaux de l'UGTT, sans s'interroger sur les répercussions de cette grève qui revêt plus une dimension politique que sociale.
Ainsi et malgré les efforts du gouvernement pour éviter la grève générale de la fonction publique, aucun compromis n'a été trouvé avec la centrale syndicale. Youssef Chahed l'a bien expliqué la veille, le gouvernement n'avait pas les moyens de financer les augmentations réclamées par l'UGTT.
Malgré cela, la Tunisie s'est réveillée, ce jeudi matin 17 janvier 2019, avec un service public paralysé. Hormis quelques services qui ont assuré le minimum nécessaire, grâce à la décision de réquisition imposée par le gouvernement, seul le secteur privé continuait à maintenir le pays sur pied.
Et même si depuis la révolution, le secteur public tourne au ralenti, avec une efficience en baisse continue malgré les différentes augmentations décidées depuis la révolution (+65,1% en moyenne entre 2010 et 2018 pour une inflation de 47,7%), sa paralysie a un coût assez conséquent : une partie de l'économie étant à l'arrêt et donc, par effet boule de neige, d'autres secteurs se trouvent bloqués.

Plusieurs experts ont tenté d'estimer le coût de cette grève. Les estimations sont plus ou moins pessimistes selon la méthodologie adoptée.
Ainsi, l'expert en économie et ancien ministre des Finances Houcine Dimassi a estimé les pertes générées par cette grève a environ 400 millions de dinars, un montant qui aurait pu financer la création de 4 hôpitaux universitaires ou de 50 km d'autoroute. L'expert estime que la grève va paralyser des secteurs vitaux de l'économie et que certaines entreprises publiques grévistes sont essentielles pour le secteur privé, notamment le transport qui est assuré au 2/3 par le public. Ceci dit, l'augmentation des salaires aura aussi un coût outre celui de la masse salariale : la hausse de l'inflation et le glissement du dinar, aggravant les disparités sociales, portant atteinte au pouvoir d'achat et baissant la compétitivité du pays.

L'expert économique Ezzeddine Saidane pense, quant à lui, que les pertes directes sont aux alentours de 300 millions de dinars, en soulignant que celles indirectes sont beaucoup plus importantes mais demeurent difficiles à estimer.

Pour sa part, le directeur de l'institut de sondage Sigma Conseil Hassen Zargouni a évalué les pertes en valeur ajoutée pour le pays d'une journée de grève de la fonction publique à près de 90 millions de dinars. Ainsi et selon ses calculs, les services non marchands représentent 20% du PIB qui est de l'ordre de 100 milliards de dinars, soit 20 milliards de création de richesse par an. Pour une journée ouvrée, cela correspond à 20 milliards par 220 jours, soit environ 90 millions de dinars.
Mondher Khanfir, expert dans le domaine du management stratégique et du business consulting, pense que ce coût est nettement supérieur à 90 millions de dinars, les coûts indirects, beaucoup plus importants, n'étant pas comptabilisés. Il évoque comme exemple les bateaux qui attendent en rade, les vols annulés, les expéditions retardées, les hôtels qui perdent leurs clients, etc. Il explique ainsi qu'une compagnie aérienne étrangère qui annule un vol pour cause de grève peut facturer à l'OACA jusqu'à 500 euros par passager, une journée de surestarie peut coûter 10.000 dollars par bateau en rade, les pénalités de retard pour marchandises non livrées.

Le plus optimiste étant Hatem Boulabiar, chef d'entreprise, moderniste et membre du Conseil de la Choura d'Ennahdha, qui considère ce coût comme compris entre 22 et 45 millions de dinars. Ce dernier avait adopté une approche masse salariale qui a débouché sur 22 millions de dinars, estimant que le public représente une fonction de support. Mais ayant été massivement critiqué, il a tenté une autre approche en se basant sur l'agrégat PIB. La production intérieure brute de la Tunisie en 2019 étant estimée à 117 milliards de dinars, donc le pays crée 462 millions de dinars de richesse par jour ouvrable (117/253 jours ouvrables), calcule-t-il.
Et de préciser : «Pour estimer le poids du secteur public dans l'économie tunisienne, on compare le nombre d'actifs dans le pays (3,5 millions) par rapport aux 630 mille dans la fonction publique et 200 mille salariés dans les entreprises publiques. Il faudra retrancher 235 mille militaires et agents de l'ordre qui ne font pas grève. Ce qui donne une estimation de la production de richesse dans l'administration civile : 462 X (595/3500)= 78 millions de dinars. Enfin le corps A ne fait pas grève (le poids de ce corps est 42%) : En estimant que l'ensemble des autres catégories suivent cette grève : 78×58%= 45 millions de dinars».
Ainsi, il évalue le coût d'une journée de grève à 45 millions de dinars : calcul assez optimiste et tendancieux qui ne prend toujours pas en considération les effets indirects sur le privé et l'ensemble de l'économie (transport, tourisme, éducation, investissement, image du pays, etc.).

Fallait-il à Youssef Chahed céder aux chantages de l'UGTT et s'endetter davantage pour financer ces augmentations qui devraient assoir encore plus le pouvoir de la centrale syndicale qui ne cache plus ses ambitions politiques ? C'est une question à laquelle seule l'histoire pourra y répondre. Pour le moment, le bras de fer continue entre le gouvernement et l'UGTT et c'est la Tunisie, les contribuables et le secteur privé qui payent cette facture salée !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.